Et je danse aussi – Anne-Laure Bondoux et Jean-Claude Mourlevat

51cepftgpcl-_sx303_bo1204203200_Adeline Parmelan décide de jeter une bouteille à la mer. L’écrivain, en panne d’inspiration, Pierre-Marie Sotto l’a récupéré et répond à cette jeune femme. Il ne répond jamais à ces fans d’habitude. Mais il y a quelque chose de particulier avec elle. Pourquoi ?De quoi cela parle ?
Pierre-Marie Sotto vit tranquillement chez lui avec son chat acariâtre. Un jour, il reçoit un petit paquet. Il pense tout de suite que c’est un manuscrit et il se refuse à les lire. Alors comme à son habitude, l’auteur répond froidement qu’il n’est pas intéressé. Mais voilà, que la jeune femme, Adeline Parmelan, répond à son message de façon optimiste et plein de bonne humeur. On peut montrer une autre facette de sa personne derrière son ordinateur.

Il ne répond à ces fans d’habitude, mais quelque chose le pousse à lui répondre. Les échanges sont courts et pourtant il y a un lien d’amitié qui se créer. Les messages se font de plus en plus fréquents et une réelle complicité se met en place. Lui seul, d’un côté avec trois femmes à son actif et de nombreux enfants et elle, seule, grosse et déprimée dans la maison de sa mère décédée. Rien en apparence ne pouvait les relier.

Et puis, un jour, elle envoie une photo. Une chose les rapproche, un lien qu’il n’envisageait pas. Cette image va-t-elle tout gâcher entre eux. C’est la crainte d’Adeline qui au fur et à mesure c’est attaché à Pierre-Marie et l’inverse est vrai également. Peuvent-ils surmonter cela ensemble ?

Ce que j’en pense
Un livre que l’on pourrait classer dans les feel-good car une fois que l’on commence l’histoire, on ne peut s’arrêter avant la fin. On s’attache à ces personnages qui ont des cicatrices de la vie encore à vifs.

Petit à petit, on n’en apprend plus sur leur quotidien, leurs amis, la famille… Et en parallèle, on voit l’évolution de leur relation à travers des mails qu’ils s’échangent presque chaque jour. On a déjà entendu que la correspondance était devenue totalement obsolète à l’heure d’internet. Souvenez du succès en librairie des Clubs des épluchures de pommes de terre. Alors, pourquoi ne garder le principe d’échange mais par mail tout simplement.

Les auteurs Anne-Laure Bondoux et Jean-Claude Mourlevat ont su à merveille trouver le ton juste pour ne jamais tomber dans l’apitoiement, le sentiment amoureux trop facile… Le mélange de tristesse et d’humour est parfaitement trouvé. C’est pour cela que le livre a très vite conquis des lecteurs qui ont fait marcher le bouche à oreille. Même Français Busnel a eu un coup de cœur pour ce livre. Il a même fait venir les auteurs sur son plateau.

J’ai été totalement absorbée par l’histoire. C’était difficile de devoir fermer le livre car j’avais des choses à faire. Je voulais savoir comment leur relation allait évoluer puis en arrivant à la fin, je me disais que ce n’était pas possible. Je ne pouvais pas quitter les personnages ainsi, je voulais en savoir plus. Il n’y a pas de suite. La curiosité a pris le dessus et je voulais rester avec eux. C’était un peu comme si j’avais été la confidente des deux et qu’à un moment il faut accepter de les laisser partir. Un pari réussi pour les auteurs qui m’ont prise par la main pour me plonger dans leur univers. Le temps c’est arrêté pendant la lecture qui m’a donné le sourire.

Le froid revient dans les chaumières ? Pas envie de sortir ? Prenez ce petit livre doudou qui sera vous tenir compagnie et qui vous donnera une bonne dose de bonne humeur et de chaleur humaine.

Merci beaucoup à Lydia qui m’a offert ce livre.

L’avis de Lydia : « Dès les premiers échanges, je me suis laissée prendre au jeu. J’ai été intriguée par cette correspondance, une correspondance faite de petites anecdotes relatant leur quotidien, leur petits bonheurs mais surtout leur doute et leur solitude. Jean-Claude Mourlevat et Anne-Laure Bondoux ont le talent de faire de la vie de Monsieur et Madame tout le monde, un récit mêlant émotion et humour, bien construit et qui m’a passionnée. J’ai tourné les pages sans pouvoir reposer le livre. »

L’avis de Folavrilivres : « C’est un roman tout simplement délicieux, bien écrit et qui m’a fait rire autant qu’il m’a émue. Une fois commencé, je n’ai pu que le dévorer jusqu’à la dernière page. C’est un joli coup de cœur et une lecture parfaite pour l’été. »

Film avec le même sujet : Vous avez un message 

Publicités

3 réflexions sur “Et je danse aussi – Anne-Laure Bondoux et Jean-Claude Mourlevat

  1. Pingback: Challenge lecture 2017 – 200 chroniques | 22h05 rue des Dames

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s