Le très gros livre de Simon’s Cat – Simon Tofield

9782265098152Vous aimez la compagnie des félins? Vous les trouvez très mignons sur des vidéos ou des photos que vous partagez sur Facebook? Vous aimez les caresser et vous les allez les voir quand vous les croisez dans la rue? Alors vous allez adorer « Le très gros livre de Simon’s Cat » de Simon Tofield. Lire la suite

Jamais vu un cadeau aussi nul! – Gérard Moncomble et Frédéric Pillot

imagecouv_453178

Titre : Jamais vu un cadeau aussi nul!
Auteur : Gérard Moncomble
Illustrateur : Frédéric Pillot
Editeur : Hatier Poche
Parution : 19 mars 2008

Capture d’écran 2014-01-04 à 10.04.59

4ème de couverture
D’accord, j’adore les cadeaux ! Mais les beaux, les rigolos ! Pas les horribles, les épouvantables ! Et ce truc-là, zéro ! C’est à hurler ! Tu sais quoi ? Je vais le ratatiner !

Capture d’écran 2014-01-04 à 10.04.59

Thérèse est le chat de la famille. Elle est toute heureuse avec ces habitudes au quotidien. Pour prouver l’amour de sa famille, elle lui fait un cadeau pour son anniversaire. Mais va t’il plaire à Thérèse Miaou?

Thérèse Miaou est très exigeante avec sa famille car elle le vaut bien. Alors quand il lui offre une chatière elle décide de bouder. Qu’est ce que ce cadeau tout pourri? Elle va alors tout faire pour que ce cadeau ne serve pas et va aller jusqu’à faire abimer la maison. Ces potes du quartier, suite à sa demande vont en profiter pour visiter la maison grâce à la fameuse chatière et ne parlons pas du chien du voisin, un peu béta. Comme elle est maligne, elle va pouvoir garder le fait qu’on lui ouvre la porte à sa demande.

Une lecture bien sympathique pour une première lecture pour les enfants à partir de 6 ans. Le texte est écrit en gros avec des mots faciles, des petits chapitres et de biens sympathiques dessins. On suit l’histoire avec facilité et curiosité. J’ai envie de continuer à rencontrer ce chat bien égoïste au sein de cette famille un peu particulière en plus il en existe toute une collection.

A mettre dans les mains des enfants pour qu’ils prennent très vite le goût de la lecture et qu’ils rigolent avec ce chat tout loufoque.

Madame Pamplemousse et le Café à Remonter le temps – Tome 2 – Rupert Kingfisher

imgres-14ème de couverture
Il existe à Paris un café 
aux stores rayés de vert et d’or.
Sur le bar trône un percolateur argenté. 
Lorsqu’on y introduit des ingrédients spéciaux et parfumés,
il en sort un petit café noir qui transporte 
celui qui le boit dans l’espace et dans le temps.
Et si Madeleine, madame Pamplemousse et Camembert 
ont recours à cette invention géniale, 
ce n’est pas pour faire un paisible voyage dans le temps,
mais pour aller chercher dans le passé 
de quoi sauver le monde de la mélancolie.

Capture d’écran 2014-01-04 à 10.04.59

 

 

 

Besoin d’un peu de magie de fantaisie dans votre quotidien? La grisailles vous envahit tout entier, alors diriger vous le Café à Remonter le Temps.

Alors pour aller prendre un café un peu particulier, il faut prendre une petite rue escarpée dans Montmartre. Un café à l’ancienne, au décor élégant, avec des tables en bois luisant, des vitres gravées de volutes et d’arabesques, et un auvent à rayures vertes. Madame Pamplemousse avec son ami, le patron du café, M. Moutarde rêvent de pouvoir voyager dans le temps et l’espace. En combinant leurs talents, ils arrivent à créer un café magique qui envoie dans le passé avec une boisson pour pouvoir revenir dans le présent.

