Pirosmani – 5ème – Paris

G1

Dans la poursuite de la découverte des cultures, avec des amis, nous sommes allés dans un restaurant géorgien.

On s’installe et on nous donne les cartes avec le sourire. Que de choses appétissantes, le choix est difficile. Chose surprenante, beaucoup de plats avec des cerises et de la crème fraîche sont proposés. Nous nous décidons et nous craquons presque toutes pour le même dessert.

G2

 

 

 

 

Deux ont prises de délicieuses galettes au fromage. Une autre un ensemble d’entrée végétarienne et un autre une soupe, suivi de raviolis farcis avec des cerises et de la crème fraîche.

G4G5soupe

Nous avons craqué pour un dessert de crêpes avec des cerises. Nous pensions avec un gâteau avec des crêpes superposées et un de cerises dans un petit pot. Mais c’est un gâteau avec de la crème de beurre, de la crème fraîche et sur le gâteau de la crème fraîche et des cerises. L’autre dessert est un entremet à la confiture de crème fraîche avec un coulis de framboise.

G6G9

 

 

 

 

 

 

 

Nous avons eu une addition de 66,50€ pour 4 personnes.  Ce qui est très raisonnable surtout que nous n’avions plus faim. Une belle découverte culinaire.

 

Pirosmani
6 rue Boutebrie
75005 Paris

 

Les grandes tables du 104

GRDETABLE

Un petit creux me pousse à franchir les portes de Les grandes tables du 104. Le restaurant ouvre plus tard car des spectacles ont lieu ce soir. Peu de gens ont encore poussé les portes du restaurant. Je peux aller m’installer un peu où je veux 🙂

Je passe commande au bar, je m’assied et j’apprécie la semi-tranquilité du lieu. Semi car un enfant en bas âge cri, hurle, pleure et rit par alternance. Heureusement, qu’il y a de la musique en fond sonore.

Malgré une carte assez variée, je veux juste grignoter. Je commande une assiette de frites et un diabolo violette. Malgré un service rapide et souriant, l’addition me fait tousser de surprise. Quoi, 5€ le petit bol de frites? Un peu cher quand même. Mais à 6€ la crème brûlée ou la mousse aux deux chocolats, rien de surprenant. Par chance, ils n’ont pas acheté le paquet de frites à 1€ les 5 kilos, mais quand même.

frites

Si je repasse par le 104, je ferais une petite halte pour le côté agréable du lieu mais juste pour boire un verre. Car à 3€ le diabolo, cela est très raisonnable.

L’île – Issy-les-Moulineaux

resto

Dans le cadre de l’opération cette semaine de Tous au restaurant, j’ai décidé d’aller à la découverte d’un restaurant haut standing. Direction le restaurant L’île à Issy-les-Moulineaux, où le chef Patrick Gaultier propose un repas spécial pour cette occasion. Un menu à 45€ où notre invité est leur invité. resto1

Avant de débuter le délicieux qui nous attend on se prend un apéro. D’un côté un verre de Pouilly et de l’autre un cocktail sans alcool. Chaque boisson est à 7€. Petit verre pour le cocktail très bon au demeurant et un verre de Pouilly assez moyen.

On commence le repas avec en entrée une terrine de canard au foie gras, artichaut et poire confite. L’assiette arrive déposé par un serveur souriant et aimable. La présentation est très jolie malgré qu’on ne trouve dans l’assiette d’une tranche de terrine et un petit morceau de pain. La texture de la terrine est variable entre les morceaux de foie gras, les morceaux de canard et de légumes. Un vrai délice.

resto3

Ensuite, le plat avec un pavé de veau au romarin, polenta crémeuse aux tomates confites. Un peu d’appréhension avec la polenta, car toutes celles que j’ai mangé étaient vraiment mauvaises. Mais là, un vrai délice, crémeuse à souhait, légère en bouche. La viande était parfaitement cuite et fondait sur la langue. Bien cuite autour et un peu rosée dedans. Dommage qu’il ne propose pas ce plat dans l’année.

resto5

Et pour finir en beauté, au cas où nous aurions encore faim, une Ile flottante « géante » aux pralines roses. Au centre d’une assiette assez haute, un blanc d’oeuf meringué assez haut et gros avec dessus parsemé quelques morceaux de pralines roses. C’est vraiment très gros, vraiment trop. J’avoue que je préfère la crème anglaise, qui ici était assez peu présente et très liquide. L’île était bonne, attention, mais trop lourd par rapport au reste du succulent repas.

resto6

Bref, une très belle surprise culinaire qui m’a fait vraiment ravie. Une expérience qui se renouvellera peut-être d’ici l’année prochaine pour une occasion.

Site : www.restaurant-lile.com

Yapany sushi – Boulogne-Billancourt

 

Comme nous sommes en période de vacances, beaucoup de restaurants sont fermés sur Boulogne-Billancourt. Une envie de manger asiatique a titillé la personne qui m’accompagnait. On s’arrête au premier restaurant trouvé, direction la terrasse déserte du Yapany Sushi.

