D’où vient le chocolat de ma tablette? – Tome 8 – Karine Harel et Didier Balicevic

Le chocolat, ce n’est pas toujours facile d’y résister. Mais que ce cache t’il sous cette tentation? D’où vient le cacao et comment est-il transformé? Que de questions qui vont devoir trouver leur réponse. Etes-vous prêt à les entendre? 


De quoi ça parle? 
Très peu de gens peuvent résister à l’envie de manger du chocolat. Après chacun à sa préférence pour le manger en tablette, en pastille, en pâte à tartiner… Mais pour réaliser toutes ces gourmandises, il faut bien une matière première. Elle est fournie par un arbre, le cacaoyer. Son fruit est la cabosse qui pousse à même les branches de l’arbre. Elles n’ont ni tige et ni queue. La récolte s’effectue deux à trois fois par an. A l’intérieur, on y trouve entre 20 et 50 fèves et on conserve, la pulpe blanche qui les entoure, le mucillage. Le sucre du mucillage se transforme en alcool de vinaigre par la fermentation et les fèves deviennent plus foncée. Puis on les fait sécher pendant 10 jours et hop, elles peuvent être envoyées partout dans le monde. 

L’aventure ne s’arrête pas ici. Puisqu’il faut travailler le produit. On commence déjà par le fait de les nettoyer, les trier et les griller. Ensuite, le tout est broyé et forme une pâte épaisse que l’on nomme pâte de cacao. On presse le résultat pour séparer la matière grasse qui l’a compose à 54%. On appelle cela le beurre de cacao. La matière solide qui reste se nomme tourteau. Broyé et réduit, il se transforme en poudre de cacao pour petits déjeuners. Mais alors comment fait-on le chocolat à croquer? 

On mélange le beurre de cacao et des tablettes de pâte de cacao. Après quelques savants mélanges, on obtient du chocolat prêt à être fondu pour que les gourmands du monde entier puissent en manger. 


Qu’est-ce que j’en pense? 
J’ai lu ce livre car c’est la gourmande qui parle en moi. Le chocolat est une chose que j’adore. Alors un petit livre pour en savoir plus, je n’ai pas pu résister. Le livre fait parti d’une collection Mon premier exploradoc chez Tourbillon. Il s’adresse aux enfants entre 5 et 9 ans pour leur apprendre quelques petites choses sur ce qui les entoure. Cela peut être aussi bien le pain, l’eau, le sel ou les poubelles. Les thématiques ne manquent pas. 

Un petit livre très bien fait avec pleins de couleurs douces et pastels. Le rose côtoie le orange pour raconter les étapes du chocolat que entre la réalisation de la tablette en finissant par les conseils pour réaliser soi-même les oeufs de pâques.

J’ai été surprise par l’ordre des explications. On passe de comment on réalise une tablette de chocolat, à comment on fait le chocolat à comment on créé de la pâte, du beurre et poudre cacao. Puis après deux pages sur la fève de cacao on va à la rencontre d’un chocolatier qui réalise entre autre des chocolats de pâques. Avant de terminer, on nous montre des exemples de ce que l’on peut faire avec du chocolat et au final, une recette pour réaliser ces oeufs de Pâques. Je n’ai pas trop vu l’intérêt de ne pas mettre un ordre en partant de la fève. Le contenu est pourtant au rendez-vous.

Il n’y a ni sommaire, ni numéro de page. Je trouve cela un peu étrange surtout pour un ouvrage à destination des enfants. Même si le livre n’est pas très grand, cela n’empêche pas d’apprendre aussi aux enfants de se servir de cet outil.

Mais globalement cela reste un très bon livre à mettre dans les mains des têtes blondes pour développer leur curiosité. En plus, après vous pouvez réaliser un gâteau au chocolat, il aura un petit goût différent. 

Publicités

4 réflexions sur “D’où vient le chocolat de ma tablette? – Tome 8 – Karine Harel et Didier Balicevic

  1. Pingback: Challenge lecture 2017 – 200 chroniques livres | 22h05 rue des Dames

  2. Intéressant pour en savoir plus sur ce qu’on adore manger… mais on ne cause pas des saloperies qu’on ajoute dedans pour remplacer le beurre de cacao, sans doute (huile de palme) ? Lecteurs trop jeunes sans doute, faut pas les traumatiser 😉

    • C’est juste pour une petite mise en bouche pour les tous petits. Si tu leur dis tout ce qu’il y a d’horrible cela risque de les traumatiser.
      J’ai trouvé un livre pour les plus grands sur le chocolat. On va voir si cela est abordé.
      Très bonne remarque 🙂

  3. Pingback: Bilan Culturel Mensuel : mai 2017 | 22h05 rue des Dames

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s