Villa Savoye du Corbusier à Poissy

La Villa Savoye n’est pas une villa ordinaire. C’est le résultat d’une commande par le couple Savoye à l’architecte Le Corbusier, pour leur résidence secondaire à Poissy. Ce monument classé aux monuments nationaux ainsi qu’au patrimoine mondial de l’humanité à l’Unesco sera en surprendre plus d’un. Allons faire une petite visite. 


D’une envie de résidence secondaire à la naissance de la villa
Le couple Savoye a décidé de se faire construire une villa secondaire. Ils vivent dans Paris. C’est proche de la capitale, sur un plateau, qu’ils vont établir leur choix. Poissy, dans les Yvelines, reste une ville facile d’accès et surtout pas trop loin du terrain de golf que fréquente monsieur, cofondateur de la société d’assurance Gras-Savoye. 

Lors d’un repas bien entouré, ils parlent de leur projet et on va leur conseiller un architecte : Le Corbusier. Il a construit la villa de leurs amis, les Church, à Ville d’Avray. Les époux Savoye n’ont pas de connaissance spécifique en architecture et sont assez ouvert d’esprit. Très vite, ils vont prendre contact avec lui et vont lui confier le projet. 

La villa fut construite entre 1929 et 1931. Quelques modifications ont du être apportés au projet initial sur les conseils de Mme Savoye qui surveillait de très le projet et le budget. Le résultat obtenu est unique dans son genre. 


D’une résidence de particulier au monuments nationaux
Les occupants ne sont pas venus très souvent à cause de problème d’étanchéité de la toiture et de fuites. Certaines technologies n’étaient pas encore très développée à l’époque. Mme Savoye résume son sentiment dans une lettre datée du 7 septembre 1936 : « Il pleut dans l’entrée, il pleut dans la rampe et le mur du garage est complètement trempé. Il pleut dans ma salle de bains qui est inondée à chaque pluie».

Ils venaient parfois profiter de l’espace de nature qui leur était offert ainsi que pour accueillir des amis. Mais les problèmes techniques créées des distances avec l’architecte qui risque des soucis juridique. La Seconde Guerre mondiale provoque de grands changements. La villa va être réquisitionnée par les Allemands puis occupée par les Américains. Le bâtiment va alors être laissé dans un très mauvais état.

En 1951, M. Savoye meurt d’une tuberculose suivi par son fils en 1958. Mme Savoye revient de temps en temps sur le terrain pour récolter fruits et légumes car les temps sont plus difficiles. Dès 1956, la ville de Poissy montre sa volonté de récupérer l’espace des 7 ha afin de construire un lycée. C’est une période de grande urbanisation. En 1958, la ville devient propriétaire de l’ensemble et veut détruire la villa. Le Corbusier aidé de ces amis vont faire pression auprès de l’état afin d’éviter cette action. Ils vont être entendu et le bâtiment va être protégé par les monuments nationaux.

Dans un esprit de médiation, 6 ha ont été cédé à la ville afin qu’elle puisse construire un lycée (le lycée Corbusier) et un terrain de sport. La ville conserve un hectare et est protégée et ne risque plus grand chose à part les affres du temps. De 1963 à 1997, trois périodes de restauration vont se succéder afin de redonner une nouvelle fraîcheur à ce lieu qui en eu grand besoin. Le public va pouvoir enfin découvrir le lieu.

En 1965, il est classée Monuments historiques puis en 2016, la villa au patrimoine mondial de l’humanité à l’Unesco.


Mais qu’est-ce qu’à de particulier cette habitation? 
Le Corbusier avait une vision très particulière de l’architecture d’habitation. En plein essor de l’art déco, lui décide de prendre le contre-pied. Il aime la simplicité et la pureté des choses. Pas de décoration inutile, pas de mobilier futile, pas pleins de couleurs clinquantes. Un style complètement opposé à Robert Mallet-Stevens, architecte contemporain de Le Corbusier. Pourquoi charger les choses quand l’espace et la lumière font tout?

Il va imposer sa marque de fabrique avec une pureté dans l’esthétique aussi bien intérieur qu’extérieure et une symétrie rare pour l’époque. Cette demeure offre un parfait exemple de sa théorie avec les cinq points de l’architecture moderne. 