Un mélange qui va être nécessaire à toute la petite équipe car Mlle Fondue mandatée par le Président de la République veut imposer la morosité à tous. A grand coup de destructions d’anciens monuments et de harcèlement moral, elle impose une perte de la magie à chaque citoyen français. Mais cela se serait passer tranquillement si Mme Pamplemousse, Madeleine et Camembert ne se serait pas rebeller. En voyageant dans le temps, ils vont trouver tous les ingrédients nécessaire pour créer un filtre magique et rentre de la féerie un peu partout en chacun de nous.

Rupert Kingfisher aidé par les illustrations de Sue Hellard nous propose une nouvelle aventure de Madeleine. On retrouve les gentils ingrédients du tome 1 avec un gros vilain contre des vrais gentils et une gentille fin. Paris est une ville surprenante et plein de magie car après la boutique surprenante de Mme Pamplemousse on découvre un bar où l’on peut déguster de succulents cafés. Et pour justifier son côté science fiction, l’auteur nous propose des voyages dans le temps. Mais j’avoue, j’ai moins aimé que le premier tome peut-être que mon aversion pour les dinosaure joue.

Je me suis laissée emporté par l’histoire quand même et je pense que je vais tout de même lire le tome 3.

Tokyo Home de Cyrielle et Gloris

Unknown-54ème de couverture
Julie Wallon – 1 m 67 de bonne humeur, 56 kilos d’énergie et 17 ans d’espièglerie – débarque au Japon avec une seule idée en tête : prendre un nouveau départ. Entre idées reçues et clichés en tous genres, elle va tracer son destin et trouver sa place.


Julie Wallon décide de quitter sa mère suite à une forte dispute. Elle prend l’avion, direction le Japon pour rejoindre son père. Toutefois, personne n’est là pour l’accueillir. Est-ce un signe de son futur séjour?

Son père l’avait totalement oublié mais elle arrive à trouver le chemin. D’ailleurs, elle va rencontrer des gens hauts en couleur qui vont lui faire aimer ce pays. Dans le métro, une personne assise avec un costume à l’apparence pas très commode. Pourtant ce cache une femme exceptionnelle au grand coeur qui va devenir son amie et sa confidente. Le fait qu’elle maîtrise le français aide beaucoup. Elle va se faire sa place à l’école malgré la haine et donc jalousie de certaines. Et surtout, une véritable relation avec son père va se créer.

Une géniale bande dessinée qui permet de partir à la rencontre de la culture japonais sous tous ces aspects. Cela m’a vraiment donné envie de monter dans un avion pour y aller. Je voulais savoir la suite. La relation avec sa mère va t’elle s’améliorer? Va t’elle être heureuse en amour? Comment vont évoluer ces futures amitiés? J’ai envie de poursuivre les aventures avec Julie, c’est pour dire que j’ai été séduite. Si vous aimez le Japon, n’hésitez pas à lire cette bd.

Wonderpatate

Histoire du chat et de la souris qui devinrent amis – Luis Sepulveda

images-7

4ème de couverture
Max est l’humain de Mix et Mix est le chat de Max. Ils grandissent ensemble, ils sont amis pour de vrai. Lorsque Max part faire ses études, il emmène son chat bien-aimé. Max est souvent absent et Mix, devenu vieux et aveugle, passe de longues journées solitaires. Un jour un bruit suspect lui révèle la présence d’une souris mexicaine très sympathique, qu’il baptise Mex. La souris bavarde et trouillarde, raconte le monde à Mix, qui l’emmène en balade et lui donne un coup de main quand il faut atteindre la dernière étagère du placard. Ils sont très différents mais entre le chat rêveur et la souris gourmande et volubile naît une amitié comme sait si bien les raconter Luis Sepúlveda.

Max le jeune homme et Mix le chat sont de grands amis. Présentés ainsi on pourrait croire à une histoire pour les enfants pour expliquer des choses basiques. Mais devant l’innocence de l’histoire se cache un message que j’ai vraiment apprécié lire.

