Des femmes en noir – Anne-Isabelle Lacassagne

Les prêtres vivent une vie un peu particulière. Ce fragile équilibre risque de prendre un sévère coup si un secret venait à être dévoilé. Le père était une femme. Comment est-ce possible? 


De quoi ça parle? 
Un curé meurt. Rien de très anormal à cela. Mais quand la chancelière  de l’évêché reçoit l’acte de décès, elle voit une case cochée qui l’étonne. Elle contacte alors le médecin qui a rempli le document. Il lui confirme qu’il ne s’est pas trompé. Pascal Foucher est bien une femme. Charlotte doit gérer cette information au plus vite pour éviter tout éventuel scandale. L’église en a déjà eu assez ces derniers temps.

Elle va en référer à son supérieur hiérarchique. Ce dernier va la convoquer avec un autre curé, Bernard-Marie afin qu’ils mènent l’enquête. Qui était au courant de cette supercherie?

Ensemble, ce duo de l’improbable va aller sur les traces du passé de ce prêtre. Les révélations vont se faire progressivement. Pascal Foucher a entendu un appel et rien n’a pu l’empêcher de réaliser son rêve. Mais l’église peut-elle entendre ce message?


Ce que j’en pense
J’ai lu ce livre sur les conseils d’un libraire. J’avais d’autant plus envie de le lire car l’auteure, Anne-Isabelle Lacassagne venait participer à une rencontre-dédicace pour son premier roman. Comme d’habitude, j’ai attendu de rencontrer l’auteure avant de me perdre dans la lecture.

La rencontre a été assez épique puisqu’il n’y avait presque que des connaissances de l’auteure. Presque toutes les personnes qui étaient présentes savaient qu’elle travaillait à l’évêché et la connaissait car ils fréquentent la même église. Alors elles parlaient avec bonne humeur du père machin et du père truc, d’actions et de sermons entendus récemment. Je ne sentais alors pas du tout à ma place. Je me demandais alors ce que j’allais trouver dans le roman et une certaine appréhension est montée.

Cette rencontre se termina plus tôt que d’habitude. Une bonne occasion alors d’aller au camion itinérant qui vend de très bon burgers. Il faut attendre 25 minutes pour repartir avec son repas sous le bras. Je n’avais qu’un seul livre dans mon sac. Alors j’ai commencé à le lire. Plus de peur que de mal car il n’y a pas d’apologie de la religion (même si une vision un peu idyllique), ni de volonté de convertir le lecteur. L’écriture est fluide et légère permettant de tourner les pages avec un certain plaisir de lecture.

Il ne faut pas s’attendre un duo de choc avec cette femme, mère de famille et cet homme en blanc, qui a pour seul arme, sa bible. Pas pleins de rebondissements étonnants et de scènes d’action qui font des étincelles. Ici, on prend son temps. On est calme. On réfléchit. On étudie. On pose des questions et parfois on insiste. Chacun de son côté va enquêter et vont se retrouver autour de moment phrase où tout va nous être dévoilé.

Ce livre est une ode à la femme. C’est ce qui m’a le plus étonnée. Charlotte a une très forte personnalité, un poste à responsabilité avec des enfants indomptables. La femme qui a élevé Pascal Foucher possède un charisme imposant. Pascal Foucher avait une douceur et une écoute très appréciée. Sainte Geneviève, sainte patronne de Paris, référence récurante est présente partout comme une femme courageuse et tenace. D’autres femmes sont présentes et montrent force face à toute situation. Les hommes eux font de leur mieux, c’est tout. Ils ne sont pas trop battant, pas trop ouvert, pas trop aventureux. Ils restent dans le cadre dans lequel on les a mis.

Et puis ces femmes au sein de l’église, qu’elles sont leur place au final? Les femmes sont présentes dans les églises car elles gèrent les activités de l’église, s’occupe de tout et s’intéresse à tout. Elles sont indispensable dans le fonctionnement globale. Parfois, un peu trop diront les curés. Lors de la rencontre, elle disait que les prêtres considéraient soient les femmes comme des saintes. Comme ces femmes qu’il ne connaisse qu’à travers les récits religieux. Ou soient comme des choses totalement invisible qui ne mérite aucun égard et aucun regard. Il faut dire que certains ne vivent qu’entouré d’hommes alors une présence féminine est perturbante.

Qu’en est-il de ces femmes qui entendent un appel et qui voudrait le partager. Par leur sexe, elles n’ont pas le choix de devoir s’isoler dans un couvent. Pourquoi le fait de partager avec des croyants devrait-il être juste un privilège de l’homme? Même dans un couvent de femme, il faut un homme prêtre pour apporter la bonne parole. Est-ce bien juste? Pourtant à une époque où la crise de foi pour devenir (ou rester) prêtre se fait, pourquoi ne pas faire preuve d’ouverture et de tolérance? J’ai entendu ce cri féministe entre les mots. Mais ce changement sera impossible. L’église peut se réformer cependant pas à ce point là.

D’autres thématiques sont abordées en trame de fond comme la transmission de foi à sa progéniture, d’adopter une croyance à son époque, de parler des différentes pratiques entre paroisse, le fait que des hommes suivent un enseignement pour être prêtre et décide de changer de voie en cours de route…

Le tout est assez bien emballé avec une couverture très accrocheuse. Pas besoin d’une photo de col romain ou d’ovaires pour accrocher le lecteur. La photo en noir et blanc de Mario Giacomelli est très intrigante. Il a reconstitué un jeu fictif avec des prêtres fictifs. Je la trouve très parlante, positive et drôle. En tout cas, cela m’a donné de découvrir le travail du photographe.

Les hommes en noir vont rendre leur verdict. Ils ont rangé les pieux pour des chapelets et du vin de messe. Tout va redevenir à la normale. Ce duo de l’improbable va pouvoir reprendre leur quotidien avec plus de tranquillité. Amen.

Si vous voulez en savoir plus sur Ste Geneviève, je vous invite à visite le Panthéon à Paris.

Publicités

Une réflexion sur “Des femmes en noir – Anne-Isabelle Lacassagne

  1. Pingback: Challenge lecture 2017 – 200 chroniques livres | 22h05 rue des Dames

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s