Les nombrils – Tome 3 – Les liens de l’amitié – Maryse Dubuc et Delaf

1cQu’est-ce que l’amitié? Karine en donnerait surement une définition bien différente de ces copines Jenny et Vicky. En plus, si on rajoute une histoire de garçon, les liens de l’amitié vont prendre une autre sens encore. Que va t’il leur arriver? 

Karine est toujours aussi gentille et bienveillante avec ces copines Jenny et Vicky, qui abusent d’elle. Vicky est en fauteuil roulant. Elle se sent mal car les regards se tournent moins vers elle. En plus, Jenny sort avec John John, ce jeune homme avec un casque de moto qui rend folle beaucoup de jeunes filles. La guerre est déclarée entre les deux pestes et Karine doit faire le tampon.

Par chance, elle a un nouveau prof de basket qui rend les filles folles d’amour. Vicky va rendre jalouse son ex-amie. En parallèle, Dan essaie de trouver une nouvelle amie à Karine. Mais Mélanie, est intéressé par autre chose, le garçon en lui-même. Elle aussi va lui faire un coup dans le dos car elle est prête à tout pour arriver à son objectif.

Comme dans les deux précédents tomes, Karine est prise pour une cruche. Elle se laisse tous le temps manipuler par ces deux copines. C’est leur faire-valoir. Les abaissements quotidiens sont moins rudes mais est-ce pour autant plus acceptable? Il n’y a pas de doute que cela reflète des situations que beaucoup de gens peuvent connaître et quelque soi leur âge. J’ai plus apprécié ce tome par rapport aux autres malgré qu’il se termine moins bien. Peut-être que je me suis attachée à Karine à force de lire les épisodes et que l’on m’a incité à lire plus la série. Je vais lire la suite en tout cas.

Un tome qui montre encore à quel point Karine est trop gentille. Va t’elle pouvoir prendre sa revanche?

les-nombrils-tome-3-les-liens-de-l-amitie-332342

Publicités

6 réflexions sur “Les nombrils – Tome 3 – Les liens de l’amitié – Maryse Dubuc et Delaf

  1. Pingback: Challenge lecture – 250 livres dans l’année | 22h05 rue des Dames

  2. Je les adore ! Surtout la réplique « s’ils ont soif, ils n’ont qu’à boire du coca » qui ressemble furieusement à celle faussement attribuée à Marie-Antoinette, « s’ils n’ont plus de pains, ils n’ont qu’à manger des brioches ». 😆

    Oui, c’est honteux, mais c’est malheureusement la vie dans une école où certaines sont les souffres douleurs des autres, mais quand on entre dans la vie des tyrans, on se dit qu’elles se vengent de leur VDM à elles…

  3. PS : au moins, avec Vicky et Jenny, on sait à quoi s’attendre, se sont des pestes, mais Mélanie, elle, elle a tout d’une gentille fille et c’est une ordure bien déguisée 😦

  4. Pingback: Les nombrils – Tome 7 – Un bonheur presque parfait – Maryse Dubuc et Delaf | 22h05 rue des Dames

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s