Les apprentissages de Colette – Annie Goetzinger

En quittant sa campagne profonde, Sidonie-Gabrielle Colette va découvrir les joies et les malheurs d’habiter à la ville et d’être marié. Les méandres de la vie vont lui ouvrir les portes d’un monte pleins de folie et de démesure. Allons à la rencontre de cette femme d’exception. 


De quoi ça parle? 
Sidonie-Gabrielle Colette est éperdument amoureuse de Henri Gauthier-Villars, dit Willy. Elle est au comble du bonheur le 15 mai 1893 car elle épouse celui qu’elle aime sincèrement. Le mariage se fait en petit comité. Puis il embarque sa belle dans son carrosse pour quitter Chatillon-Coligny dans le Loiret, direction Paris, le Quartier Latin.

Elle découvre la vie en couple mais très vite, elle déchante. Surtout, lorsqu’elle découvre les moeurs volantes de son mari qui totalement la chamboule. Il lui faut un peu de temps pour s’en remettre. 

Mail il va l’introduire dans le Paris mondain et bohème. Au début, elle est timide et n’ose pas trop s’affirmer. Pour lui donner plus de confiance en elle, il l’incite à écrire ces souvenirs d’enfance. Au début, il trouve que le récit ne vaut pas la peine d’être lu. Puis quelques années plus tard, il va ressortir le texte et va le faire publier à son nom sous le titre « Claudine » en 1900. Le succès est au rendez-vous puisque un nouveau livre est publié l’année d’après sous le nom de « Claudine à Paris« . Puis en 1902, c’est une adaptation au Bouffes-Parisiens qui se fait. C’est le début d’un succès qui ne s’arrêtera jamais.  

La vie de Colette change doucement. Les arts lui ouvre de plus en plus les bras. Elle prend des leçons de pantomime, monte sur scène, fait des reportages pour la presse, écrit des romans, fait des tournées dans toute la France… Une nouvelle vie s’offre à elle et pour s’épanouir pleinement, elle se sépare de Willy. Se sont des femmes et des hommes qui vont tour à tour prendre leur place auprès de Colette qui va aller au bout de tout ces fantasmes et tous ces rêves. Plus rien ne l’arrête. Tout cela ne l’empêche pas d’aimer sa fille unique et lui souhaite le meilleur dans l’affirmation de soi. 


Ce que j’en pense
Annie Goetzinger n’est pas à sa première adaptation de destin de femmes. Elle a déjà publié « La Demoiselle de la Légion d’Honneur », « Agence Hardy » ou « Marie Antoinette – la Reine fantôme » qui ont en commun des femmes qui veulent s’affirmer et se faire entendre. Alors c’est sans trop de surprise qu’on peut la découvrir sous sa plume le récit de la vie de Colette.

La vie de cette auteure/artiste est tellement pleine de rebondissements et d’aventures qu’il y a de quoi raconter. A ces débuts, c’était une jeune fille timide et réservée et très vite, elle va devenir une femme de forte et de caractère. Ainsi on va passer des Années Folles où la jeune ingénue quitte la campagne pour se transformer en une femme libre et engagée qui n’hésite pas à se rendre proche des tranchées pendant la première guerre mondiale. 

Le récit se déroule de façon chronologique ce qui permet vraiment de suivre l’évolution de notre héroïne. On suit ces voyages de Paris à Rozven, de Verdun en Italie. Elle part aussi bien pour aller jouer sur scène, se reposer dans sa maison de campagne ou partir faire des reportages pour des journaux. Entre les traits de crayons légers se dévoilent une femme polymorphe qui fait souffler un vent de libertinage et de liberté. 

La structure assez classique de l’ouvrage tout comme le trait de crayon, donne un côté assez ancien. Tout comme couleurs douces et surannées qui s’affirment à chaque page. Le dessin de couverture donne le ton pour l’ensemble de la bande dessinée. Un voyage dans une autre époque qui correspond très bien au récit qu’Annie Goetzinger nous met en images. Un classicisme qui tranche avec la tendance actuelle qui va plutôt vers l’explosion des cases et des teintes.

En plus, l’ouvrage est très complet au niveau historique. En plus de la préface de Nathalie Crom, on retrouve en fin d’album des repères chronologiques très précis ainsi que de courtes biographies des personnes de l’entourage de Colette et une bibliographie. Alors que l’on connaisse pas du tout ou assez bien la vie de cette artiste à part entière, on apprend forcément des choses. 

Plonger dans « Les apprentissages de Colette« , c’est plonger dans un monde où la liberté se conquiert, où les chaînes se brisent ou l’égalité n’est qu’un mot. Alors partez à la rencontre d’une femme qui écrira son nom sur le mur des arts et le coeurs d’hommes et de femmes. 

Advertisements

2 réflexions sur “Les apprentissages de Colette – Annie Goetzinger

  1. Pingback: Challenge lecture 2017 – 200 chroniques livres | 22h05 rue des Dames

  2. Pingback: Challenge BD chez Chroniques Littéraires | 22h05 rue des Dames

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s