Un prince à croquer – Tome 1 – Patricia Lyfoung

On croit que la vie de prince c’est assez facile. Mais ce n’est pas ce que dira Nicolas, le prince héritier du royaume de Dulime. C’est pour découvrir un peu la liberté qu’il va s’enfuir pour découvrir Paris. Il va y découvrir un autre monde.


De quoi ça parle ?
Le prince héritier du royaume de Dulime a une vie très tranquille. Mais jamais il ne peut sortir de son royaume, si petit. Il veut découvrir le monde surtout qu’il parle plusieurs langues. Ces parents s’y refusent pour une question de sécurité. En plus, ils viennent de lui annoncer qu’il va se marier avec une jeune fille américaine qu’il n’a jamais rencontré. Qu’il se rassure, elle est de bonne famille. Ces parents n’auraient pas choisi n’importe qui. Ces rêves de voyages se font de plus en plus fort et décide alors de s’enfuir du château.

C’est dans la voiture de son ancien garde du corps qu’il va à Paris. Charlie le prend en pitié et le fait héberger chez sa sœur. Margot n’est pas une fille facile et n’a qu’un seul objectif dans sa vie : réussir sa cuisine, quitte à se faire détester. Le futur roi, se fait passé pour un jeune pas très actif dans la vie professionnel cependant il est motivé et curieux. C’est ainsi que Noa (Nicolas Oscar André) va travailler à la plonge dans un restaurant. Tout pourrait bien se passer si une bimbo blonde de 26 ans ne venait pas mettre son nez au Petit pois pour lui donner un coup de jeunesse.


Ce que j’en ai pensé ?
Patricia Lyfoung a fait une pause dans sa série « La rose écarlate » pour créer une nouvelle série fleurs bleues pour fille rêvant du prince charmant. Ici pas de cape et d’épée mais des casseroles et de la vaisselle. La cuisinière doit s’imposer dans un milieu masculin. Elle a fait pleurer plus d’un homme la demoiselle. Elle ne laissera rien sur son chemin. Mais voilà que son cœur palpite pour un charmant jeune homme roux. Attention frisson amoureux. 

L’histoire est en quatre tomes donc ici on installe les personnages principaux, le contexte et l’intrigue. Maintenant que nous savons tout cela, il faut lire la suite pour savoir qu’elles sont les actions qui vont être réalisés. Il va forcément en avoir et il y aura le développement de l’intrigue amoureuse. Le prince va t’il faire un mariage d’amour ou de raison?

Le trait de la dessinatrice n’a pas changé avec un style à moitié bd et à moitié manga. L’histoire est très légère pour être lue et comprise par de jeunes lectrices. On peut y reprocher tout de même l’idéal des personnages. Tous les personnages ou presque sont beaux et minces. En plus, ils sont presque tous gentils et compréhensifs. Les méchants soient montrent leur côté gentil soit ils vont être punis d’être méchant. C’est un peu simplifié comme schéma et très cliché. Mais c’est la marque de fabrique de Patricia Lyfoung, qui est très appréciée vu au nombre d’albums publiés.

Est-ce que je vais essayer impérativement de lire la suite ? Je ne crois pas. Si je passe devant le bac à la médiathèque et que la suite est là, je l’emprunterais. Sinon je ne vais pas faire de réservation. Le hasard nous dira si je connaîtrais la fin heureuse pour les personnages principaux. Affaire à suivre.

Une nouvelle romance à l’eau de rose qui sent bon la simplicité. Direction la cuisine de l’amour pour y découvrir des saveurs étonnantes de la passion timorée.

Lire l’avis de Bodoï

Publicités

2 réflexions sur “Un prince à croquer – Tome 1 – Patricia Lyfoung

  1. Pingback: Un prince à croquer – Tome 2 – Plat – Patricia Lyfoung | 22h05 rue des Dames

  2. Pingback: Un prince à croquer – Tome 4 – Dessert – Patricia Lyfoung | 22h05 rue des Dames

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s