La porte des enfers – Laurent Gaudé

La mort d’un enfant est toujours quelque chose d’injuste. Difficile de faire face à cette situation qui peut faire exploser un couple. Le mari pourra-t-il vraiment avoir le pardon de sa femme s’il le ramène du royaume des morts ?


De quoi ça parle ?
Matteo de Nittis emmenait son fils à l’école ce jour d’août 1980. Il était pressé et voulait que son fils Pippo se dépêche un peu. Mais voilà que d’un seul coup des gens se tirent dessus en pleine rue. Le réflexe est de prendre son enfant contre lui. Quand le calme est revenu, il va découvrir une chose horrible. Contre lui, ce n’était que le corps sans vie de son enfant qu’il serrait. Une balle s’était perdue et lui avait retiré un être cher. Comment accepter cette idée tellement injuste ? Comment peut-on accepter qu’un si petit enfant puisse mourir ?

Cette nouvelle lui déchira le cœur. Sa femme exige qu’il fasse vengeance ou qu’il ramène son fils du pays des morts. Il aurait bien tué le coupable mais il n’en avait pas le courage. La douleur du manque et de la culpabilité le font tellement souffrir. Alors elle va partir et le laisser seul avec ces souvenirs. Mattéo ne veut pas accepter ce nouvel échec, il trouvera le moyen d’aller chercher son fils au royaume des morts.

L’amour lui donnera assez de force pour trouver la faille qui amène à la porte de l’Enfer. Il bravera tout pour sauver son fils qui reviendra à la vie contre la sienne. Pippo va alors grandir entouré d’une famille d’adoption qui lui donnera de l’amour. En grandissant, il veut retrouver sa mère pour lui dire qu’il est là maintenant et qu’il est devenu un homme. Il a vengé sa mort et la disparition de son père. Puis il veut chercher son père pour le ramener chez les vivants. Mais un voyage en enfer à un prix.


Ce que j’en pense ?
Je lis tous les livres de Laurent Gaudé par ordre de publication et c’est toujours un agréable rendez-vous. Il a une écriture légère et poétique qui rend les drames les plus horribles, captivants. Chaque mot est posé avec justesse et chaque verbe écrit utilement. Il n’y a jamais rien de superflu. Le récit est un mélange d’Histoire et d’imaginaire. Là, il m’a emmené vers l’enfer pour sauver un enfant de 6 ans. Ne chercher pas les références aux religions pour parler de ce lieu. L’auteur a décidé de faire selon son inspiration. Alors il ne faut pas chercher à comprendre si c’est un purgatoire, s’il y a un paradis. Ce n’est pas un roman théologique.

J’ai tout adoré avec les personnages en marge de la société avec un curé qui va se faire virer de son église en aidant les rejetés de la société, un travesti adorable et attachant, un ancien professeur d’histoire, un peu fou et un roi du percolateur qui a appris la vie à Pippo. Il lui a appris également à maîtriser l’art du café. Le jeune garçon arrive à se faire un nom car il sait créer un café selon le besoin et l’humeur de chacun. Peut-être se rappelle-t-il son passer en travaillant avec la noirceur du café ? A moins que cela soit plus pour endormir une proie à assassiner.

L’art aussi de M. Gaudé est celui de croiser les histoires passées et présentes. Il arrive à faire un mélange homogène qui ne perturbe pas la lecture. Bien au contraire, c’est une façon de donner des indices pour que l’histoire avance et que le lecteur tourne les pages une à une avec curiosité. Plus j’avance dans la lecture de ces romans et plus je me rends compte que peu d’auteurs ont ce savoir-faire. Il manipule ma curiosité et me donne des personnages attachants et sensibles.

Si vous avez envie d’un roman avec une plume délicate et saisissante, je vous invite à partir à la rencontre de Laurent Gaudé. Ce roman vous emmènera à une entrevue avec la mort qui permettra à d’autre de retrouver le goût de la vie.

Lire l’avis d’Asphodèle : « Un livre dur, foisonnant et si la plume est trempée dans l’encre de Thanatos, elle n’a rien perdu de son lyrisme et de sa poésie. Et le final époustouflant, nous mène vers la rédemption mais aussi la résilience dans une apothéose d’émotions sensibles, absentes de sensiblerie. Un des meilleurs Gaudé que j’ai lus à ce jour et c’est le quatrième ! Et même si je ne suis pas toujours objective concernant cet auteur, j’assume ! »

Du même auteur
Cris
Dans la nuit Mozambique
La mort du roi Tsongor
Le soleil des Scorta

Publicités

Une réflexion sur “La porte des enfers – Laurent Gaudé

  1. Pingback: Challenge lecture 2017 – 200 chroniques livres | 22h05 rue des Dames

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s