L’épouvantable peur d’Epiphanie Frayeur – Séverine Gauthier et Clément Lefèvre

Epiphanie voudrait allait mieux et ne plus avoir peur. Pour cela, elle est prête à partir pour des aventures étonnantes. Va-t-elle arriver à atteindre son objectif ?


De quoi ça parle ?
Epiphanie Frayeur ne voudrait plus avoir peur. Pour elle, une seule personne pourrait l’aider, c’est le docteur Psyché. Pour s’y rendre, elle va traverser d’étranges et mystérieuses contrées. Les rencontres ne vont pas manquer pendant son périple. Lorsqu’elle va rencontrer ce professionnel de la santé, il lui conseille une thérapie et une bonne séance chez le coiffeur. Ce dernier ne va pas venir au bout de ces cheveux hérisser qui se dressent sur sa tête. Puis la peur qui la suit comme son ombre, n’est pas très d’accord pour ce changement.

La peur prend de plus en plus de place et cause de plus en plus de dommages. Epiphanie va devoir gérer pour être libre. Va-t-elle y arriver ?


Ce que j’en pense ?
L’univers d’Epiphanie Frayeur, 8 ans et demi, est très riche en référence. Déjà, elle possède un prénom qui est une fête chrétienne qui célèbre la venue du christ sur terre avec l’arrivée des rois mages. C’est la période où l’on mange habituellement une galette des rois. Un moment assez important pour de nombreux croyants. Alors est-elle l’enfant qui apporte la bonne parole pour vaincre sa peur ?

En plus, elle se nomme Frayeur. Un nom assez fort en sens qu’il faut alors prendre comme un trait de caractère ou une chose à vaincre, qui permet de dire que l’on peut aller au-delà. Car quand on va au-dessus de ces frayeurs de nouvelles choses s’ouvrent à nous. D’ailleurs, c’est ce qui va arriver à notre héroïne et tous les gens qui vont l’entourer.

« J’ai des questions à toutes vos réponses ! »

 L’univers graphique fait indéniablement penser à celui d’ « Alice au Pays des merveilles » et au « Magicien d’Oz » où comme par hasard, c’est une jeune fille perdue qui voyage. Vous n’y rencontrerez pas un gros chat assez filou. La peur est assez présente. Elle m’a fait penser à des personnages assez sombres, des ombres de l’univers des studios Ghibli. Une grande forme noire qui peut aussi bien se faire petite que gigantesque, se montrer inoffensive qu’agressive.

Le voyage dans sa psyché va la conduire vers des rencontres étonnantes. Un homme qui cherche sa gravité pour ne plus à avoir voler dans les airs. Il a un petit air de Chapelier fou. Il pourra la retrouver. Elle était devenue diseuse de bonne aventure. Et puis, il y a ce chevalier qui aider les jeunes filles en détresse, aidé de sa boussole qui a l’apparence de Don Quichotte.

Tout un chemin pour comprendre qu’il ne faut pas combattre sa peur. Il faut la comprendre et l’appréhender. Ainsi sa peur ne sera plus quelque chose d’effrayant mais quelque chose de normal et que l’on saura gérer au besoin. Le tout bien enrobé dans des dessins tout en rondeur et en couleurs pastels. Certains découpages de pages sont très intéressantes et donnent à voir aux enfants la richesse du 9ème art.

Une création assez intrigante qui se déroule dans un univers loufoque avec une héroïne assez attachante. Comment parler de la peur aux enfants ? En leur offrant cette bd.

Voir ma chronique sur Cœur de Pierre

L’avis de Moka : « C’est un univers foisonnant qu’il nous offre ici, donnant à cet album une dimension mêlant étrangeté  et fantaisie inventive. Les couleurs automnales de certaines planches font apprécier le non-choix un peu facile du « toujours trop sombre » pour raconter la peur. Les contrastes sont troublants, les petits détails font mouche dans cet univers déjanté que traverse l’héroïne. On tourne les pages avec l’émerveillement d’un enfant face à ce trait doux, exigeant et indéniablement charmant. Voilà deux artistes de talent qui nous font pleinement apprécier que leurs chemins se soient croisés. »

L’avis de Livroblog : « J’ai trouvé des choses très justes dans cette BD, un passage qui évoque la transmission des peurs, un autre sur l’abnégation. C’est abordé avec légèreté et humour, l’atmosphère n’est absolument pas pesante. »

L’avis de Caro : « Vous l’aurez compris, cette épouvantable peur d’Epiphanie Frayeur est un bien joli album, dans une collection (Métamorphose) qui jusque là ne m’a pas déçue. Je songe à ajouter cet album sur la liste des ouvrages à acheter pour les élèves en fin d’année ou pour l’année prochaine, et je leur conseillerai de ne pas le lire trop vite, histoire de bien savourer toute la magie de cet album si original ! »

L’avis de Noukette : « Délicat, poétique et divinement riche, l’album se pare des plus beaux atours pour s’offrir aux yeux des jeunes lecteurs. Foisonnant, inquiétant, fantasque et joliment absurde, L’Épouvantable peur d’Épiphanie Frayeur est un voyage magique aux confins des peurs enfantines. Teinté de douce folie, le dessin de Clément Lefèvre est étrangement accueillant. A la frontière du rêve, on se coule avec bonheur dans cet univers à la fois doux et torturé qui colle si bien à la quête de la jeune Épiphanie. Une quête magnifiquement mise en mots par la talentueuse Séverine Gauthier qui a décidément plusieurs cordes à son arc… Somptueux et indispensable, tout simplement…! ♥ »

Publicités

2 réflexions sur “L’épouvantable peur d’Epiphanie Frayeur – Séverine Gauthier et Clément Lefèvre

  1. Pingback: Challenge lecture 2017 – 200 chroniques livres | 22h05 rue des Dames

  2. Pingback: Bilan Culturel Mensuel : mai 2017 | 22h05 rue des Dames

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s