Une femme blessée – Marina Carrère d’Encausse

Marina Carrère d’Encausse pour son premier roman, nous emmène au Kurdistan irakien. Elle nous prend par les sentiments pour nous présenter Fatimah. Une femme ordinaire dans la souffrance du crime d’honneur. Prêt pour une rencontre émouvante? 


De quoi ça parle?
Fatimah est une mère aimante et une épouse fidèle. Elle vit avec sa belle famille qui ne l’apprécie pas du tout. Son rayon de soleil au quotidien se sont ces enfants si gentils et bienveillants. Un jour un nouveau maître à l’école et lorsqu’elle le rencontre, c’est le coup de foudre. Ceci marque le début d’un calvaire à venir. Quelques échanges avec cet homme si doux qui lui parle avec respect et considération. Un effleurement de mains provoque de vives émotions. Jamais elle n’avait connu autant de tendresse et se sentiment d’amour en elle. Elle aime ces enfants mais son mari on lui a imposé. 

Un jour en rentrant à la maison, elle entend sa belle-soeur discuter avec sa belle-mère parlant du fait qu’elle aurait une aventure avec un homme. La peur la saisie et arrêta tout contact avec l’homme en question. La vie continua mais avec moins de piment dans le quotidien. L’histoire ne pouvait s’arrêter ainsi. Il fallait la punir d’avoir oser espérer. Alors l’horreur va s’acharner sur elle allant jusqu’au crime d’honneur. Du jour au lendemain, elle se retrouve complètement brûlée et emmener à l’hôpital des grands brûlées.

Les chances de s’en sortir sont minces. Tout dépends de la volonté de la femme et de l’étendue des brûlures. Lorsqu’elles arrivent, Omar entend les histoires habituelles concernant des accidents ménagers mais il sait. Il sait que ces femmes sont brûlées pour laver l’honneur d’une famille. On l’a suspecte d’avoir regarder un homme, d’avoir tromper son mari, d’avoir été violée… Pour rétablir l’honneur, on brûle une femme et alors tout redevient normal. Bien entendu, ces femmes sont innocentes et même si elles avaient trompé leur mari, ce ne mérite guère ce châtiment. N’oublions pas que les hommes qui violent les femmes ne sont jamais punis. Cela serait toujours à cause de la femme qui l’a tenté malgré le fait qu’il n’a pas su la garder dans son pantalon.

Fatimah veut se battre face à cette injustice. Le personnel de l’hôpital s’attache à cette femme à la détermination qui brille dans les yeux. Elle ne veut pas raconter son histoire. Ni son mari, ni ces enfants ne viennent aux heures de visites pour l’a soutenir. Omar suspecte une histoire lourde de souffrance. La solitude tenait compagnie à la femme toute bandée jusqu’au jour où elle fait la rencontre d’une femme, Malika. C’est son petit garçon qui a été brûlé et ces jours sont comptés. Ensemble, elles vont affronter cette douleur. Leur coeur vont s’ouvrir et la parole se libérer.


Ce que j’en ai pensé? 
Je n’aurais jamais été tenté de lire un livre écrit par Marina Carrère d’Encausse. J’évite en générale de lire des romans écrits par des personnalités de la télévision. Mais lors du salon du livre de poche de St Maur, je l’ai rencontré. J’ai pris son premier roman qu’elle m’a gentiment dédicacée.

Dès les premières pages, j’ai été emportée par l’histoire. Les mots sont doux et puissants. Parlez des femmes brûlées vives par leur famille ou leur proche n’est pas un sujet très facile à aborder. Il faut d’une chose devenu banale dans biens des pays du monde, ne pas en faire un récit trop sensible. C’est alors avec beaucoup de délicats que l’auteure raconte l’histoire d’une femme imaginaire qui en représente des milliers. Fatimah est brûlée vive par un membre de sa famille pour garder l’honneur de la famille propre, qu’importe les conséquences pour la femme. 

Malgré une vie pas très épanouit, elle se battre pour ces filles qu’elle aime plus que tout. Pansements après pansements, opérations après opérations sa volonté devient de plus en plus importante. Elle n’a rien fait de mal et ne mérite pas un sort aussi terrible. La vérité prendra doucement l’apparence des mots. Chaque jour est un combat qui va se mener pour redevenir quelqu’un. Un combat qu’elle mène au début seule, puis accompagné d’une maman puis soutenu par sa famille. Ensemble, on est toujours plus fort.

Des moments très forts autour de la belle-famille qui cache de terribles secrets. La plus grande fille qui s’inquiète pour sa maman est touchante. Elle sait que quelque chose ne tourne pas rond et personne ne veut lui en dire plus. Même le père qui considère plus sa femme comme un objet sexuel va changer de point de vu. Lui aussi à un coeur et doucement, il va s’ouvrir. 

Un roman qui est un cri silencieux face à l’injustice. Seule une femme peut laver l’honneur d’une famille. Une absurdité qui laisse tellement de victimes. Une histoire qui ne pourra pas vous laissez insensible. Allez à la rencontre d’une femme qui a un courage incroyable qui va inspirer certaine. 

Publicités

2 réflexions sur “Une femme blessée – Marina Carrère d’Encausse

  1. Pingback: Challenge lecture 2017 – 200 chroniques livres | 22h05 rue des Dames

  2. Pingback: Bilan Culturel Mensuel : mai 2017 | 22h05 rue des Dames

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s