Les cathédrales – Cathy Franco, Emilie Beaumont et Jacques Dayan

9782215084570_1_754ème de couverture
L’apparition des cathédrales érigées dans un style roman remonte en 313 ap JC et c’est ensuite, durant une période de grande prospérité, qu’adviennent les cathédrales dites gothiques. Par cet album, l’occasion est également donnée de découvrir les étapes de construction de ces gigantesques édifices ainsi que les métiers qui y sont attachés : verrier, fondeur de cloches, forgeron… Un rapprochement entre hier et aujourd’hui tient lieu de conclusion.

Lire la suite

Le confident – Hélène Grémillon

unnamed-2

Hélène Grémillon est apparue dans le panel littéraire en 2010 avec son premier roman Le Confident. Son envie de raconter l’histoire de deux femmes qui se haïssent se concrétise avec ce roman autour d’un enfant et de l’Amour. Les histoires de famille ne sont jamais simples et Camille va très vite s’en rendre compte.

Lire la suite

Cléopâtre – L’indomptable princesse – Vivian Koenig

cleopatre-l-indomptable-princesse-viviane-koenig-97827011747784ème de couverture
63 avant notre ère. Cléopâtre a six ans et démontre déjà un tempérament de feu ! Que ce soit auprès de ses suivantes ou face à Pharaon, son père, elle manie avec une rare aisance l’art de la séduction et de la désobéissance. Elle n’a pas encore l’âge d’aller étudier à la Bibliothèque d’Alexandrie que déjà elle porte un regard très critique sur les actions de Pharaon… et se rêve reine d’Égypte. Fille d’une simple favorite, elle sait pourtant que rien ne la destine à monter un jour sur le trône. Avec pour seules armes son érudition, sa détermination et sa lucidité, Cléopâtre va se montrer à la hauteur de ses ambitions…

Capture d’écran 2014-01-04 à 10.04.59

Le nom de Cléopâtre inspire forcément des images et des idées. Cette femme d’exception a une histoire hors du commun. L’historienne Vivianne Koening propose dans la collection Avant de devenir chez Belin Jeunesse de nous faire découvrir sa jeunesse pour mieux comprendre comment elle est devenue reine d’Egypte.

Vivianne Koening a une véritable passion pour l’Egypte, historienne et professeur, elle rédige des ouvrages à direction de la jeunesse pour leur raconter de fabuleux récits réel de ces personnes ayant marqués l’Histoire. Dans ce fabuleux livre, je suis allée à a rencontre de Cléopâtre. Très jeune, elle avait de grandes ambitions pour son avenir dont devenir un jour reine d’Egypte sans avoir besoin d’un homme pour prendre ce poste. Mais pour y arriver va falloir déjà développer son savoir dans de multiples domaines comme la nature, la santé, la philosophie, la littérature, les mathématiques… Elle est toujours en quête de savoir et pose inlassablement des questions pour comprendre.

Le climat politique est assez tendu. Elle s’en rend compte même en vivant protégée par les remparts du château. Le politique menée par Ptolemée XII dit l’Aulète ne plaît guère au peuple qui devient de plus en plus pauvre et par conséquent enragé. Les romains ne sont pas loin et même en leur donnant beaucoup d’argent, il ni a pas la certitude que l’Egypte restera égyptienne. D’ailleurs, il va fuir et c’est la grande soeur de Cléopâtre qui va prendre la succession avec un mari que l’on va vite lui trouver. Mais les gens de pouvoir sont des cibles à de nombreux attentats de toutes parts. Très vite les deux personnes sont assassinées. Cléopâtre va devenir reine avec son petit frère pour diriger la nation vers la liberté. Les conseillés de son frère vont lui mener la vie dure pour l’écarter du pouvoir. Pour preuve, elle va devoir fuir hors d’Egypte.

En plein désert, entourée de gens en qui elle a pleinement confiance, elle programme son retour en Egypte et elle a bien raison. Le peuple commence à souhaiter son retour mais cela ne peut se faire sans risquer de perdre la vie. Elle va demande l’aide de César. Elle va utiliser un fin stratagème pour aller à sa rencontre et le plus surprenant arriver. Ils tombèrent amoureux l’un de l’autre et de cet amour naîtra un enfant. Avec un allié comme César, elle revient dans son pied en conquérante. Puis des années plus tard, elle fera la rencontre de Marc-Antoine et de nouveau un coup de foudre unis ces deux être qui donnera naissance à des jumeaux.