On n’attend plus de 10 minutes et personne ne vient, alors qu’il ni aucun client. Je décide d’aller à la caisse pour savoir si l’on peut manger. Le serveur m’adresse un vague regard à mon bonjour qui d’ailleurs n’a pas eu d’écho de sa part. Je demande s’il on peut manger en terrasse et si on peut avoir la carte. Il hoche la tête et me tend deux cartes un peu sale.

Je retourne à table, donne la carte à la personne m’accompagnant et nous regardons la carte. Une belle carte avec beaucoup de choix. C’est un restaurant qui fait cuisine japonaise et chinoise. Une fois notre choix fait, nous attendons encore que le serveur vienne nous voir. Le patron dans le restaurant voyant notre désarroi demande à son serveur de venir prendre notre commande. Il vient, nous regarde. Pas une parole et toujours pas de bonjour.

saumon

Nous sommes assez vite servi. Là, on se rend compte que les images de la carte n’est pas forcément ce que l’onva te servir. 10€00, juste un poulet au caramel sans riz, sans aucun accompagnement. Je trouve cela assez cher, surtout lorsqu’on voit le prix des formules généralement proposé par les restaurants japonais ou asiatique. La qualité du produit n’est pas là non plus. La personne en face de moi avait prie un riz tartare saumon pour 10,50€ beaucoup beaucoup de riz et très très peu de saumon.

sauceLe petit truc qui nous a en plus déçus est la propreté. La table est légèrement collante comme la carte. Le support à sauce ainsi que les « sauciers » devaient être blanc à l’achat, mais le temps et le non nettoyage les as noirci. Le bec pour servir le liquide a une couche de sauce sèche accumulé qui ne date du jour. Et que dire de la poubelle grande ouverte à côté de la plaque de cuisson? Je vais arrêter là, car cela me dégoute encore.

Bref, c’est décidé, si je veux manger de la cuisine asiatique cela devra être tenu par des asiatiques. Et je regarderai l’amabilité, la propreté des tables, des cartes et autres. En plus, j’ai eu beaucoup de mal à digérer mon petit et mauvais repas. Une adresse à surtout éviter.

Yapany Sushi
96 route de la Reine
92100 Boulogne-Billancourt.

 

Higuma – 1er arrondissement

chinoischinois1Pas très loin de la Comédie Française, place Colette se trouve deux petits restaurants japonais côte à côte.

L’un deux se nomme le Higuma qui propose une grande carte de plats japonais que l’on ne trouve pas partout pour pas trop cher.

Bien entendu, il ne faut pas compter pour un accueil soigné et sympathique. C’est plutôt ambiance cantine. Vite fait installé, commande vite prise et service rapide. On vous dit tout juste bonjour et le prix à régler.

Nous avons tous apprécié notre plat et nous n’avions plus faim par la suite. Trois plats pour trois personnes, nous en avons eu pour 18€. Une bonne petite adresse avant un spectacle ou avant d’aller au Louvre.

chinois2Higuma
163 rue Saint-Honoré
75001 Paris
Tel : 01 58 62 49 22

Ouvert de 11h30 à 22H30, tous les jours

A la grande bleue – Paris – 17ème

Couscous5

Accompagnée d’une kabyle qui me vante la qualité de sa cuisine, difficile de résister lorsque par hasard nous tombons sur ce restaurant  » A la grande bleue ». Nous poussons la porte et nous sommes accueilli par un homme souriant nous disant « Bonsoir ».  On n’arrive pas les premiers mais presque.

Nous nous asseyons et notre amie kabyle nous explique les plats. Chacun commande un plat différent une occasion de pouvoir goûter un peu de tout. Je décide de faire ma chieuse, je vais goûter un couscous végétarien accompagné d’un véritable thé à la menthe.

couscous

La cannelle et la fleur d’oranger sont présentes partout. Cela ne gène nullement mes congénères qui se régalent vraiment des saveurs, des textures en bouche. Nous avons mangé et il en restait encore dans nos plats. Nous n’en pouvions plus, même pas pour un petit dessert.

Une bonne adresse à rajouter dans le calepin, surtout que si l’on réserve à l’avance on peut gouter du smensen (orthographe approximative). Miam….

couscous1

A la grande bleue
4 rue Lantiez
75017 Paris

 

 

couscous2couscous3

Roger de Beyrouth – Paris – 5ème

MezeRoger de Beyrouth
103 rue Monge
75005

Tel : 01 45 35 58 06
Mail : rogerdebeyrouth(at)free.fr

Nous partions à la base pour aller manger dans un resto canadien. Mais le jour férié à eu raison de son ouverture, alors ballade dans le quartier pour trouver un restaurant qui nous conviennent à tous. Un coup de coeur s’affirme pour le premier libanais rencontré sur le chemin. Nous poussons la porte de chez Roger de Beyrouth. L’idée nous assaille de demander au serveur si c’est lui, Roger. Mais d’un regard complice personne n’ose la mauvaise blague, le sourire tout de même au coin des lèvres.

mezze2

On nous propose une table, mais nous préférons en changer pour plus de confort, car oui nous n’avons pas le physique de lilliputien, et le manque d’espace entre les murs, la chaise et la table nous semblent trop étroit. « Roger » nous mets des verres et des serviettes, puis nous offre les cartes. Nous choisissons tous. Roger revient, je lui demande si le thé à la menthe est maison. Il me répond que non, il ne fait pas pousser de thé dans l’arrière court. Quoi??? Il ne fait pas pousser du thé dans sa court??

