Le monde de Nathan

452714Nathan n’est pas un garçon ordinaire. Il a une passion pour les mathématiques faisant de lui un surdoué. Le problème c’est qu’il est autiste et très peu sociable. Cela ne va pas l’empêcher de grandir et de découvrir le monde autrement. L’amour lui n’a aucune limite ni d’apriori.

Nathan depuis qu’il est tout petit n’est pas très affectueux et n’aime pas les contacts physiques. Il arrivait à échanger un peu avec son père malheureusement il est mort dans un accident de voiture. C’est auprès de sa mère, Julie, totalement désemparée, qu’il va grandir. Une seule obsession pour lui : faire des mathématiques. D’ailleurs, il déconsidère sa maman qu’elle est ne comprend rien. Toutefois, elle fera de son mieux pour essayer de le comprendre et être proche de lui.

maxresdefault

D’ailleurs, tout petit elle va l’inscrire dans un collège afin qu’il puisse suivre des cours particuliers avec un ex-futur champion de mathématiques. Il est passionné et ne comprend jamais rien aux blagues que lui fait son professeur. Sa réussite est telle qu’il va pouvoir intégrer l’équipe nationale britannique dans les olympiades internationales de mathématiques. Son univers va doucement changer suite à son séjour à Taïwan pour réviser suite à la rencontre d’une jeune fille, Zhang Mei qui va lui montrer que la vie peut être différente. Elle va lui ouvrir les portes du monde et de son cœur. Mais voilà le problème, l’amour ne peut se résoudre et se comprendre avec des fractions, des additions… Il provoque en nous des émotions qu’il faut apprendre à gérer.

le_monde_de_nathan

J’ai trouvé que c’était un très beau film sur l’adolescence, la quête de soi, la capacité d’être parents, la gestion de la maladie. La frontière pour tomber dans le pathos n’est pas très loin. Pourtant, le réalisateur, Morgan Matthews a décidé de prendre des distances face à cette autiste que l’on suit de près. Surement des restes de son métier de réalisateur de documentaires. On sent le désarroi d’une mère qui aime son enfant et qui doit bon gré, mal gré faire avec le handicap de son fils, car jamais il ne lui montre le moindre signe d’affection ou de reconnaissance. Un rôle très bien tenu par Sally Hawkins.

maxresdefault

Il arrive à créer un lien avec son professeur, M. Humphreys (Rafe Spall) atteint de sclérose en plaque. Ce dernier assez atypique lui adore faire de l’humour que l’adolescent ne comprend pas. On parle de sa maladie et du changement que cela opère dans son esprit. L’espoir d’être de nouveau aimé lui donne envie de se battre. C’est un personnage complexe intéressant à découvrir. Mais la palme revient surtout à Asa Butterfield qui incarne avec sensibilité ce jeune Ray Man qui doucement sortir de sa chrysalide.

le-monde-de-nathan2

Tout est en lenteur, avec calme pendant les dix années où l’on suit notre héros asocial. Les images sont simples et efficaces. Pas besoin de gros effets spéciaux pour nous faire plonger dans le monde des mathématiques. Quelques effets « spéciaux » inutiles ou quelques longueurs ponctuent ce premier film de Morgan Matthews mais cela reste globalement une réussite. Un charmant film sur l’autisme et les mathématiques.

Publicités

2 réflexions sur “Le monde de Nathan

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s