Un livre passionnant que j’ai eu bien du mal à fermer tellement que l’histoire d’une part est très intéressante et que d’autre part c’est remarquablement écrit. Si l’histoire m’avait été aussi bien raconté lorsque j’était plus jeune, j’aurais été une passionnée de nos jours. Légèrement romancé, l’Histoire nous est présentée avec des faits exactes, pour ce que l’on est sait à l’heure actuelle. Dans le premier repli du livre, les noms et identités des personnages réels et à la fin les trois personnages fictifs puis dans les dernières pages les grandes dates, les grands évènements et les grands personnages présentés en quelques lignes. J’ai appris beaucoup de choses très intéressantes qui me donne envie de poursuivre ma curiosité historique des grands noms.

La collection « Avant de devenir » propose quelques titres pour l’instant mais s’ils sont aussi intéressants que ce livre cela promet de très intéressantes lectures. Si vous aimez l’Histoire, ou Cléopâtre ou les deux et que vous voulez approfondir ou découvrir, n’hésitez pas à vous plonger dans ce génial livre. Après vous ne verrez plus jamais l’Histoire pareil et vous voudrez en lire un autre, tout comme moi.

coupdecoeur

M. Peabody et Sherman : Les voyages dans le temps

Unknown-1

Etes-vous prêt pour un voyage dans le temps en compagnie de M. Peabody et de son fils, Sherman?

On pense souvent que les dessins animés ne sont que pour les enfants, mais quel apriori. Cette aventure est l’exemple qui prouve le contraire en maniant intelligemment l’écriture, l’histoire et le graphisme.

M. Peabody a adopté un enfant, un jeune garçon prénommé Sherman auquel il va apprendre l’Histoire du monde grâce à une machine pour voyager dans le temps comme le TARDIS, sauf qu’il est petit à l’intérieur comme l’aspect qu’il peut avoir à l’extérieur. Et un peu comme Docteur Who, il va influencer un peu l’histoire comme il va aider Léonard de Vinci à faire sourire La Joconde mais sans être un déclencheur de catastrophe. Mais la rentrée de Sherman à l’école va être déclencheur de l’aventure la plus folle de cette petite famille atypique et pour mon plus grand plaisir. Unknown-2

Les voyages dans le temps sont présentés avec beaucoup d’exactitude rendant l’histoire passionnante et surtout avec des jeux de mots raffinés permettant un visionnage à plusieurs niveaux de public. J’avoue avoir été totalement conquise par ce film très bien fait avec la délicate voie de Guillaume Gallienne dans le rôle du chien. La subtilité dans les détails est impressionnante comme la peinture d’un Rothko dans le salon. Enfin un dessin animé intelligent, drôle, instructif qui va inciter plus de grands enfants à fréquenter les grandes salles. 

Les mots globe-trotters – Sylvain Alzial et Aurore Petit

Unknown-5

4ème de couverture
Anorak, bouquin, chiffre, hasard, ketchup, pyjama, shampoing… tous ces mots que nous utilisons au quotidien nous viennent d’ailleurs, d’autres langues : de celle des Inuits, du néerlandais, de l’arabe, de l’anglais, du persan, de l’hindi… Parce que les mots n’ont pas de frontières et qu’ils voyagent, se transforment, enrichissant notre langue. Au fil des pages, on découvrira aussi que “spaghetti” est le diminutif en italien de spago, qui signifie “ficelle”, ou encore que “tatouer” a été formé à partir de deux mots polynésiens qui désignent le dessin et l’esprit. Les illustrations d’Aurore Petit mettent en scène avec fantaisie, mais tout en rigueur, l’histoire de leur origine, révélant ainsi des rapprochements et des évolutions de sens étonnants.
Capture d’écran 2014-01-04 à 10.04.59
Les mots que nous utilisons tous les jours ont une histoire. Etes-vous prêt pour un ticket de voyage pour l’Europe et pour l’Orient?

Les envahisseurs de tout bord conquièrent le monde et prennent dans leurs bagages leurs langues. De ces mélanges d’Alamans, Francs, Wisigoth…  naquit le francique qui donna le nom au pays et à la monnaie. Sous François Ier, le latin disparaît au bénéfice du français dans les textes juridiques. Au Moyen Age, les foires sont les occasions de voyages et de rencontres et permet l’introduction de mots néerlandais. Puis sous la Renaissance, débutent les échanges avec l’Italie, puis avec l’Espagne à partir du XVIIème et avec l’Angleterre vers la fin du XVIIème.

Bouquin
Du néerlandais boeckjin, diminutif de boek, « petit livre », de la même origine que Buch en allemand et book en anglais.

Tee-shirt
De l’anglais tee, « T » et shirt, « chemise » : « chemise en forme de T ».