Parlez de l’amitié est-ce enfantin? Je dis non, catégoriquement. C’est un vrai délice que je retrouve la plume de Luis Sepulveda qui traduit avec simplicité des réalités. Max et Mix vivent ensemble, chacun à son rythme avec ces croyances, ces espoirs, son rythmes de vie et avec respect. Mix était son ami et les amis s’entraident, s’instruisent l’un l’autre, partagent les réussites et les erreurs. En effet, on suit Max qui devient adulte, quitte l’école, trouver un travail, rencontre l’amour. Et Mix, le chat qui profite de sa jeunesse qui vieillit doucement. Un nouveau personnage arrive dans l’histoire, Mex la souris qui habite l’appartement qui est très peureuse. Toutefois, une histoire d’amitié va se créer entre Max et Mix.

Les illustrations de Joëlle Jolivet sublime l’histoire et rend encore plus adorable le chat.  Presque toutes les deux pages un dessins qui accompagnent l’histoire. Je tombe sous le charme de ce chat, calme et tranquille qui me rappelle mon ancien chat .

Il est dommage que le livre se finisse si vite. En tout cas une très belle découverte faîtes grâce aux Livresdegeorge. Il est bon de lire des livres où l’on peut se passer la violence, les clichés et la malveillance. Le livre refermé, un sourire sur les lèvres et une sensation de chaleur au creux du coeur. Je respire d’un simple bonheur.

Du même auteur : Le vieux qui aimait lire des romans d’amour

Wonderpatate coupdecoeur lc-sapristi-mais-tu-nas-jamais-lu-ce-livre

Le chat qui lisait à l’envers – Lilian Jackson Braun

9782264017291fs

– Comme détective, Jim, vous êtes un grand critique d’art! 

4ème de couverture
Pour Jim Qwilleran, ancien chroniqueur criminel, un poste de rédacteur artistique est une véritable gageure étant donné qu’il ne connaît rien à la question. Très rapidement, il se rend compte que son véritable travail consiste à contrebalancer celui d’un féroce critique d’art, attaché au même journal et détesté de tout le monde. Pourtant la maison de celui-ci est un véritable musée, sa table celle d’un fin gourmet et l’homme lui-même est brillant et satirique. Il possède aussi un chat siamois aristocratique, Kao K’o Kung – Koko pour Qwilleran – qui apprécie les vieux maîtres et sait lire à l’envers les manchettes de journaux. Dans le monde apparemment paisible des beaux-arts, trois morts brutales se produisent et c’est grâce au flair de Koko…

Le chat qui lisait à l’envers est la premier tome, d’une longue série policière écrite par une américaine, paru en 1966 dans un style so british. On découvre un personnage qui va être celui que l’on va suivre dans les autres histoires. Jim Qwilleran, ancien chroniqueur criminel devenu journaliste artistique. Il n’y connaît rien en art, mais c’est d’autant mieux. Son trait physique caractéristique c’est sa moustache qui le titille par moment. Il n’aime pas l’alcool et adore boire des jus de tomates.

Bienvenu au coeur d’un journal, avec l’odeur du vieux papier, le bruit des machines à écrire et aussi le fameux Club de la presse où le serveur connaît pleins de ragots. Son journal le Daily Fluxion, était surtout réputé pour sa rubrique artistique avec les articles de George Bonifield Mountclemens III qui n’hésite pas à être acerbe et sans pitié. Ce dernier va être au coeur de l’intrigue qui va composer l’histoire. Jim va rencontrer George chez lui et toute sa vie va se transformer.
Suite à cela, il a un petit appart pour pas cher juste à l’étage en dessous de son compère journaliste et un nouvel ami très spécial. Un chat siamois à l’instinct développé au nom Kao k’o Kung dit Koko.

Le patron d’une agence d’art meurt assassiné, puis George Bonifield Mountclemens III, un artiste nommé Ciseau mais qu’est-ce qui relit toutes ces personnes? Un tueur en série? Il veut mener l’enquête pour comprendre et le chat va beaucoup l’aider. D’ailleurs, sans lui il n’aurait rien compris, il serait d’ailleurs même mort.

L’histoire n’est pas structurée comme peut l’être à un Agatha Christie. Ici tout est lent, calme et tranquille. Pas de précipitation pour découvrir la ville, les gens, les artistes, on a le temps. L’avantage, cela vide la tête. La lecture ne stress pas et ne perturbe pas. La lecture d’un nouveau tome dans quelque temps n’est pas à exclure.

