Pierres enchantées – Rodrigo Rey Rosa

product_9782070456970_195x320Titre : Pierres enchantées
Auteur : Rodrigo Rey Rosa
Traduit de l’espagnol par : André Gabastou
Première parution : 2005
Editeur : Folio n°5776
Parution : 20 mai 2014
Nombre de pages : 144

Capture d’écran 2014-01-04 à 10.04.59

 

4ème de couverture
Un garçonnet est renversé par une voiture. Par crainte des représailles, l’automobiliste s’enfuit.
C’est le début d’un récit fascinant sur le surgissement du mal. Rodrigo Rey Rosa le débusque dans les paroles de l’ami qui trahit l’ami, dans les mensonges de la mère qui n’aime pas son enfant, dans le machisme de l’homme d’affaires sans scrupules, dans les combats quotidiens des démunis pour tromper leur faim.
Faisant alterner les points de vue sur un rythme haletant, dans une langue tantôt sèche, tantôt d’une grande sensibilité, il se révèle l’un des plus solides romanciers de la littérature latino-américaine actuelle.

Capture d’écran 2014-01-04 à 10.04.59

 

L’auteur Rodrigo Rey Rosa, nous propose un nouveau voyage dans le Guatemala à travers son roman Pierres enchantées qui nous plonge dans un pays où règne la violence et l’injustice. Mais tout est-il vraiment autorisé? Ni a t’il pas de limite à la violence?

Pour débuter l’histoire, l’auteur préfère déjà nous présenter son pays et le contexte de l’histoire. Il nous prévient tout de suite dès la deuxième ligne : Le pays le plus beau, les gens les plus laids. Puis on mets les pieds dans l’histoire, Joaquín Casasola renverse un jeune garçon, Silvestre, à cheval. Après son action, il fuit tout de suite et essaie de ne pas se faire prendre. Pour cela, il en parle à son meilleur ami et à un avocat. Par chance, il est soutenu et tout se mets en place pour qu’en aucun cas il puisse être incriminé. Toutefois, une autre histoire va se monter en parallèle, car le jeune garçon, n’est pas un enfant ordinaire et plus d’une personne souhaite le voir disparaître pour faire du chantage.

Rien n’est vraiment facile mais une seule certitude. C’est l’argent qui dirige le monde. La justice, l’égalité, la tolérance n’a de valeur que si la bourse est pleine. Ici, la misère côtoie l’opulence, le vol, la violence, la maltraitance, le viol, la saleté et seul la loi du plus fort est respectée. Quel avenir pour les personnages du roman, même des familles riches? Aucun apparemment. La démocratie n’est qu’une idée que l’argent pourra toujours acheté. Que va devenir ce petit garçon qui est recherché? Personne ne le sait car que deviennent ces enfants vivants dans les rues?

Un roman qui nous mène dans une misère crasse dont je ne doute pas qu’elle existe encore. Par chance, je n’avais pas prévu d’aller au Guatemala prochainement, la lecture du roman me convainc de cela. L’histoire se lit bien et est assez bien découpée par paragraphe mais je suis restée sur ma fin. On comprend les personnages sans jamais tombée dans un patos larmoyant, d’ailleurs, je serais restée une centaine de pages de plus avec eux pour avoir un plus d’histoire. Un petit séjour sympathique dans un pays d’Amérique du Sud.

Pour aller plus loin
Mapuche de Caryl Férey

Publicités