Les mots d’Orient ont laissé une forte trace dans l’histoire des mots car il faut rappeler que les Arabes sont restés sept siècles en Espagne et cinq siècles en Sicile en leur transmettant leurs connaissance dans les mathématiques, l’astronomie, la médecine….

Pyjama
Du persan pâejâmah, « pantalon ample », de jâmah, « vêtement », et pâe, « pied, jambe », passé par l’hindi pajama, et traduit au XIXème siècle en anglais, d’où « pyjama » en français.

Samedi
De l’hébreu shabbat, qui signifie « repos », le jour le plus important de la semaine dans la religion hébraïque (du vendredi soir). Passé ensuite par le latin sambati dies (jour du sabbat), puis sambedi avant d’arriver en français : « samedi ».

Et enfin viennent les mots importés suite aux conquêtes dans le monde : Amérique, Afrique ou Océanie à partir du XVIème siècle par les européens.

Tatouage
D’origine polynésienne, tatau, et de ta, « dessin » et atua, « esprit », traduit en anglais tattoo par l’explorateur James Cook au XVIIIème siècle. 

Chocolat
Du nahuatl chocoauatl, abréviation de pochocacau-atl, « boisson de cacao et de noix de cajou », adapté en espagnol sous la forme chocolate. 

Ce petit voyage dans une petite histoire des mots d’ici venus d’ailleurs très joliment illustrés par Aurore Petit a été un vrai petit plaisir de lecture. Laissez vous tenter par cette aventure enrichissante.

wonder

Petites histoires de mots – Géraldine Faes et Ronan Badel

51RV3GBDXBL

Sandwich : John Montagu, homme politique anglais du XVIIème siècle et quatrième comte de Sandwich, était un joueur invétéré. Incapable de s’arrêter pour manger, il avait pris l’habitude de faire apporter, à la table de jeu, deux tranches de pain garnies de viande froide. Il donna son nom à ce repas incongru, que les aristocrates adoptèrent ensuite pour leurs « parties de campagne », nos pique-niques d’aujourd’hui.

Capture d’écran 2013-07-18 à 19.58.35

4ème de couverture
Savez-vous… que le mot  » ketchup  » vient du chinois  » ke-tsiap  » qui désigne une sauce à base de crustacés et de poissons ?… que l’arobase (@) existait déjà au Moyen Age ?… que le Père Clément a eu, un jour, l’idée de créer une nouvelle espèce d’agrumes, la clémentine ? Ludique, instructif et riche en surprises, ces petites histoires vous proposent l’aventure de 100 mots du vocabulaire courant comme pantalon, chips, pactole mais aussi copain ou encore plouc. Qu’elle soit géographique, historique ou plus anecdotique, l’origine des mots est souvent inattendue et mérite d’être contée.
Capture d’écran 2013-07-18 à 19.58.35

Bonjour messieurs les mots, mais que cachez-vous derrière ces innocentes lettres? Mais de fabuleuses histoires incroyables et insoupçonnées.  Chaque mot est accompagné d’une illustration pour une mise en situation concrète soit de l’histoire soit de son sens.  Les pages se tournent avec plaisir car à chaque mot son mystère et sa magie. Certains prêtent à sourire tellement que l’évolution du terme à changer pour passer dans le langage courant de nos jours.

Une vraie petite pépite de lecture. A mettre entre toutes les mains.

81330859_p

La côte 400 – Sophie Divry

images-1

Etre bibliothécaire n’a rien de valorisant, je vous le dis : c’est proche de la condition d’ouvrier. Moi, je suis une taylorisée de la culture.

Comme il était américain, vous connaissez le sens pratique, Dewey a lancé une entreprise de menuiserie pour fabriquer des meubles adaptés aux bibliothèques, la Library Bureau Company. Excusez mon anglais. Son entreprise existe toujours. Ca, c’est très américain. Ils vendent des meubles de qualité. Ils en ont quelques-un à Beaubourg.

C’est ainsi : les guerres tuent toujours les fils et jamais les pères qui les ont décidées.

Capture d’écran 2013-06-01 à 11.11.49

4ème de couverture
Elle rêve d’être professeur, mais échoue au certificat et se fait bibliothécaire. Esseulée, soumise aux lois de la classification de Dewey et à l’ordre le plus strict, elle cache ses angoisses dans un métier discret. Les années passent, elle renonce aux hommes, mais un jour un beau chercheur apparaît et la voilà qui remet ses bijoux. Bienvenue dans les névroses d’une femme invisible. Bienvenue à la bibliothèque municipale, temple du savoir où se croisent étudiants, chômeurs, retraités, flâneurs, chacun dans son univers. Mais un jour ce bel ordre finit par se fissurer.

