Le ver – Elise Gravel

Quand on vous dit ver, tout de suite vous vient à l’esprit des images de ver de terre, de ver blanc, de ver à soie… Mais que savez-vous vraiment de ces petites bestioles ? Vous risquez d’être surpris. Prêt ?


De quoi ça parle ?
Elise Gravel nous présente un ver tout beau, tout rose, tout fier. D’ailleurs, dès la première page, il nous dit : « enchanté ». Puis très vite, on va en savoir plus sur lui. On nous apprend qu’il n’a pas de squelette, donc c’est un invertébré. Il n’a pas de pattes ou on peut dire apode. Ce n’est pas forcément vrai pour tous les vers. Par exemple le ver blanc lui a des pattes.

Il en existe de toute taille, de minuscule que l’on ne peut pas voir à l’œil nu jusqu’à la bestiole de 35 mètres. En plus, ils peuvent vivre absolument partout dans l’eau, la terre et même dans le corps humain. Ceux qui sont dans l’homme ou l’animal sont plus considérés comme un parasite. Certains adultes avalent des vers solitaires pour perdre du poids mais cela reste dangereux.

Comme la poule, il en existait déjà à l’époque des dinosaures. Donc cela fait plus de 120 millions d’années qu’ils peuplent le monde.

Le ver de terre est un animal assez particulier. Il n’a pas de yeux et pas de cerveau. C’est grâce à des photorécepteurs qu’elle perçoit la lumière. Et pour avancer, il contracte et décontracte ses muscles. Pour garder la ligne, il se nourrit de plantes en décomposition dans la terre. En se déplaçant, il bouge la terre et permet à l’air de rentrer. Les crises de couple, il ne connaît pas car il est hermaphrodite. Il a la classe le ver de terre. Les Mooris de Nouvelle-Zélande trouvent même qu’il a un bon petit goût.


Ce que j’en ai pensé ?
J’adore la collection Les petits dégoutants aux Editions Le Pommier avec Elise Gravel. Les dessins sont très mignons et j’apprends toujours pleins de chose malgré mon grand âge. C’est assez incroyable que le ver de terre n’a pas de yeux et pas de cerveau. J’ai même pu crâné en société grâce à cette information. C’est pour dire.

Tout est compréhensible pour le jeune public tout comme l’adulte. Les choses sont présentées de façon marrante et très pédagogique. En plus, dire que le ver de terre est un dégoutant, n’est pas totalement faux. Cela ne l’empêche pas d’être un animal assez étrange et assez fascinant.

J’avais déjà découvert dans un autre livre et je ne vais pas m’arrêter là. La collection est assez grande et j’ai hâte d’apprendre encore en m’amusant.


Publicités

6 réflexions sur “Le ver – Elise Gravel

  1. Pingback: Challenge lecture 2017 – 200 chroniques livres | 22h05 rue des Dames

  2. Le ver solitaire est en effet moins important que celui qui aère la terre ! Sans le ver de terre, ce serait la merde !! Certains ont des compost avec vers de terre et on fait du terreau avec des déchets digérés par les vers de terre.

    Pas de cerveau ?? Y’a pas qu’eux ! 😆

    • Le ver solitaire aussi mange des choses mais après il garde tout et il faut bien des choses pour le décrocher. Peut-être y aura t’il un tome spécial ver solitaire 🙂
      Et oui, le verre de terre n’a pas de yeux et pas de cerveau, c’est assez incroyable. Je ne pensais même pas que c’était possible chez les animaux 🙂
      On peut toujours être surpris par la littérature jeunesse 🙂

  3. Pingback: La chauve-souris – Elise Gravel | 22h05 rue des Dames

  4. Pingback: Bilan culturel mensuel : Juin | 22h05 rue des Dames

  5. Pingback: Le rat – Elise Gravel | 22h05 rue des Dames

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s