Yeruldelgger – Ian Manook

Il y a des hommes que l’ont brises facilement et qui perdent toute morale. Et il y a des hommes qui malgré un grand désespoir restent des hommes intègres et qui croient en la justice. C’est le cas de Yeruldelgger à qui il ne vaut mieux pas chercher des noises.


4ème de couverture
Rude journée pour le commissaire Yeruldelgger Khaltar Guichyguinnkhen. A l’aube, il apprend que trois Chinois ont été découpés au cutter dans une usine près d’Oulan-Bator. Quelques heures plus tard, dans la steppe, il déterre le cadavre d’une fillette aux boucles blondes agrippée à son tricycle rose. Il y avait la Suède de Mankell, l’Islande d’Indridason, l’Ecosse de Rankin, il y a désormais la Mongolie de Manook !


Ce que j’en pense ?
On pourrait se dire encore un roman policier avec un flic mal aimable, bourru, agressif, violent et alcoolique. Mais ils ne sont pas Yeruldelgger. D’ailleurs, dès le titre, il y a quelque chose d’intriguant. Et quand on apprend très vite qu’il s’agit du prénom du personnage principal, on se sent happé par quelque chose de mystérieux. Une magie particulière qui se cache derrière une sonorité très douce à l’oreille. Et puis, on nous plonge dans un pays et une culture pas très connue du grand public. Adios les Etats-Unis d’Amérique, les pays d’Amérique centrale ou les pays scandinaves. Et dites bonjour à la Mongolie. Le dépaysement est total entre la description des paysages, des chocs culturels et de la situation politique tendue.

Et comme dans bien trop d’endroits, au sein du commissariat d’Oulan Bator règne les pots de vins et les magouilles. C’est le grand chef qui va même montrer l’exemple suivi de quelques-uns de ces subalternes. Yeruldelgger ne trempe pas dans ce genre d’histoires. D’autant plus depuis la mort de sa petite fille car il n’a pas voulu fermer les yeux sur un trafic. Ce cadavre de petite fille lui rappelle la sienne. Pour rien au monde, il ne lâchera ce dossier. Et tant mieux, car en tirant la ficelle, c’est une bonne grosse bobine d’emmerdes et de réponses à ces questions qui va en sortir.

Cet homme blessé par la vie est entouré d’une équipe de choc qui partage ces valeurs. On trouve principalement des femmes avec une enquêtrice de terrain et une enquêtrice de cadavres avec Solongo et Oyun. Elles sont terriblement attachantes. Tout comme la fille de Yeruldelgger qui noie sa détresse dans l’alcool, la drogue, le sexe et la haine de son père. Les personnages masculins ne sont pas trop en reste avec un gamin qui vivait dans les sous-sols qui va les aider avec bravoure et bonne humeur. Puis nous avons les vilains qui ont le choix des travers avec mac, dealers, voleurs, tueurs, violeurs, racistes, homophobes, misogynes…

Un véritable coup de cœur de lecture qui m’a permise de prendre une véritable bouffée glaciales des vents de steppes. Ian Manook me l’avait dit lorsqu’il m’a dédicacé le livre : « Vous allez adorer et vous reviendrez me voir pour que je dédicace la suite. » C’était dommage car il n’était pas venu cette année au festival de St Maur. Il avait raison, j’ai dévoré les pages avec envie et gourmandise pour savoir ce qui allait se passer. J’étais de tout cœur avec ces personnages hauts en caractère et en croyance dans les autres qu’ils aiment. Arrivée à la 540ème pages, j’avais envie de le retrouver et de l’accompagner dans le renouveau de sa vie. Je crois que je ne vois pas avoir le choix. Il va falloir que je chausse mes pantoufles pour retourner affronter l’horreur et les gens malhonnêtes. Mais je sais que Yeruldelgger sera là pour me protéger.

Prix : le prix des lecteurs Quais du polar/20 minutes, le prix SNCF 2014, le prix des lectrices de Elle (polar) et le Prix des Lecteurs Notre Temps 2014.

L’avis l’avis de Belette : « Pour un « premier » roman, la réussite est au rendez-vous et elle totale. Mon seul regret est de l’avoir terminé…« 

Lire l’avis de Gruznamur : « Éblouissant et inattendu, noir et touchant, éprouvant et intelligent, original et dépaysant, avec ce roman Manook s’impose dès son arrivée dans le milieu du polar comme un Khan. Ne passez pas à côté de ce qui est, pour moi, l’un des tous meilleurs romans de l’année.  »

Lire l’avis de Yuko : « Une narration pourtant portée par une écriture efficace qui se situe aux confins de paysages atypiques, les grandes steppes de Mongolie, mais qui ne parvient que trop rarement à surprendre son lecteur et le laisse sur un sentiment en demi-teinte. »

Lire l’avis de Collectif Polar : « Ian nous offre un vrai dépaysement, une grande bouffée glaciale portée par le vent des steppes et qui nous secoue jusqu’au fond de l’âme. Lorsque l’on referme ce livre, ce qui nous reste, c’est l’envie de retourner galoper dans la steppe en compagnie de Yeruldelgger et de ses gerbilles, vite très vite ! »

Lire l’interview de Yeruldelgger 

Publicités

7 réflexions sur “Yeruldelgger – Ian Manook

  1. Pingback: Challenge lecture 2017 – 200 chroniques livres | 22h05 rue des Dames

      • Non, je me suis arrêtée au premier livre… J’ai tellement d’autres choses à découvrir ! Mais je viendrai lire ton avis avec plaisir !

  2. Effectivement de nombreuses critiques élogieuses. Je vais m’y mettre d’ici la fin de l’année (mais mes promesses en matière de lecture sont difficiles à tenir). J’avais trouvé un jour ce livre, sur le siège d’une station de métro. Est-ce un oubli, le lecteur étant pressé de s’enfourner dans le wagon ? Est-ce une volonté de la partager ? Toujours est-il que je me suis précipité pour le récupérer parce que je savais que ce livre faisait partie des grands livres à lire avant de…

    • Si tu l’as trouvé dans le métro, c’est un signe que tu dois le lire avant la fin de l’année. Il faut croire aux signes parfois 🙂
      Tu sais ce qu’il te reste à faire 🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s