Capture d’écran 2013-06-01 à 11.11.49

L’auteure s’adresse à moi, la lectrice qui s’est fait enfermée dans la médiathèque. Pendant qu’elle vaque à ces occupations dans son sous-sol entre ces rayons histoire et géographie. Le temps d’une lecture, on devient sa confidente. Dés le début, elle me paraît hautaine, hargneuse, aigrie, psychorigide et maniaque. Elle déteste les gens, ceux qui aiment l’architecture, ces collègues, les gens qui n’aiment pas lire, les bourgeois, les politiques… S’aime t’elle d’ailleurs. Vivant dans sa solitude, blessé dans son coeur, elle vit seule sans ami, avec comme compagnon les livres. Un jeune garçon vient de temps en temps travailler, Martin, elle rêve de lui en se faisant une obsession sur sa nuque. Mais jamais, elle ne tente quelque chose à part mettre une paire de boucle d’oreilles ou être proche de lui parfois lorsqu’elle range les livres.

Une fois passé le côté pathétique de la bibliothécaire vielle fille, je me suis laissée porté par le livre. Je n’ai pas trouvé l’esprit de la médiathèque où je vais régulièrement. Elle n’aime pas trop les grosses nouveautés, les livres des grosses rentrées littéraires. La médiathèque privilégie des livres d’apprentissage de langues, des livres en japonais, sur la culture arménienne, sur l’art de la pousse du bio… J’avoue que je suis très rarement tenté par les nouveautés. Et en ce qui concerne les conseils, j’ai juste le droit à « Regarder dans la brochure des coups de coeur » ou « il y a un coeur sur la tranche« . Cet accueil souvent peu chaleureux dans un espace assez froid, je me ballade pas très longtemps.

J’ai beaucoup aimé cette phrase « Je fais un métier courageux, utile, intéressant, qui demande un tas de qualités. Quand ils rendent les livres : « J’aime beaucoup aussi, cela vous a plu?« .  J’adorerai rendre mes livres et en discuter avec le bibliothécaire sans devoir regarder ma montre. Un jour peut-être…

Ce livre est sympathique sans être transcendant, surprenant ou autre. Une petite lecture agréable avec en bonus un peu d’histoire sur les bibliothèques.

L’avis d’Aurelie : labibliothequedelilou.hautetfort.com/archive/2012/08/10/la-cote-400-de-sophie-divry.html
L’avis des Livres de Georges : leslivresdegeorgesandetmoi.wordpress.com/2011/03/09/la-cote-400-de-sophie-divry/

challenge-2challenge-le-nez-dans-les-livres

Dictionnaire d’un amour – David Levithan

9782253169529-T-1 Dictionnaire d’un amour
David Levithan
Editeur : Le livre de poche
Nombre de pages : 237

Découvert sur le blog de Moka comme son coup de coeur du moment et aussi en coup de coeur d’un vendeur livre à la Fnac, j’ai cédé à la tentation de l’achat.

Abstraction nf
L’amour est une forme d’abstraction. Et puis il y a les nuits où je dors seul, où je me blottis contre un oreiller qui n’est pas toi, où j’entends des bruits de pas feutrés qui ne sont pas les tiens. Ce n’est pas comme si je pouvais soudain te faire surgir à côté de moi. Je dois me contenter d’étreindre l’idée de toi.

Sous forme d’un dictionnaire, classé par ordre alphabétique, l’auteur David Levithan nous raconte une histoire d’amour. Une histoire particulière car il a offert sincèrement son cœur à une femme, à oser dévoiler ces faiblesses et s’est rempli l’esprit d’espoir innocent et sincère.

Manque, nm
Hier soir, j’ai pris mon courage à deux mains et je t’ai demandé si tu avais des regrets à propos de nous. « Il y a des choses qui me manquent, as-tu dit. Mais si je ne t’avais pas, il m’en manquerait encore plus. »

De la lettre A à Z, il parcourt ces souvenirs, ces doutes autour de cette rencontre qui le bouleversera et qui brisera le cœur.

Rien, pr. indéf.
Tout le dilemne est là, n’est-ce pas? Quand on est célibataire, il y a la tristesse et la joie du rien que moi. Et quand on est à deux, il y a la tristesse et la joie du rien que toi.

Un petit livre agréable qui se lit vite. Sans prétention dans l’écriture, ni dans l’histoire. Un bon livre pour un voyage en train. D’ailleurs, je pense prochainement l’abandonner dans un train et j’espère qu’une autre femme le trouvera et prendra autant de plaisir que moi à la lecture.

L’avis de Moka : au-milieu-des-livres.over-blog.com/article-dictionnaire-d-un-amour-de-david-levithan-115431186-comments.html#anchorComment

challenge-280010040_o