La Lionne : un portrait de Karen Blixen – Terkel Risbjerg et Anne-Caroline Pandolfo

383984195C’est toujours les griffes sorties et le cœur généreux que Karen Blixen (1885-1962) a vécu sa vie. Une femme qui a toujours voulu vivre de grandes aventures remplies d’Amour, de passion et d’amitié. Allons à la rencontre de ce personnage haut en rêves et en couleurs.

Comment ne pas avoir un destin hors du commun lorsqu’on a 7 fées exceptionnelles au-dessus de son berceau ? Rien de moins que Shakespeare, le diable, un lion, Shéhérazade, Nietzche et un roi africain pour lui prodiguer des bons conseils et lui mettre des épreuves sur son chemin. Karen, surnommée Tanne par son père adoré, lui ressemble sur beaucoup de points. Elle ne veut pas rester enfermer dans la maison comme ces sœurs, elle veut découvrir d’autres choses. Le goût de l’aventure commence très vite à les chatouiller les neurones et ces fées sont là aussi pour la stimuler. ” Lève-toi et pars en courant (…) Deviens ce que tu es “, lui a dit Nietzsche au moment où elle décidait des grandes orientations de sa vie.

lionne2

Alors lorsqu’on lui propose un mariage, elle craignait de devoir rester enfermé dans un train-train quotidien de la vie danoise. Mais lorsque l’homme lui parla d’aller vivre en Afrique et qu’elle serait alors libre de vivre comme elle veut, elle accepte d’avoir une bague au doigt. Le Kenya révolutionna sa vie avec ce contact avec la population qui te juge selon qui tu es et non ton statut social. Ce sont les derniers jours d’une civilisation qui va disparaître doucement avec l’arrivée du colon. L’Afrique résonne dans son cœur. Elle aime le peuple massaï, les chasses au lion, partir dans la savanne… Et aussi, ces moments de complicité avec le pilote britannique, Denys Finch Hatton. Son talent de conteuse, va lui permettre de tenir en curiosité son ami dont elle s’est éprise.

Lorsqu’elle doit partir, c’est avec un grand et sincère chagrin qu’elle le fait. Toutefois, avant de quitter sa demeure à jamais, elle a tout fait pour que les villages sur ces terres puissent devenir propriétaire de leur espace. C’est au sein de sa famille au Danemark qu’elle revient et va tenter de se reconstruire. Qu’elle avenir pour une femme qui est divorcé, qui a la syphilis gentiment offert en présent par son mari volage et qui a échoué dans un projet de culture de café en Afrique ? Le diable va alors lui donner un petit coup de pouce. Elle va prendre la plume et raconter des histoires. Aucun éditeur ne voudra d’elle dans son pays mais les Etats-Unis vont lui ouvrir grand les bras. Le succès est au rendez-vous. Alors, elle va voyager, parler de sa vie et défendre les oiseaux.

lionne1

J’ai adoré cette magnifique rencontre avec Karen Blixen qui se trouve de plus en plus sur mon chemin. Après la lecture de sa biographie par Dominique de Saint Pern, j’avais envie de découvrir cette femme d’exception. Je me suis achetée « La ferme africaine » que je n’ai pas encore lu. Puis j’ai lu un petit recueil de ces nouvelles. Alors quand j’ai découvert cette bd, il fallait que je la lise. Et je n’ai pas été déçue de ce voyage à travers le monde avec cette femme de caractère. L’écriture d’Anne-Caroline Pandolfo est fluide et très agréable. Tout comme les dessins à l’aquarelle de Terkel Risbjerg. Cette douceur dans les traits et dans les nuances accompagnent à merveille l’histoire. Les pages se tourner avec une curiosité et un plaisir sincère. Les vies extraordinaires m’intriguent toujours et d’autant plus lorsque ce sont des femmes. En plus, le fait qu’elle soutenu par les fées de son berceau est assez drôle, j’aurais aimé les voir plus. On voit majoritairement le diable qui adore lui mettre des bâtons dans les roues. Un choix sur les moments de vie de la baronne a dû être fait et juste les traits positifs ont été peints. J’aurais peut-être aimé y trouver un peu plus de nuance. C’est le seul petit point critique que je pourrais faire.

Une histoire que j’ai dévoré qui raconte en 200 pages les aventures d’une femme éprise d’aventures. Alors tenter l’aventure, vous allez adorer.

IMG_0001

IMG_0002 

Publicités

Une réflexion sur “La Lionne : un portrait de Karen Blixen – Terkel Risbjerg et Anne-Caroline Pandolfo

  1. Pingback: Challenge lecture – 200 livres dans l’année | 22h05 rue des Dames

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s