Le cercle des plumes assassines – J. J. Murphy

004394766Dorothy Parker n’est pas une femme ordinaire. Son bagou lui vaut l’admiration de beaucoup. C’est pour cela que les rendez-vous à l’hôtel Algonquin sur la 44ème rue, au cœur du Manhattan, sont si populaire avec ces habitués. Le cercle des vicieux s’entoure de plumes acérées. Alors quand un mort est retrouvé à leur table, une question se pose. Qui est le meurtrier? 

C’est quoi l’histoire?
Pourquoi créer encore un enquêteur déprimé et alcoolique alors que l’on peut piocher dans la littérature des personnages plus vrais que nature? Alors direction les années 20, où notre chef de bande, Dorothy Parker a toujours de bons mots quelque soit la situation. Chroniqueuse dans Vanity Fair et auteure de nouvelles et de poésies, elle sait s’entourer. D’ailleurs, c’est le pilier de la célèbre Table Ronde de l’hôtel Algonquin, Le Cercle Vicieux. Il se compose de journalistes, acteurs, rédacteurs en chef, critiques, ils sont à l’affut du moindre ragot pour faire des commentaires et aiguiser de leurs langues acérées. 

parker

Dorothy Parker

Pour une fois que Dorothy arrive à l’avance, il faut qu’elle tombe nez-à-nez avec un cadavre à sa table. Ce n’est pas possible? Qui a osé faire cela? En plus, le corps est retrouvé un stylo planté dans le coeur. Elle n’a pas le choix, il faut mener l’enquête. Le même jour, elle rencontre un jeune écrivain, William Faulkner, futur prix Nobel de littérature. Il va être au coeur de l’intrigue où le suspens va être à chaque page. 

L’inspecteur O’Rannigan va enquêter et va être sans pitié pour trouver le coupable. Et ce n’est pas une bande d’écrivains ni de mafieux qui vont lui faire peur. Puis le patron du Knickerbocker, va mettre en boîte le Cercle pour vendre sa feuille de chou. Car qu’elle avenir pour lui maintenant qu’il a perdu son critique phare? 

Dorothy va suivre les indices, aidée par son meilleure ami, Benchley. Et bien entendu, pour y arriver, il faut mettre de l’essence dans le moteur. Alors même si c’est la prohibition, l’alcool se trouve dans les speakeasy dans une ambiance détendue et bonne enfant. Sinon, comment résister aux intimidations d’un patron de la mafia? 

Et j’en ai pensé quoi? 
Même si c’est le troisième tome de la série, il se lit très bien tout seul. En plus, ce dernier a été nommé au prix Agatha. Alors c’est une valeur sur pour avoir un bon roman policier avec des énigmes et du suspens. Le plus, c’est l’humour acerbe, cruel et toujours bien pensé de Dorothy Parker et son ami Robert Benchley. Toutes les situations sont bonnes pour la plaisanterie et d’autant plus quand la situation est tendue. 

Les personnages sont tous bien réels mais ils n’ont jamais partagés d’aventures aussi folles. Ce qui n’enlève rien à la qualité du récit qui est passionnant. Les années folles sont une période assez farfelue dans le monde artistique. Après les horreurs de la seconde guerre mondiale, les gens avaient besoin de se détendre pour tourner la page. L’alcool coule à flot et les flics sont arrosés pour garder le secret. L’ivresse les gagne. Les frontières entre la loi et la délinquance deviennent floues. Pourtant certains vont connaître quelques déboires, par chance, un peu de pousse-au-crime apaise les tensions. 

Les pages se tournent et se dévorent en nous plongeant dans un univers pas très loin de Gatsby. Folie, boutades et cadavres sont les maîtres mots de ce cercle des plumes assassines. 

Extrait
« – Excusez-moi…Mlle Parker ?
Elle découvrit un jeune homme aux yeux de chien battu, tout petit et tout maigre, vêtu d’un costume pied-de-poule trop grand pour lui. Avec sa fine moustache et sa barbe mitée, il avait l’air d’un artiste maudit ou bien d’un vagabond, au choix.
– Madame, rectifia-t-elle. Que puis-je pour vous ?
– Je suis écrivain, du Mississippi, répondit-il en se dandinant nerveusement d’un pied sur l’autre. Enfin, c’est ce que je veux être.
– Quoi ? Du Mississippi ? Ou écrivain ?
Loin de se vexer, il eut un sourire où elle crut déceler de l’affection.
– Écrivain. Accepteriez-vous de jeter un œil sur ceci ? Poursuivit-il en montrant la poignée de pages cornées qu’il serrait dans sa main. Je voudrais votre opinion sincère.
Elle le dévisagea, puis répondit, comme à son habitude, dans un souffle :
– Mon opinion sincère décollerait le papier-peint, mon chou.
Elle prit pourtant les feuillets.
– Comment vous appelez-vous ?
– Billy…Euh, William Faulkner »

L’avis de Lecturothèque : « C’est vif, c’est drôle, les personnages sont attachants… Un vrai régal pour les lecturovores !« 

L’avis d’un Lectrice à fleur de mots : « Créatif, décapant et porté par des personnages croustillants, « Le cercle des plumes assassines » est un roman jubilatoire, s’inscrivant dans la pure tradition des screwball comedy dont il reprend avec brio les codes. J. J. Murphy enchaîne ainsi les dialogues au cordeau et les joutes verbales hilarantes avec une exceptionnelle maîtrise ! Mené selon un rythme quasi théâtral qui ne laisse aucun répit au lecteur, ce récit plein de verve oscillant entre roman policier et parodie littéraire se révèle aussi brillant que jubilatoire ! »

Publicités

3 réflexions sur “Le cercle des plumes assassines – J. J. Murphy

  1. Pingback: Challenge lecture – 250 livres dans l’année | 22h05 rue des Dames

  2. Pingback: Le challenge USA | 22h05 rue des Dames

  3. Pingback: L’affaire de la belle évaporée – J. J. Murphy | 22h05 rue des Dames

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s