Je vais mourir cette nuit – Fernando Marias

unnamed-6

 

Le litre, Je vais mourir cette nuit de Fernando Maria peut surprendre. On peut se dire, encore un roman triste et dépressif sur une personne qui va se suicider. Mais pas du tout. L’auteur va nous prendre directement dès la première page par surprise et il va bien être difficile fermer le roman sans en savoir la fin.

Lire la suite

Un homme accidentel – Philippe Besson

unnamed-6

 

Philippe Besson, décide de livrer une histoire d’amour étonnante avec son roman Un homme accidentel. Il prend le lecteur doucement par la main, le guide vers une enquête policière et l’emmène au coeur d’une rencontre qui change toute une vie. Comment réagir face à un sentiment qui envahit tout même la raison?  Lire la suite

Love letters to the dead – Ava Dellaira

LLTTD_cover

4ème de couverture
Laurel vient de rentrer au lycée. Dans son nouvel établissement personne ne la connait, personne n’est au courant de la tragédie qui l’a frappée au printemps. C’est sans compter sur sa professeur d’anglais dont le premier devoir consiste à écrire une lettre à une personne décédée. Trouvant l’idée intéressante Laurel va écrire à ses idoles Kurt Cobain, Amy Winehouse, River Phoenix, Judy Garland et bien d’autres.
Dans ses lettres, elle écrit sur sa nouvelle vie, de son insertion dans un groupe d’amis à la séparation de ses parents. Elle va petit à petit se dévoiler et aborder la peine et la culpabilité qu’elle éprouve depuis la perte de sa sœur aînée.

Capture d’écran 2014-10-05 à 11.19.30

Laurel est une adolescente mal dans sa peau qui vit une situation familiale tendue. Les jeunes filles sont pleines de ressources surtout lorsqu’on place en elles de la confiance. Une idée, une envie et le destin de Laurel va changer.

Nouveau départ dans un un nouveau lycée. Le rythme de vie change. D’une part, sa mère qui a décidé de déménager à la suite de la mort de sa soeur et de la laisser avec son père et sa tante afin de se reconstruire. Et d’autre part, une semaine sur deux, elle dort chez sa tante qui habite plus proche et l’autre chez son père. Comment continuer à vivre sans sa soeur, plus grande, que l’on admire et à laquelle on souhaite tant ressembler? Comment combler le vide? Un jour la professeur d’anglais donne un devoir : écrire une lettre à une personne célèbre morte.

L’exercice parle tout de suite à Laurel et au lieu d’en écrire une seule, elle va remplir tout un cahier. Ces lettres vont lui permettre d’exorciser doucement ces peines. Elle va adresser des courriers à Kurt Cobain, premier destinataire, chanteur adoré de sa soeur puis Judy Garldand, Elizabeth Bishop, River Phoenix, Amelia Earhart, Amy Winehouse, Janis Joplin, Allan Lane, Jim Morrison, John Keats, E. E. Cummings et Heath Ledger. Acteur, chanteur, aventurière, poète, ils partagent son chagrin et sa joie de cette jeune fille qui les admire. Par ce biais, nous apprenons à mieux les connaître et et donne envie de les écouter et de les lire.

Bien entendu, qui dit nouveau départ, nouveau lycée dit nouvelles rencontres. Laurel se fait des nouvelles amies et rencontre son premier amour. Petit à petit, elle n’est plus seulement la petite soeur de May, elle devient une personne entière. Grâce au fait, qu’elle exprime à haute voie son secret qui l’a rongeait elle se libérait. La vie reprenait doucement sa place et s’implantait aussi auprès de sa famille. Ainsi, les pages se tournent et je m’attache de plus en plus à cette adolescente et ces amies où le mal dans la peau les côtoie. En fond sonore, on pourrait mettre Amy Winehouse et se plonger dans ces lettres qui forme un journal intime.

Le point positif est que la fin n’est pas décevante comme beaucoup de livres de ce genre. Je me suis laissée aller dans les personnages très complets et complexes. C’est avec plaisir, rire et sourire que je les ai accompagner dans les moments de doutes, de souffrance et de joie. L’auteure a pris le risque de parler d’abus sexuel, de drogue, de l’abus de consommation d’alcool chez les mineurs avec rigueur et une très grande justesse car c’est une réalité bien concrète que beaucoup n’ose pas aborder. Belle écriture, structure très originale qui dynamise la lecture et accroche pas mal car j’avais tendance à me dire, « allez, encore une lettre ».

