Astrid Bromure – Tome 3 – Comment épingler l’enfant sauvage – Fabrice Parme

Astrid Bromure nous revient pour une nouvelle aventure toujours aussi loufoque. Elle a toujours une idée derrière la tête. Alors quand ces parents se refusent à lui donner un petit frère, elle arrive à en trouver un dans la forêt. Va-t-elle pouvoir agrandir sa famille ?


De quoi ça parle ?
Astrid s’ennuie dans le manoir. Si elle avait un petit frère pour jouer avec elle, cela sera tellement mieux. Mais ces parents refusent de lui faire ce cadeau. L’enfant ne s’arrête jamais à un non. Puisque ces parents ne veulent pas lui donner un, elle ira en chercher un quelque part. Alors elle va faire en sorte de mettre en place une expédition au cœur d’une jungle du Gabokonga. Il doit bien y avoir des enfants abandonnés là-bas. A la radio, ils ont parlé d’enfants sauvages.

Officiellement, elle promeut un voyage dans l’objectif de trouver des plantes exotiques. Une vraie expédition se met en place où parents, domestiques et animaux de compagnie sont cordialement invités. Direction le zeppelin pour 10 700 km de voyage.

Les découvertes sur place vont dépasser leurs espérances. La mère trouvera des plantes extraordinaires et la bonne, va découvrir des épices étonnantes pour sa cuisine. Bien entendu, Astrid va trouver un jeune garçon abandonné qui ne parle pas sa langue. Ils peuvent échanger grâce au chat polyglotte. N’oubliez pas que les animaux sont dotés de paroles. Ils ne parlent pas avec tout le monde, c’est tout.

Ils arrivent à se comprendre et à sympathiser. Il pourrait faire un super compagnon de jeu et le manoir est assez grand pour l’accueillir. Mais est-ce que ça va être suffisant ?


Ce que j’en pense
C’est avec grand plaisir que je trouve la tumultueuse Astrid. Si petite et pourtant, elle n’est jamais à court d’idées pour faire des bêtises. Fabrice Parme nous raconte une nouvelle aventure haute en imagination.

L’immersion de riche blanc qui rencontre un peuple noir en se pensant supérieur. Cela me rappelle bien des images comme celles que l’on peut trouver au musée des années 30 à Boulogne-Billancourt.

Le scénariste joue avec les clichés et nous sommes très très loin du Ya Bon banania et de Tintin au Congo. Ce peuple de petits hommes noirs sont végétariens et sont passionnés de cuisine. Ils s’expriment dans un français élaboré. D’ailleurs, ils vont échanger avec la bonne des astuces de cuisine. En plus, ils connaissent bien les plantes locales avec leurs goûts et leurs effets. Ils sont très érudits et malins. Ils n’offrent pas leur savoir sans contrepartie. Cela fait partie de l’échange et du lien qui peut se créer.

Fabrice Parme prend même un contre-pied en mettant l’enfant sauvage, blanc qui vit un peu reclus des autres. Il vit dans son monde et ne se laisse pas apprivoiser par n’importe qui. Un garçon au style physique de Pico Bogue et à l’énergie semblable à celle d’Astrid. Un personnage assez attachant que l’on recroisera peut-être dans un autre tome. J’ai adoré le choix qui a été fait à la fin du tome et du fait qu’Astrid comprend ce choix même si cela lui déchire le cœur.

Encore une très bonne lecture à mettre entre les mains de ces chers têtes blondes. Même en étant hyperactif et pensant être plus malin que tout le monde, on peut quand même apprendre et grandir.

Lire mon avis sur le tome 1, le tome 2

Publicités

2 réflexions sur “Astrid Bromure – Tome 3 – Comment épingler l’enfant sauvage – Fabrice Parme

  1. Pingback: Challenge BD chez Chroniques Littéraires | 22h05 rue des Dames

  2. Pingback: Challenge lecture 2017 – 200 chroniques livres | 22h05 rue des Dames

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s