Les mots & les choses, une librairie au coeur de Boulogne-Billancourt

cropped-lmlc-facebook

Au cœur de l’ancien bastion ouvrier de chez Renault, au 30 rue de Meudon à Boulogne-Billancourt, se cache une librairie, nommée « Les mots & les choses ». Un lieu étonnant où derrière des livres se cachent des passionnés des mots qui sauront avec plaisir et sourire vous conseiller. Mais comment est né ce projet? Allons à la rencontre de Benjamin Cornet pour en savoir plus.

Pourquoi venir dans le 92?
Benjamin Cornet a grandi à Boulogne-Billancourt. Il connaissait bien la ville puisqu’il a vécu jusqu’à ces 20 ans. Le hasard l’a fait revenir 10 ans plus tard avec un projet à l’esprit et pas n’importe lequel. Il veut monter sa librairie. Initialement son choix se portait sur Paris mais la ville est extrêmement quadrillée en terme de librairies. « La concurrence en terme de culture sur Paris est assez dense. » dit-il. En plus, l’envie d’un local assez grand pour pouvoir donner assez d’espace à ce qu’il voulait rendait l’objectif de la perle rare assez difficile. Donc trouver un local de 120 m² à Paris soit il n’existe pas, soit il est trop cher où soit déjà trusté par des chaînes.

capture-decran-2017-01-25-a-23-41-07

Puis, c’est autour de Paris qu’il a prospecté puis très vite, c’est vers Boulogne-Billancourt (92) qu’il s’est orienté. Au début, le quartier du trapèze était écarté car les locaux commerciaux au rez-de-chaussée d’habitation ou entreprise ne permettaient pas forcément de créer du lien. Il y avait cette volonté de vouloir être au cœur de la ville, «pas uniquement dans la ville future, mais la ville présente.» Puis entre la ville moderne et la ville ancienne, il a trouvé un local dont il est rapidement tombé amoureux. « Ce local se prête bien à une idée de librairie puisqu’il est dans un ancien immeuble qui a plus de 100 ans et qui fait face aux nouvelles constructions. » C’est l’unique commerce de ce tronçon de rue. «Au début, on le trouvait super grand maintenant on le connaît dans ses moindres recoins. »

capture-decran-2017-01-25-a-23-40-44

Très rapidement le choix se fait et le local de 150 m² est aménagé. La communication se fait aussi bien via un article dans le journal local, des flyers, la présence sur les réseaux sociaux et bien sûr le plus important, le bouche à oreille. Depuis plus de trois ans, les lecteurs n’arrêtent pas d’affluer. 

capture-decran-2017-01-25-a-23-39-38

Le quartier est idéal puisqu’il est dynamique, assez jeune, avec des couples ayant de jeunes enfants… un public intéressé par un commerce de type librairie généraliste et indépendante. On y trouve aussi bien de la littérature généraliste, de la bande dessinée, des mangas et un très beau rayon jeunesse. Il faut dire que le jeune public est à conquérir et est féru de beaux livres. Ainsi les libraires peuvent conseiller les enfants et leurs parents. Ne vous inquiétez pas, il y a environ 15 000 livres en rayon, il y a forcément quelque chose qui pourra vous plaire.

capture-decran-2017-01-26-a-00-16-44

Mais pourquoi vouloir créer une librairie?
Benjamin Cornet a toujours aimé la culture, « la culture c’est quelque chose dont je voulais faire mon métier» et le livre en tant qu’objet, «respect pour les auteurs qui sont un peu mes héros». Issu d’une formation commerciale et en urbanisme (diplôme de l’ESSEC), il a travaillé au début dans une maison d’édition et cela ne correspondait pas à ses attentes. Puis, il a fait plusieurs année dans une entreprise de consulting, c’était très intéressant mais au bout de plusieurs années j’avais besoin de retrouver le mojo en terme de culture, de contenu culturel.». Malgré l’émulation du métier, il fallait quelque chose de plus. La lecture d’article sur les librairies, le renouveau des commerces lui a donné une impulsion, un déclic. Une évidence alors est apparue.