–          La structure sur pilotis


Les pilotis au rez-de-chaussée permettent de soutenir l’ensemble de la construction. Ainsi la question des murs porteur ne se pose plus et l’aménagement de l’espace se fait plus aisément. L’espace de 4m75 entre chaque piloti permet la création d’un rectangle presque parfait pour soutenir le premier étage. L’espacement a été aussi finement calculer afin qu’une voiture arrivant par la gauche puisse tourner parfaitement pour laisser les passagers devant l’entrée de la maison. Puis le véhicule pouvait continuer à droite soit pour se garer dans l’espace prévu à cet effet au rez-de-chaussée ou soit repartir.

–          Le toit-terrasse


La Villa Savoye se compose de deux niveaux de toits plats : un premier qui donne aussi bien sur le boudoir que le salon/salle à manger permettant de faire rentrer beaucoup de luminosité. La frontière dehors/dedans devenait plus floue. Et un second qui mène vers un espace qui a été nommé le solarium qui permet vraiment de se détendre pour profiter de l’ensoleillement.
Initialement, les époux Savoye n’étaient pas du tout convaincu par ces espaces. Le Corbusier les a convaincu en leur parlant de la réduction du coût d’aménagement, de son entretien facilité, de sa délicieuse fraîcheur l’été et de son emplacement idéal pour la gymnastique (très à la mode à l’époque).

–          Le plan libre 
Les pilotis sont la structure porteuse du bâtiment, ainsi les murs perdent leur fonction porteuse. L’aménagement de l’intérieur permet alors plus de liberté ainsi Le Corbusier a pu créer un séjour de 86 m² et sur trois faces par des fenêtres en longueur placées en série et une baie vitrée aux dimensions de 9 x 3 mètres.

–          La façade libre 
Grâce à ce qui a été évoqué ci-dessous, la façade alors devient libre puisqu’elle n’a rien à supporter. Le Corbusier va alors installer une succession de fenêtre et des formes de son choix pour le solarium. 

–          Les fenêtres en bandeau 


Sur l’ensemble du deuxième étage, un bandeau de fenêtre en entourage bois est placée sans interruption en façade. Ainsi où que vous soyez vous avez une vue sur la nature environnante et une clarté dans toute les pièces. D’ailleurs, c’est cette luminosité qui va inciter les époux Savoye à nommé leur résidence : « Les Heures Claires ».
Lors des travaux de remise en état, le bardage bois va être transformé par de l’aluminium pour les pièces fermées. 


Que se cache t’il derrière les murs de ces trois étages? 
La villa se détaille en trois parties bien distinctes avec un rez-de-chaussé coloré avec des pilotis et une surface ronde au milieu. Un deuxième étage rectangulaire avec une terrasse ouverte et un troisième étage avec un solarium. Que peut-on trouver derrière ces murs?

Dimensions
Surface : 440 m² dont 190 m² de prise au sol
Rez-de-chaussée : 60 m²
Jardin suspendu : 110 m²
Pente : 12 à 14 %
Solarium : 70 m²

Rez-de-chaussée
L’entrée de la maison ne se fait pas face à l’entrée dans le parc. Il faut contourner la maison pour être devant la porte d’entrée. Une fois les locataires et invités déposés devant la porte d’entrée, les voitures peuvent être garées.

Les personnes rentrent et se trouvent face à une rampe recouverte de linoléum pour se rendre au premier étage. Le Corbusier nomme cela une promenade architecturale.

Il y a également un escalier de fond en comble pour le personnel.

Le rez-de-chaussé est l’espace occupé par le personnel de maison. 

Dans l’actuelle boutique de vente de livre, se situait la chambre de bonne avec des placards intégrés comme dans l’ensemble de la construction. Le sol est recouvert de parquet contrairement aux autres espaces qui sont recouvert de carrelage. Cette distinction se fera dans tous le bâtiment. Un toilette.

Au fond une lingerie avec un bac de lavage en béton.

Et rattaché, la chambre du chauffeur qui donne directement sur le garage. L’accès au garage est possible aussi via l’entrée. 

A proximité de l’entrée, se trouve aussi un lavabo qui pouvait permettre aux personnes arrivant de se laver les mains et à côté une tablette en béton intégré où l’on pouvait poser des serviettes ou autres. 

