Gueule de bois – Olivier Maulin

51g3jngglwl-_sx195_Comment ne plus avoir la gueule de bois? Comment se faire des amis facilement? Comment retrouver le lien avec la nature? Une seule réponse à toute ces questions. Il faut tout simplement boire et continuer à boire. Mais tout cela ne risque pas de mal se terminer? 

J’avais envie d’un livre avec un peu d’humour et de fantaisie. Alors je suis allée voir un de mes dealers de lignes et j’ai choisi un de ces coups de coeur. Sans grande surprise, on m’a conseillé un livre avec un alcoolique dedans. D’ailleurs la quatrième de couverture pose la question tout de suite : « La meilleure façon d’éviter la gueule de bois? Ne jamais dessoûler. » Je me suis dit que ce roman allait me promettre bien du rire.

Mais voilà, la déception arrive bien trop vite. Un style un peu vulgaire, des phrases incomplètes et une histoire complète absurde sans queue ni tête. On passe d’alcooliques qui se bourrent la gueule dans des bars les uns après les autres pour atterrir dans une soirée chez des riches pour finir au fin fond de la forêt à libérer des vieux en maison de retraite.

« C’est génie ou c’est pas génie? Venez consommer librement les petits pioupiou, c’est vous qui décidez de tout… (…) Transformer leurs désirs en besoins! Les rendre compulsifs, dépendants du bonheur dans l’achat! Un coup de déprime? Lèche une vitrine, connasse! Génie, oui, je l’affirme! Grâce à la pub, ils avaient renoncé à produire eux-mêmes ce dont ils avaient besoin et ils étaient heureux! Contents de bouffer de la merde de cheval surgelé! Ravis de s’empoisonner de raviolis aux os broyés, nerfs et tendons! Guillerets de préparer de la purée en flocons! Eplucher une patate ? Plus le temps! Trop de boulot! Mais je l’éclate, rassurez-vous! J’abandonne mes enfants tous les jours à des nourrices inconnues, je pue des bras à cause du stress, je donne du poison à mon bébé mais je suis bien plus épanouie qu’au treizième siècle, hihihi! »

D’accord, on retrouve presque tous les personnages entre le journaliste raté, l’infirmière transsexuelle, le capitaine complètement azimuté, un chasseur fou…. Mais l’histoire n’est pas construite et la transition entre les chapitres laissent à désirer. Je sais que beaucoup aime le franc parlé cruel et méchant mais ce n’est pas mon cas. Il manque quelque chose comme de l’esprit, de l’espièglerie et pas seulement de la méchanceté gratuite.

J’ai fini le roman pour le principe mais j’ai vraiment eux en horreur l’histoire. Voilà un livre qui va bientôt partir en livre voyageur.

Publicités

Une réflexion sur “Gueule de bois – Olivier Maulin

  1. Pingback: Challenge lecture – 250 livres dans l’année | 22h05 rue des Dames

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s