La librairie de la place aux herbes – Eric de Kermel


Il y a des moments dans la vie où on a marre de tout. On veut changer. Nathalie a alors décidé de quitter l’enseignement sur Paris pour ouvrir une librairie à Uzès. Quand un rêve devient réalité, le bonheur n’est pas très loin. 


De quoi ça parle? 
Nathalie, enseignante de littérature au lycée commence à sentir un raz-de-bol de son métier. Elle voudrait faire autre chose. Mais quoi? Maintenant que ces deux enfants sont adultes, elle se laisse le droit de réfléchir. 

Par hasard, elle apprend qu’à Uzès, sa ville de villégiature, la librairie est à vendre à cause d’un départ à la retraite. Et si c’était un signe du destin? 

Très vite, elle en parle à son mari, architecte. Il la soutient dans son nouveau projet. Assez vite, ils déménagèrent. Elle repéra les lieux et dit des travaux afin que le lieu lui ressemble. Pour le fond, elle garde une partie des livres des anciens propriétaires et complète le reste avec ces coups de coeurs ainsi que les nouveautés et les meilleures ventes nationales.

Elle a l’impression de revivre, d’autant plus qu’elle est très bien accueillie par les autochtones. Très vite, des clients viennent à sa porte lui demander des conseils. Elle va alors prodiguer des pansements de mots et un vent de liberté. Puis, petit à petit, ces personnes vont devenir des amis partageant bien des choses, dont l’amour des mots. 


Ce que j’en pense
J’avoue qu’en tant que gourmande de lecture et cliente de librairies, le titre de ce livre ne pouvait que me parler. Le libraire est bien souvent un bon dealer de lignes qui sait quoi vous conseiller. Et j’aime beaucoup aller le voir pour découvrir de nouvelles choses. Ce doit être aussi le cas d’Eric de Kurmel, journaliste et directeur de Bayard Nature et Territoires, qui a choisi ce lieu pour son premier roman. 

Puis l’accroche, « Dis moi ce que tu lis, je te dirais qui tu es », est assez percutante puis intriguer plus d’un curieux. En le feuilletant, je me suis aperçue que le livre se découpait en chapitres consacrés à des personnages, avec quelques dessins et une grosse police de caractère. Je n’ai pas pu résisté à l’appel de l’achat impulsif même en sachant qu’il ne me faudrait pas très longtemps pour tout lire. Un livre idéal entre deux pavés où des romans éprouvants. 

Comme je m’attendais, l’ histoire est gentille et pleines de bons sentiments. Nathalie ouvre une librairie sans aucune formation et gère avec aisance, comptabilité et stockage. Tout se fait facilement. Les clients viennent pleines de gentillesse, que cela soit l’adolescente qui vit dans une famille très croyante et pas très ouverte ou une femme à la retraite qui veut aménager son jardin pour son époux. 

Chaque personnages qui viennent ne prennent pas les même livres et ne lisent pas pour les même raisons. Mais au final, quelque chose dans leur histoire personnel les rend attachant. Il y a toujours des éléments qui permettent de trouver un petit point commun avec le personnage. C’est finement joué de la part de l’auteur. 

Mais voilà, cette diversité de gens gentils et bienveillants sonne étonnamment faux. Pour apprécier les gens gentils, il faut aussi montrer ceux qui sont horribles et égocentriques, bref des vrais gens comme on en voit tous les jours. Un monde rempli de gens gentils est assez utopique même pour une petite librairie. Ce n’est pas une histoire vraie, je sais bien mais quand il y a une limite à ma crédulité. 

Il faut prendre ce livre comme une lecture d’été, une petite bouffée d’air. On suit une femme heureuse dans son épanouissement en tant que libraire, de femme mariée, de maman… Son mari l’aime tout entière. Sa bonne humeur et sa curiosité la font aimé de tous ceux qui l’a côtoie. Elle prête toujours oreille aux autres pour les aider et être là au cas où. Elle sait quel livre va vous correspondre. D’ailleurs à la fin du roman, l’auteur a listé tous les livres qu’il a cité. 

J’avais presque envie d’aller la rencontrer cette Nathalie qui a l’air tellement exceptionnelle. En plus, entre les pages on sent le soleil briller sur notre visage. On entend le chant des grillons. On a envie de goûter les confitures maison et le fromage frais du marché. On a envie de voir le magnifique jardin des amis, de goûter le vin des vignerons du coin… On a envie de partager ce monde presque trop idyllique pour s’échapper de chez soi vers un ailleurs plus ouvert et tolérant. Bien entendu, rien de tous cela n’est vrai. 

Un livre léger comme une brise d’été, qui vous donne le sourire un instant. Puis on le pose le sable, on l’oublie pour donner juste un instant de rêverie innocente à une autre lectrice qui le découvrira par hasard.  

Publicités

Une réflexion sur “La librairie de la place aux herbes – Eric de Kermel

  1. Pingback: Challenge lecture 2017 – 200 chroniques livres | 22h05 rue des Dames

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s