Les tribulations d’une caissière – Anna Sam

bm_13487_1560546Etre caissière, on se doute bien que ce n’est pas un métier facile tous les jours. Anna Sam a décidé de parler de ce métier qu’elle a fait pendant 8 ans. Prêt à partir à la découverte des tribulations d’une caissière pas si ordinaire ?

A côté de ces études, un DEA de littérature, Anna Sam avait décidé de devenir caissière. Un métier tranquille en apparence qui ne l’ai pas du tout. C’est tous les jours une sorte de combat pour rester souriante, polie face à des consommateurs égoïstes et déplaisants. L’entreprise évite de rendre le travail agréable pour que la caissière reste performante. Les heures sup sont à récupérer lorsque l’entreprise le souhaite. Parfois, il n’y a pas de siège pour s’asseoir car les casser ne sont pas remplacer. Le temps de pause est minuté et attention à vous si vous osez vous plaindre.

L’auteure nous parle de son quotidien avec des chapitres thématiques comme Vous avez moins de 10 articles ?, le grand rush de Noël ou les articles « gênants ». Ces quelques titres vous évoquent des situations déjà vues ou vécues. Le livre se lit assez vite et nous incite à sourire parfois. Il est clair que l’attente en cause reflète l’incorrection de beaucoup de personnes d’ailleurs souvent ceux qui râlent le plus fort et qui en fond le moins. Mais chaque personne mérite le respect qu’importe le métier qu’il fait. Le métier que l’on fait ne reflète pas la valeur des gens. Les politiques gagnent en général beaucoup d’argent cela n’en fait pas pour autant des gens meilleurs.

Anna Sam a commencé à raconter ces déboires sur un blog sur internet qui a connu un petit succès. Puis par la suite on l’a contacté pour éditer ces aventures en livre papier. Le succès aurait pu s’arrêter là avec une traduction dans 22 langues et vendu à plus de 450 000 exemplaires dans le monde. Mais il a continué avec l’adaptation au cinéma réalisée par Pierre Rambaldi avec une sortie en salle le 14 décembre 2011. Elle ne s’attendait pas à un tel succès. Elle précise lors d’une interview : « Je ne voulais pas faire la révolution, seulement que les gens disent bonjour aux caissières. Apparemment le livre a touché juste car je continue de recevoir des messages de caissières du monde entier qui s’y sont reconnues ». Le succès lui a permis de pouvoir acheter une petite maison pour son mari et son enfant. Depuis, elle n’est jamais repassée derrière une caisse et continue de raconter des histoires dans des livres.

Un livre qui aurait pu parler un peu de choses positives car je pense qu’il y en a comme par exemple, les clients fidèles qui viennent qu’à leur caisse, la présence des collègues… Mais la lecture reste sympathique, agréable et absolument pas prise de tête. Le langage est grand public et l’intrigue n’est pas compliquée à comprendre puisqu’il n’y en a pas. L’ouvrage fait encore parlé de lui. Il est même classé dans les témoignages sociaux à la médiathèque. Ce livre m’a été recommandé dans le cadre d’un club lecture et il est conservé comme un bon livre dans la bibliothèque du préteur.

Alors si vous voulez en savoir plus sur le métier de caissière à travers un regard pétillant et plein d’humour, Anna Sam va vous montrer le chemin à travers ces tribulations.

Publicités

4 réflexions sur “Les tribulations d’une caissière – Anna Sam

  1. J’en avais entendu parler ! On m’avait dit qu’elle s’était faite virer, la pauvre, à cause de son blog…

    Je dis toujours bonjour à la madame (ou au monsieur) qui me sert, mais souvent je tombe sur des mauvaises gueules qui ne répondent pas à mon bonjour !

    • on n’a pas dit que toutes les caissières étaient gentilles et polies.
      Dans le monop près de mon boulot, dès que je vois les caissières pas aimable, je prend les caisses automatiques.
      Elle ne dit pas dans son bouquin ni sur internet qu’elle s’est virée. En plus, Leclerc lui a proposé après publication de son livre de faire un audit sur les caissières et lui a même proposé de diriger un espace culturel.

  2. Pingback: Challenge lecture – 200 livres dans l’année | 22h05 rue des Dames

  3. Pingback: Encaisser! – Marlène Benquet et Anne Simon | 22h05 rue des Dames

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s