Incroyable. Je précise et demande si il y a de la menthe fraîche dans le thé ou si c’est juste un sachet. Il me répond qu’il ne savait pas que les sachets de thé à la menthe existait. Mais de quel planète vient-il??

L’ambiance est mise, mais cela nous fait tous sourire. Chacun regarde la carte en se pourléchant les lèvres. Nous commandons des mezzes, des fritures au fromage…. Les plats arrivent et envahissent notre table. Nos yeux vont de plats en plats ne sachant par lequel commencer. On se regarde tout sourire et on attaque. L’enthousiasme s’épuise aussi vite que nos estomacs se remplissent. Pour la petite touche sucré nous goutons la glace traditionnelle. Un peu étrange mais cela se mange bien.

Une bonne soirée avec pleins de saveurs et de rires.

 

Virgin Mégastore

Virgin1

Avant la fermeture annoncé du Virgin sur les champs, j’allais de temps à autre manger dans le restaurant qui se situe au dernier étage du magasin.

Un lieu assez accueillant et des serveurs toujours aimable et souriant, chose assez rare pour être souligné. Vous pouvez choisir votre table, côté magasin, côté fenêtre donnant sur les champs ou juste entre les deux de façon plus intimiste. Le menu est présent sur la table avec les spécialités du moment, c’est le set de table. A cela se complète, la carte plastifiée avec l’ensemble des plats et des boissons.

Ma gourmandise me pousse à prendre le hamburger à la pomme de terre râpée maison. Certes c’est 13,50€, et cela reste un peu cher, mais après je n’ai plus du tout faim. Le petit plus que j’apprécie beaucoup, c’est l’assiette avec plusieurs pains dedans surtout le pain brioché qui est un vrai délice.

virgin2

virgin3Le + de Noc : un lieu à part sur les champs souvent bondé de gens et pas trop cher
Le – de Noc : l’accessibilité aux toilettes pas très facile, car se sont ceux du personnel du magasin et il faut un jeton pour y accèder.

 

 

Nadia – Paris – 5ème

Creperie1

Nadia
94 boulevard Saint-Germain
75004 Paris

Face au jardin de Cluny

A proximité du musée de Cluny

Plats consommés : 3 formules à 11€00, comprenant une bolée/verre de jus d’orange, une crêpe salée et une crêpe sucrée.

Fab : une crêpe aux champignons, une crêpe au nutella, avec une bolée de cidre
Jéjé : une crêpe jambon, fromage, oeuf, une crêpe au nutella, avec une bolée de cidre
Noc : une crêpe raclette et pommes de terre, une crêpe au nutella, avec un verre de jus d’orange

Crepechampi

Après la visite guidée de l’exposition sur les jeux à 11h30, nous avions très faim. L’objectif était de trouver proche des moyens de transport, rapide à manger et pas cher. Une hésitation nous gagna pour savoir si on allait manger un McDo. Non, on peut résister à la chaîne de fast-food. L’odeur des crêpes du vendeur extérieur nous attira. Une formule à 11€ nous semblait à l’unanimité raisonnable. On nous invite à rentrer.

Nous attendons 5 petites minutes et on nous invite à monter à l’étage. Quel aventure pour arriver à la table du fond. Pièce très exiguë. Le dos des

crepefrom

chaises est tournée vers l’extérieur et les gens n’ont pas très envie de bouger. Alors on force le passage, au grand désarroi des autres. Quel dommage.

On prend les cartes, on se décide vite, et là on attends. On voit la pauvre serveuse monter les marches, les redescendre dans un lancinant balai. Elle nous signale qu’elle est toute seule aujourd’hui. Elle monte, descend, monte, descend et elle ne prend pas notre commande. L’envie de partir commence à monter. Elle arrive essoufflée et prend notre commande. Toutefois un peu d’inquiétude nous guète. Tous les autres arrivés avant nous ne sont toujours pas servies. Bon, réattente. Mais à un moment tout s’enclanche et tous le monde est servi. Heureusement, les crêpes restent

crepeoeufrapides à faire. Nos crêpes et boissons sont là. Nous les regardâmes. Les boissons sont de moyennes qualités. Normal pour 11€? Cette question reste en suspens. Nous prenons couteau et forchette, et en un rien de temps, nous mangeons avec très grand appétit. Cela reste bon, correct.
Et oui, nous avons prie la même crêpe, celle au Nutella. Nous l’avions tous grand sourire. « Oui, nous sommes gourmands ».

Nous sommes repus.

Ce n’est pas une adresse que je retiendrai, cela reste une adresse de passage.

Le – de Noctenbule : lieu très exigu. Pas très pratique pour les gens aux grandes jambes ni pour déposer ces sacs.