La bibliothèque, la nuit – Bibliothèques mythiques en réalité virtuelle – BNF

La Bibliothèque nationale de France propose jusqu’au 13 août une exposition un peu particulière. C’est une visite en réalité virtuelle de dix grandes bibliothèques, réelles ou imaginaires. Et si vous alliez découvrir « La bibliothèque, la nuit ».


Qu’est ce qui se cache derrière « La bibliothèque, la nuit »?
Alberto Manguel (actuel directeur de la Bibliothèque nationale d’Argentine) a conçu cette exposition avec son ami, le canadien Robert Lepage, auteur, acteur, metteur en scène et réalisateur avec sa compagnie Ex Machina. Faites à l’initiative de BAnQ (Bibliothèque et Archives nationales du Québec) pour les 10 ans de la Grande Bibliothèque de Montréal. 

L’exposition porte le nom d’un livre éponyme d’Alberto Manguel. Elle est née au Canada et présentée pour la première fois en 2015 à Montréal puis en 2016 à Québec. En 2017, c’est à Paris à la BNF qu’elle arrive avant de bientôt repartir dans son pays d’origine. 


Qu’y a t’il à voir? 
Il est 14h30, les 18 personnes sont là pour entrer dans l’exposition. Une certaine curiosité se fait sentir. Qu’allons-nous voir? Comment est-ce que cela va se passer. Les billets Fnac passent en premier puis c’est au tour des lecteurs de la BNF de passer. Là, on découvre une grande salle bleue. Dans un premier temps, un petit texte introductif sur l’imaginaire des bibliothèques. Ensuite nous avons 30 minutes pour découvrir une quarantaine d’oeuvres pour la plupart issues de réserves de la BNF. On y voit une collection d’ex-libris tout le long du mur principal, des oeuvres d’art contemporain. J’ai beaucoup aimé la « boîte-vitrine » de Charles Matton en hommage à Georges Perec. On y voit une mini-bibliothèque qui est à l’infini grâce à un jeu de miroirs. Et aussi, « Le Cabinet de la rue de Namur », Boîte-vitrine, 192 par Ronan-Jim Sévellec qui vraiment un lieu magique. J’aimerais beaucoup aller dans cet endroit en vrai.

Puis après avoir patienté un peu sur les bancs mis à disposition, nous sommes amenés vers une vaste pièce, plongée dans la pénombre, où l’on entend la pluie tombée. C’est la reconstitution de la bibliothèque privée d’Alberto Manguel, qui était installé dans un ancien presbytère dans le Poitou, lorsqu’il vivait en France dans les années 2000. Tous le monde s’assoie et la voie de l’écrivain nous parle de son rapport à sa bibliothèque.

Et enfin, la médiatrice pousse une porte dissimulée pour nous guider vers la fameuse salle qui va nous faire visiter virtuellement 10 bibliothèque. L’espace est vraiment magnifique. Au sol, une impression de feuilles de papiers qui ne sont que les feuilles des arbres où des livres pousses sur les branches. Des troncs de boulots sont éparpillés autour des grandes tables en bois où des lampes vertes illuminent paisiblement le lieu. C’est complètement incroyable. C’est un plaisir de regarder et je me sens émerveillée. J’aimerais revenir dans cet espace pour lire.

Les uns après les autres, nous prenons un siège, portons nos lunettes et mettons nos casques. A partir de maintenant, chacun est libre de ces navigations. Direction la bibliothèque d’Alexandrie en Egypte, la bibliothèque martyrisée de Sarajevo, l’imposante bibliothèque du Congrès à Washington ou celle installée dans le Nautilus par le capitaine Nemo… Pour tout voir des bibliothèques, il faut juste tourner sur son siège et lever la tête. Alberto Manguel avec sa douce voie avec son léger accent, il va nous raconter l’histoire de ces lieux.


Liste des bibliothèques
– la bibliothèque de l’abbaye d’Admont en Autriche,
– la bibliothèque Alexandrina d’Égypte,
– la bibliothèque du Congrès de Washington DC aux États-Unis,
– la bibliothèque  José Vasconcelos de Mexico,
– la bibliothèque nationale et universitaire de Sarajevo en Bosnie,
– la bibliothèque du Nautilus imaginée par Jules Verne dans « Vingt mille lieues sous les mers »,
– la bibliothèque du Parlement d’Ottawa au Canada,
– la bibliothèque Sainte-Geneviève de Paris
– la bibliothèque du temple Hase-dera à Kamakura au Japon et
– la bibliothèque universitaire de Copenhague au Danemark.


Ce que j’en ai pensé? 
Cela a été assez compliqué d’avoir une place. La majorité du quota des places payantes a été confié à la Fnac contre 5 pour la BNF pour un créneau toute les 30 min. Lorsque vous avez la carte de la BNF l’entrée est gratuite mais pas de possibilité de réserver. La réservation est juste pour ceux qui paie et qui passe en plus par un prestataire extérieur qui prend sa marge. Je trouve cela dommage que les institutions comme les Monuments Nationaux ou la BNF sous-traitent la réservation à des structures privées qui en plus prennent une marge. Cela change le sens de l’accessibilité à la culture pour tous quand la Fnac prend un surcoût d’au moins 1€. En plus, les gens qui ont des cartes sont lésés. C’est le cas aussi au musée d’Orsay où vous pouvez réserver pour une visite guidée si vous payez via la Fnac et si vous êtes adhérents, on vous demande d’arriver beaucoup plus tôt pour avoir une place du cota restant. Un adhérant n’est pas rentable. Pour cette exposition, c’est pareil. Malgré que j’avais la carte de la BNF, j’ai du venir à 9h00 du matin pour espérer avoir une des places restantes sur la journée. Comme je ne pouvais enrichir le prestataire, c’est à moi de montrer ma bonne volonté. J’espère que ce système ne va pas devenir automatique pour toutes les expositions.