La rampe d’escalier est en métal. C’est un matériel brut qui n’a pas été travaillé. Cela fait référence à ces bateaux qui partaient pour des croisières. Nous sommes dans la période où il est de bon ton de faire des traversées. Les références se trouvent aussi dans l’architecture extérieure qu’intérieure. 
Si cela vous intéresse, je vous invite à visiter le musée des années 30 à Boulogne-Billancourt. 

Garage


1er étage
Lorsqu’on arrive en haut de la rampe on se trouve presque au centre de l’espace qui est séparé en deux.
Nous avons d’un côté l’espace privé avec la chambre des invités, la chambre du fils et la chambre des parents. Et de l’autre côté, il y a la cuisine, le salon/chambre à manger et la terrasse.

Salle de réception/salon/salle à manger

L’espace est assez grand puisque la surface est de 84 m².

La particularité est la baie vitrée coulissantes ouvrant sur la terrasse qui est assez impressionnante par sa taille. D’ailleurs, de l’extérieur on a l’impression que le salon donne directement sur la terrasse dans aucune vitre.

Un petit geste permettait assez vite de se rendre à l’extérieur ou d’agrandir la salle de réception.
Il n’y a aucun mobilier dans l’espace. Quelques vidéos montrent des exemples d’aménagement avec des fauteuils confortables, quelques tables et chaises qui devaient changer si des invités étaient ou non présents.

La lumière indirecte est une idée de Mme Savoye. On retrouve un éclairage assez similaire dans la station de métro Arts et Métiers et dans le musée des Arts et Métiers dans la partie télécommunication.

Cuisine

La cuisine est attenante à la salle de réception. L’endroit est vraiment pensé très pratique, hygiénique et très moderne. Tout est carrelée avec des carreaux de céramique blanche (comme le métro parisien) et équipée de rangements aux portes métalliques.

Les placards fixent s’ouvrent des deux cotés. De longs espaces de travail sont conçues tout autour de la cuisine avec vu sur l’extérieure. Espace de lavage, espace de dépôt, espace pour déposer les réchauds, espace pour mettre les pains de glace, le passe plat…

En plus, il y une petite terrasse dont la fonction n’a pas été identifiée.

De nombreux historiens pensent que Charlotte Perriand, une des rares femme à travailler dans le cabinet d’architecture du Corbusier, a beaucoup influencé l’aménagement tel la cuisine. Les femmes étaient presque les seules à occuper ce lieu dans les années 30 alors elles étaient à même de connaître les besoins réels dans l’usage. On retrouvera une marque de son travail dans la salle de bains des parents.

Chambre d’ami

C’est la chambre qui termine la frontière entre espace privée et de réception.

De nombreux espaces de rangements sont proposés avec des placards sous les fenêtres et un placard haut entre l’espace du lit et de la salle de bains.

Un petit espace privée se trouve avec un bidet et un lavabo. Le toilette est à l’extérieur juste en face.

Chambre du fils

L’accès à l’espace du fils se fait par trois portes. Une donnant directement dans la chambre, une donnant directement dans la salle de bains qui communique aussi avec la chambre.

La salle de bains est beaucoup plus grande et spacieuse puisqu’on va y trouver une baignoire en plus d’un bidet et d’un lavabo.

L’espace de la chambre tout comme celle des parents se trouvent au Sud permettant d’être plus ensoleillé.

Un espace bureau avec une table fixe est prévu.

Chambre des parents

La chambre des parents est la plus grande chambre de l’étage.

On le voit assez vite avec la salle de bains qui n’a d’ailleurs aucune fermeture à part pour le toilette. Les couleurs bleus rappelles un peu les termes romaines.

La vague à proximité de la baignoire n’est pas sans rappeler un siège célèbre de Charlotte Perriand.

La chambre possède un aspect assez intemporel.

Le petit plus est le boudoir, une salle avec une porte qui l’a relie à la chambre mais aussi à la terrasse extérieure. Aucune trace écrite permet de savoir comment cet espace était occupé par les Savoye.

 

On trouve des chaises et quelques meubles métallique de marque Tolix dans toute la maison. Ce mobilier n’était absolument pas présent à l’époque où la maison était habitée. C’est une marque partenaire des monuments nationaux.

