Le Panthéon, temple de la nation – Alexia Lebeurre

511v8z99MNL4ème de couverture
Au coeur du Quartier Latin se dresse le majestueux dôme du Panthéon. « Aux grands hommes la patrie reconnaissante », peut-on lire au fronton de ce temple laïc. Mais le Panthéon fut aussi longtemps, et à maintes reprises au gré des bouleversements politiques de la France, une église consacrée à Geneviève, sainte patronne de Paris. Dans les nefs se côtoient art laïc et art religieux, vastes toiles de Puvis de Chavannes illustrant la vie de Geneviève et glorieux monuments commémoratifs à la Convention nationale, aux héros morts inconnus, aux généraux de la Révolution… Et dans la crypte sommeillent les « grands hommes » dont le seul nom inspirent le respect par-delà les ans et les frontières : Voltaire, Rousseau, Victor Hugo, Emile Zola, Jean Moulin ou encore Pierre et Marie Curie.

Capture d’écran 2014-12-29 à 18.51.27

 

Le Panthéon est un monument important dans l’Histoire de Paris. Afin de mieux découvrir ce bâtiment incroyable, rien de tel qu’un petit guide officiel des éditions du Patrimoine. Du moins, c’est ce que je croyais avant de finir ma lecture.

L’Histoire du bâtiment commence en 451 sur Paris, lorsque Geneviève encourage le peuple de France de rester et de ne pas fuir suite à l’arrivée probable d’Attila. Par chance ou croyance, les barbares contournent Lutèce. C’est à partir de ce moment, qu’un culte va se faire à Geneviève qui sera quelques siècles plus tard sanctifiée. Une chapelle, puis une église, une basilique, va lui être consacrée où l’on va y disposer ces reliques. Le lieu avec les différents changements politiques va devenir lieu de culte religieux plusieurs fois à un lieu où l’on va rendre hommages aux grands hommes de la patrie. 69 hommes et 2 femmes sont présents (entier ou en morceaux) dans les sous-sols du Panthéon.

L’histoire est passionnante et palpitante toutefois il est dommage que certaines erreurs soit de dates ou de lieux ou autres soient présents un peu partout dans l’édition de 2000. Par exemple, le livre commence avec l’information comme quoi Ste Geneviève est morte en 502 et sous la fresque représentant Ste Geneviève dans le Panthéon, c’est noté qu’elle est morte en 512, d’ailleurs comme dans le document donné gratuitement dans le lieu. On pourrait dire que je chipote sur la date mais 10 ans cela fait de gros changements politiques et religieux. Et puis d’autres détails se rajoutent et me pousse à m’interroger sur les bonnes informations. Car sur le site des monuments nationaux, on peut consulter un document à destination des profs avec des dates et autres informations opposées. Alors que croire?

Après beaucoup de déception sur la lecture, je vous avoue que cela m’a poussé à faire plus de recherche pour découvrir la véritable histoire et faire des visites guidées du Panthéon. Certains choses vont rester sans réponse mais ce n’est pas grave. Une certitude cela va me permettre de toujours vérifier les livres d’histoires avec d’autres sources pour être plus certaine de ce que j’apprend. Ce qui est drôle c’est que ce souci d’informations fiables se retrouve sur internet avec des éléments simples comme le nombre de personnes mise sous le Panthéon qui diffère du Monde au Echos.

Par chance, l’édition de 2013 a été modifiée mais je ne vais pas pour autant l’acheter. La vieille édition est une porte ouverte sur la curiosité et qui développe l’esprit d’aventure et de quête. Mais si vous le trouvez même pas cher, passez votre chemin.

Lien vers un billet sur l’histoire du Panthéon sur mon blog

Publicités

Il était une fois le Panthéon de Paris

unnamed

unnamed

Eglise, bâtiment laïc, de nouveau église puis basilique avant de devenir définitivement le temple des grands homme, le Panthéon a vécu au rythme de l’histoire de France. Direction un monument particulier que vous ne risquez pas d’oublier.

Lire la suite