9h45, j’ai pu récupérer mon pass pour la visite guidée à 14h30. Le dernier de disponible pour toute la journée. On m’a dit que si j’étais arrivée vraiment à 9h00, j’aurais pu avoir une place plus tôt. Je me ravie d’être une privilégié avec mon pass lecteur de la BNF. Est-ce que si j’avais pris le pass culture qui a été arrêté avant d’être récemment remis sur le marché, cela aurait changé quelque chose? Non, bien entendu. Je me suis occupée jusqu’au l’heure très attendue. Plus d’un impatient trépignait de curiosité. J’ai adoré traversé les trois étapes. La bibliothèque est vraiment un lieu très agréable. J’aurais adoré y rester plus longtemps. J’adorerais m’installer dans un grand fauteuil en cuir, écouter la pluie et lire un bon livre. Cela serait bien que la BNF puisse garder cet espace et le mettre à disposition des lecteurs. Et s’il faut aussi que je sois là à 9h00 pour réserver un créneau, je le ferais. Tout comme la salle pour l’immersion avec ces boulots, l’ambiance tamisée. J’ai trouvé cela extraordinaire. Je voudrais y retourner pour retrouver cette ambiance qui étais vraiment fabuleuse. Pour ce qui est de l’immersion, je n’ai pas été totalement convaincue. J’avais déjà testé les lunettes immersives avec des jeux et une plateforme de dessin.  Sauf que dans la bibliothèque on ne peut pas bouger. Certains dessins au plafond sur magnifique, j’aurais aimé les voir de plus prêt. Des livres avaient trop beaux, j’aurais aimé voir mieux leur couverture et là ce n’était pas possible. Le fait d’avoir les lunettes et de voir à 360° est sympathique. Mais est-ce que cela m’apporte plus d’un documentaire sur France 5 où tout ce que je vois me sera montré. Je ne crois pas. La technologie n’est pas encore assez avancée à mon goût pour l’instant pour en faire un outil à plus value culturelle. Mais est-ce que cela m’a donné envie d’en savoir plus sur les lieux montrés et d’autres encore? Absolument. Je vais aller voir des livres et des reportages sur ces bibliothèques. D’ailleurs, j’ai fait un tour à la librairie par la suite. 

Une expérience qui me dit que très bientôt ces lunettes pourront donner tout une autre vision de la culture sans bouger de chez soi. Avec une amélioration de la qualité de l’image qui fera plus réel et non montage vidéo, de la capacité de pouvoir bouger dans le lieu, de pouvoir prendre et lire des informations, le fait d’entendre des commentaires si on le souhaite. Je vais suivre attentivement ce développement. Déjà la 3D sans lunette avait l’air prometteur alors l’immersive vraiment interactive, cela promet des choses très enrichissantes. 

 

 

 

Un petit reportage sur les coulisses de l’exposition

Horaires
mardi – samedi de 10h à 19h
dimanche de 13h à 19h (fermeture des caisses à 18h)
fermé lundi et jours fériés

Uniquement sur réservation en ligne sur le site de la FNAC (10,60 €, tarif réduit 8,60 €), ou au 0892 684 694, jusqu’à la veille de la visite, ou encore sur place (9 €, tarif réduit 7 €) le jour de la visite dans la limite des places disponibles.

Accessible à partir de 13 ans.

Durée : 1h30

Lien vers l’expo de la BNF

Publicités

4 réflexions sur “La bibliothèque, la nuit – Bibliothèques mythiques en réalité virtuelle – BNF

    • Je trouve cela très décevant. Il y a même maintenant des monuments gérés par le monuments nationaux qui se visitent uniquement sur réservation à la Fnac. Une structure d’état qui passe par un presta extérieur car il ne sait pas gérer les résas. Déjà, qu’ils virent les guides pour prendre des guides moins cher et dont la qualité n’est pas requise. On sous-traite la culture et seuls ceux qui auront de l’argent pourront les découvrir. Par chance, certaines structures diront que les journées du patrimoine sont faites pour cela.
      Et même les premiers dimanches du mois où des musées financés en grande partie par l’état ne sont plus gratuits l’été car ils perdent de l’argent. Je croyais que ces journées étaient pour l’accessibilité à la culture. C’est dégoutant.

      • Le fric, le fric, et toujours le fric ! Et les économies à la con de l’autre côté.

        La culture est pour ceux qui ont du fric, les autres, ils s’en foutent !

      • Je trouve cela navrant surtout pour un pays comme la France qui parle de culture pour tous. Tout devient trop cher pour les gens.
        Pour la BNF, pour 15e pour tu peux aller faire toutes les expositions gratuitement et aller dans certaines salles de lectures. Les visites guidées sont à 4e. Mais cela concerne principalement les étudiants qui peuplent la bnf.
        Je suis déçue.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s