Toit-terrasse
Pour le toit terrasse, le climat n’est pas trop adapté à cette forme d’espace. Le Corbusier adore la mer et le soleil. D’ailleurs, il finira ces jours dans le Sud.

 

Solarium

Lorsqu’on monte la rampe vers le solarium, un point de vue nous est imposé. Un cadre qui nous plonge au coeur de la campagne des années 30 sous les Savoye et vers l’urbanisme pour l’être moderne que nous sommes.

Le reste est entouré un voile de béton avec des formes courbes accompagné de bacs végétalisés.

On peut ici et là y mettre un siège afin de profiter pleinement du soleil dans trop avoir de vent.

La villa du jardinier
A l’entrée de la résidence, on trouve une petite résidence toute colorée. Le Corbusier a expérimenté pour la première et unique fois, l’unité d’habitation. Elle se compose de tout ce qui lui semble nécessaire dans 40m² à l’étage : un espace chambre, un espace cuisine et un espace de vie.
A la base, il en avait conçu deux dont une pour le chauffeur. Mme Savoye a demandé qu’il n’y en ait qu’une pour une question budgétaire.

En 2015, la maison a été rénové et de nouveau ouverte au public à certains moments.


Comment découvrir cette villa?
La villa Savoye est ouverte du mardi au dimanche de 10h00 à 17h00. Attention par contre, 17h00 c’est l’heure où le personnel ferme la porte d’accès au jardin qui donne accès à la villa. 

Vous pouvez visiter la villa tout seul, un document donnant des informations vous sera donné à l’accueil. Il y a deux écrans avec des vidéos. Il faut compter au moins 30 minutes pour faire le tour intérieur et extérieur en prenant votre temps. 

Il y a des visites guidées d’environ 1h00 réalisées par le personnel de surveillance des lieux. Je ne sais pas si le personnel a suivi une formation spécifique. La visite est gratuite mais il est recommandé de donner un peu de monnaie pour la visite.

                                  source : www.villa-savoye.fr

Des visites conférences sont réalisées certains mercredis après-midi par les guides des monuments nationaux. Afin de savoir quand ont lieu exactement les visites, il faut aller sur le site des monuments nationaux puis aller vérifier dans l’agenda des visites. Si par hasard, vous venez le jour d’une visite, il n’y aura aucune information qui sera noté aussi à l’extérieur qu’à l’intérieur et la personne qui vous encaissera ne vous donnera pas l’information non plus. Je trouve cela assez dommage que les visites par les guides conférenciers ne soient pas valorisés car elles sont très intéressantes.

Attention, sur le site de la Villa Savoye, c’est noté qu’une visite se déroule un mardi sur deux. Mais ce n’est pas vraiment le cas. Vérifiez les dates si cela vous intéresse vraiment.

                                             source : www.monuments-nationaux.fr

Le prix est de 14€50 prenant en compte le prix de l’entrée au monument de 8€00. La visite dure entre 1h30 et 2h00. 

Quelques éléments m’ont assez surprises. L’état de certaines peintures, les finitions de certaines pas du tout précises, de la rouille, des toiles d’araignées, de la poussière par terre et dans les escalier, du matériel pour de la peinture apparente… Je me renseigne sur le pourquoi de cet état et on me répond que c’est difficile d’avoir une politique d’entretien continuel. C’est plus facile de tout faire d’un coup et que les travaux datent d’il y a 10 ans (pour l’ouverture).

On me rappelle que le lieu est très visité aussi ce qui n’aide pas à rester en bon état. Mais alors s’il est très visité, pourquoi ne pas mieux l’entretenir pour une visite plus confortable?

Je trouve cela étrange vu qu’une table est en cours de peinture avec une finition peu précise. On t’il pu alors avoir un aval avec un petit budget? 



Je trouve cela dommage car pour un monument protégé monument national et patrimoine de l’Unesco, je m’attendais à quelque chose de plus entretenu. Mais le bâtiment vaut le coup d’oeil surtout si on apprécie le travail du Corbusier. Je conseille fortement de faire une visite guidée avec un guide conférencier qui pourra répondre à toutes les questions qui vous passeront par la tête. 

Lien vers le site des Monuments nationaux
Pour en savoir plus sur le travail du Corbusier, aller visiter La cité de l’architecture et du patrimoine à Paris

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s