Un livre qui ne laisse pas indifférent aussi bien par son aspect extérieur avec une très jolie couverture que par son contenu. La période adolescente est déjà un moment assez perturbant en soi alors si vous rajouter le décès d’une soeur et des parents qui se séparent cela donnent un coté dramatique plus important. Alors si le hasard vous fait rencontrer ce livre dans une librairie où dans une médiathèque cédez à la tentation.

Dans le même style
Nos étoiles contraires de John Green

Suicide – Edouard Levé

97820703986214ème de couverture
«Expliquer ton suicide? Personne ne s’y est risqué.
Tu ne craignais pas la mort. Tu l’as devancée, mais sans vraiment la désirer : comment désirer ce que l’on ne connaît pas? Tu n’as pas nié la vie, mais affirmé ton goût pour l’inconnu en pariant que si, de l’autre côté, quelque chose existait, ce serait mieux qu’ici.»

Ce que j’ai oublié de te dire – Joyce Carol Oates

joyce-carol-oates-ce-que-jai-oublie-de-te-dire4ème de couverture
C’est la dernière année de lycée pour Merissa et Nadia. Les deux filles ont plus que jamais besoin de leur meilleure amie, la singulière, l’étrange et abrupte Tink qui s’est suicidée six mois plus tôt. Chacune est seule avec des secrets qu’elles ne pouvaient partager qu’avec Tink. Des secrets inavouables qui ont mis en péril leur amitié, mais qui les ont également mises en danger. Tink aussi avait un secret, un secret très lourd mais jamais elle ne leur a confié son tourment… Comment continuer à vivre avec ses silences quand la seule personne qui vous comprenait est morte ?

Capture d’écran 2014-01-04 à 10.04.59

 

Joyce Carol Oates écrit aussi pour la jeunesse, c’est le cas avec ce nouveau roman Ce que j’ai oublié de te dire. L’auteure nous emmène au coeur d’une école à la rencontre d’adolescentes. Un lien particulier les lie et les touche profondément.

Mérissa et Nadia font partie d’une bande de fille et sont d’une certaine manière amie. Tink possède un caractère un peu spécial et reste très secrète. Toutefois, elle reste proche de chacune des filles. Mais voilà, un soir les filles reçoivent un message : salut les filles, vous reverrai sûrement pas avant un certain temps. Vous adore mais me sens genre au bout du rouleau. Le lendemain, elles apprennent qu’elle s’est suicidée. Six mois passent et le poids de son absence commence à plonger Mérissa et Nadia dans une profonde tristesse même si cela les rapprochent.

Le livre tourne autour de trois histoires. D’une part, on va à la rencontre de Mérissa, fille parfaite et studieuse qui se scarifie. Puis, on nous parle de  Tink, ancienne comédienne, délaissée par sa mère trop sévère et injuste. Et enfin la dernière demoiselle de la bande, Nadia, fille ordinaire, très timide et qui manque beaucoup de confiance en elle. Les deux filles sentent la présence de Tink à leurs côtés afin de les soutenir et d’éviter qu’elle se suicide aussi. Tout dans la souffrance et le mal être, les adolescentes essaient de survivre dans un environnement qui leur semble très hostile.

Le talent de l’auteure pour moi est dans le fait que de nombreux sujets sont abordés comme le suicide, le divorce, la séparation, l’amour interdit, la maladie, le rejet parental… Une certitude, ce roman ne met pas le sourire, ni le baume au coeur. Il plonge au coeur du désespoir. Un désespoir à la lecture aussi car j’aurais aimé que chaque partie soit plus longue pour apprendre plus sur les personnages. Je me suis sentie frustré par la fin car il me manquait quelque chose. Encore une fin un peu ouverte et tu peux imaginer ce que tu veux de l’avenir des filles en mal d’existence.

Une grosse déception pour la rencontre avec cette auteur tellement adulée. Toutefois, le laisse la porte ouverte pour une nouvelle lecture avec un roman adulte. Espérons que la noirceur du monde sera un peu moins présente ou plus aboutie.