L’avis de Les livres de Georges 
L’avis d’Asphodèle 

lc-sapristi-mais-tu-nas-jamais-lu-ce-livre

Vincent et Van Gogh – Gradimir Smudja

images

Tu as ta vie de marin dans le sang. Chacun avait son secret, qu’ils se cachaient mutuellement. Le secret de Van Gogh c’était Vincent et celui de Gauguin son perroquet Paul!

Capture d’écran 2013-07-18 à 19.58.35

4ème de couverture
Et si Van Gogh n’avait jamais été un artiste de génie, mais un pauvre type sans aucun talent ? Et si l’une des œuvres parmi les plus célèbres de l’histoire avait été entièrement peinte par un autre et usurpée par Van Gogh ? Hypothèse farfelue, scandaleuse forfaiture? Pas si sûr. Car Van Gogh, une nuit en Arles, sauva la vie d’un mystérieux petit chat appelé Vincent, qui se mit à créer les toiles les plus extraordinaires…

Capture d’écran 2013-07-18 à 19.58.35

Voilà un très bel hommage à M. Van Gogh. En fin de compte, Van Gogh n’avait pas un si grand talent pour peindre. C’est un chat du nom de Vincent qui du bout de ces pattes réalisent les oeuvres que l’on connaît. Mais la folie va gagner ce chat qui va nuire à l’équilibre mental du peindre.

On va suivre leur aventure dans un dessin comme dans un tableau à la Van Gogh où l’on va découvrir certains ces plus grandes peintures, mais où l’on va rencontrer des artistes de la même époque. On va pénétrer dans l’oeuvre de Claude Monet tout en rencontrant l’homme puis les fameuses tahitienne de Paul Gauguin.  Dans la ballade, on va discuter avec Toulouse-Lautrec, Edgar Degas, Rembrandt, Eugène Delacroix, Paul Gachet, Pablo Picasso et on découvre Paris avec la tour Eiffel, la gare d’Orsay, le lapin Agile; la Provence, Arles….

Un fabuleux voyage dans l’univers fantastique de Van Gogh qui rend vraiment hommage au talent du peintre. J’ai vraiment adoré et j’ai été transporté le temps d’une lecture. Alors, si vous aimez le peintre, je vous conseils cette lecture aussi surprenante que belle.

Les mots – Nicolas Bianco-Levrin et Julie Rembauville

les-mots-5652551Les mots
Nicolas Bianco-Levrin et Julie Rembauville
Editeur : Lirabelle
Genre : bande dessinée

GrrGGgrr, GgrGRrrrGGrggR GG GGrr Ggrgrg grgrgrg GGgrgggr

Non, mon clavier n’est bloqué sur la lettre G, mais c’est le langage utiliser dans cette bd assez atypique. Déjà pour la lire, on tourne le livre pour le mettre à l’horizon et se montre à nous sur fond de papier kraft et crayonné noir, un univers Grr. Un homme tombe pas hasard sur la couronne du roi, mais on souhaite l’arrêter. Il s’enfuit en carrosse. Lorsque ce dernier s’arrête, il poursuit son chemin et va donner un message qu’il a rédigé pendant sa fuite.  Les gendarmes le retrouve, mais ne le rattrape pas. Il glisse à nouveau un courrier dans une boîte aux lettres. L’homme qui lit la lettre va imprimer des tracts pour être distribué. La police va censurer tous le contenu et le brûler sur la place public. Un homme va essayer de diffuser le message à haute voie dans la rue, il va se faire arrêter ainsi que ceux qui l’ont écouté. Une supercherie va être dénoncé mais à quel prix?

Est-ce que je conseillerai cette bd? est-ce que je voudrais l’avoir dans ma bibliothèque? La réponse est non. Je n’ai pas été conquise malgré trois relectures. Mais il faut applaudir l’originalité et la recherche dans la construction et l’histoire. Ce n’est pas pour rien que la médiathèque l’a classé dans les inclassables.

challenge-2