Il a quitté son boulot, fait une formation, des stages dans des petites et grandes librairies généralistes et spécialisées. Puis pas grand-chose n’a déplu alors le projet que l’on veut mettre sur pied se met progressivement en place. «Puis de fil en aiguille on finit par ouvrir une librairie». Après il faut trouver un nom. Alors pourquoi choisir « Les mots et les choses« ? Au début, il avait «pensé un truc super snob, qui s’appelait la sérendipité. » L’influence de « Zadig » de Voltaire était derrière cette idée. Puis en chuchotant ce nom à ami, ce dernier l’a déconseillé. Au début, il n’était pas certain que l’autre savait de quoi il parlait, on se dit : « il ne connait peut-être pas le concept ». Au final, on prend en compte la remarque en se disant qu’elle est pertinente.

Lorsqu’il était en formation dans une librairie dans le 20ème, en ouvrant un carton, il est tombée nez à nez avec le livre « Les mots et des choses » de Michel Foucault, livre qui avait été lu il y a une quinzaine d’année. « Il m’avait beaucoup plu. Impossible à lire mais très intéressant sur le langage, la linguistique, les symboles. Et je me suis dit c’est ça. » « Je trouvais qu’un, le titre du livre était beau, deux, la référence à Foucault était sympathique même si non évidente pour tous le monde (…) et trois parce que c’était bien par rapport à ce que je voulais faire. Vendre des livres. Mais aussi autre chose. »

capture-decran-2017-01-25-a-23-45-23

Les mots & les choses, plus qu’une librairie
Le projet initial est porté par les livres, « la librairie est un lieu qui n’est pas que commercial ; c’est aussi un lieu de découverte. Un lieu où les gens sont libres de venir. Un lieu où les gens se sentent bien, c’est super important. Et autour des livres, on propose d’autres choses.» Des expositions temporaires sont accueillies dans les murs ainsi que des évènements comme des vernissages, des dédicaces, des rencontres avec des auteurs, des dessinateurs, des ateliers jeunesses, des activités autour du livre tel le kamishibaï.

capture-decran-2017-01-26-a-00-20-46

C’est important de proposer beaucoup de choses car ce n’est pas toujours évident pour tous le monde d’entrer dans une librairie. «On essaie de dépasser ce clivage où les gens préfèrent aller dans des lieux impersonnels. » « On vend des bouquins certes mais vous pouvez venir parce qu’il s’y passe pleins de choses ! Des vernissages, des rencontres, des objets. » Certaines personnes ne viennent qu’aux rencontres. « Une petite fille vient  souvent à la librairie et n’achète que des mashing tape » ou «une cliente ne vient que pour notre papeterie. Les gens sont libres de venir, choisir et partir.

capture-decran-2017-01-26-a-00-22-24

 

Qui est l’équipe qui anime cette librairie? 
La librairie a été ouverte en 2013 en tandem. D’un côté, Benjamin Cornet et de l’autre côté, Gwendoline Touchard, libraire depuis plus de 10 ans. « Elle a apporté sa connaissance du monde du livre par le prisme libraire, qui est très important. Et aussi un certain réseau au niveau des éditeurs ce qui est bien pour la reconnaissance pour le début de l’aventure.» Gwendoline est plus orientée littérature adulte, polar et bd. Elle est toujours à l’écoute et saura vous conseiller à la hauteur de vos exigences.

capture-decran-2017-01-25-a-23-45-02

Tout comme Elora, qui a en charge la partie jeunesse. Depuis trois ans, elle a multiplié les références et su trouver les bons livres pour séduire le jeune public plein d’énergie. Elle est arrivée à fidéliser un public qui vient chercher ses conseils. 

capture-decran-2017-01-25-a-23-37-58

Puis, il y a Elsa, qui a rejoint l’équipe en juillet dernier. Elle vient d’une structure qui commercialise des livres pour les bibliothèques françaises de l’étranger ce qui est un atout pour travailler avec les entreprises et le réseau de bibliothèques. Elle est touche à tout et est très calée en bd. 

Et enfin un autre homme, Thomas, un libraire confirmé qui les a rejoints depuis début novembre. 

capture-decran-2017-01-25-a-23-45-48

Trois coups de coeur à lire absolument
Benjamin vous conseille.
818cbnqbngl
« Les justes » d’Albert Camus

 

 

 

 

« Sukkwan Island » de David Vannbm_12053_1134589

 

 

 

 

41wel-9rybl-_sx315_bo1204203200_« Soundtrack » de Furukawa Hidéo

 

 

 

 

guerredalan1« La guerre d’Alan » d’Emmanuel Guibert

 

 

 

 

9791090743304fs« La mégalopole » de Cléa Dieudonné « un titre de fou furieux »

 

 

 

Gwendoline vous conseille.
41ger97jfml-_sx312_bo1204203200_« Eureka Street » de Robert Mcliam Wilson

 

 

 

 

leonardo-padura-l-homme-qui-aimait-les-chiensm121307« L’homme qui aimait les chiens » de Léonardo Padura

 

 

 

 

1974La tétralogie de David Peace

 

 

 

 


Elsa vous conseille.
a14235« Americanah » de Chimamanda Ngozi Adichie

 

 

 

 

9782246686118-t« King Kong Theories » de Virginie Despentes

 

 

 

 

kobane-calling« Kobane Calling » de Zéro Calcare

Brève de libraire

Bonjour, je voudrais le rouge et le noir.
on lui apporte le bouquin et on répond « je veux déjà lire le rouge. »

 

Thomas vous conseille.
au-dela-du-mal« Au delà du mal » de Shane Stevens 

 

 

 

 

cvt_le-garcon_4265« Le garçon » de Marcus Malte

 

 

 

 
31d1i-uzial-_sx369_bo1204203200_« Zaï Zaï Zaï Zaï » de Fabcaro

 

 

 

La lecture, toujours une passion?
A force d’être toujours entouré de livres, est-ce que l’on a toujours envie de lire? Benjamin Cornet est affirmatif. L’envie est d’autant plus importante car il y a la possibilité d’être surpris tous les jours,  « le plaisir de lire un bon bouquin est décuplé. » « Il existe un trésor de découvertes et d’immersion personnel dans la librairie. Il y a des centaines de titre que je n’ai jamais lus et que j’ai très très envie de lire. Et quand enfin je vais réussir à en lire un, je serai trop content de pouvoir le conseiller. »

capture-decran-2017-01-25-a-23-41-30

unnamed
capture-decran-2017-01-25-a-23-42-32
capture-decran-2017-01-25-a-23-42-08

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

capture-decran-2017-01-25-a-23-38-59

Retrouvez la librairie sur Facebook et sur son site internet.


Maintenant vous savez où aller
Les mots & les choses

30 rue de Meudon
92100 Boulogne-Billancourt

Publicités

2 réflexions sur “Les mots & les choses, une librairie au coeur de Boulogne-Billancourt

  1. Très bel article.
    Et une belle librairie que tu nous présentes. Des livres, des livres, des livres et beaucoup d’autres livres. Elle est aussi appétissante qu’une pâtisserie…

    J’aimerais bien avoir ma librairie à moi, c’est un métier que j’aurais bien aimé faire. Mais cela me parait extrêmement dur de survivre dans ce milieu en tant que petit indépendant. Face au grand groupe, face à Internet, cela ne doit pas être évident tout le temps? Mais quelle belle passion…

    • Merci à toi.
      C’est la première fois que j’allais faire une interview avec un humain. J’étais toute stressée et puis après, c’était le stress pour écrire. Merci à toi. Cela me fait plaisir. Il devrait y avoir d’autres bientôt. C’est plaisant de voir des gens passionnées.
      Ils rappellent la dureté de leur boulot, l’investissement qui leur ai nécessaire, la passion toujours présente.
      J’aurais aimé aussi travaillé dans une librairie mais bon, je n’y suis jamais arrivée. 🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s