Gaspard ne répond plus – Anne-Marie Révol

Anne Marie Revol Gaspard

Gaspard n’est pas un jeune homme passionné d’aventures. Toutefois, il s’inscrit quand même pour participer à un jeux de téléréalité « Un jour j’irai à Shangai avec toi ». A sa grande surprise, il est sélectionné et ce qui va l’attendre va au-delà de tout ce qu’il aurait pu croire. Etes-vous prêt pour ce voyage dans l’Asie ?

Anne-Marie Revol pour son deuxième livre a décidé de placer son héros au cœur du Vietnam dans un jeu de téléréalité « Un jour j’irai à Shangai avec toi ». Son héros, c’est un jeune garçon, timide, charmant et pas trop sociable, Gaspard de Ronsard. Ces parents sont morts au Vietnam lorsqu’ils étudiaient sur une tribu vietnamienne. Il a été confié à une femme un peu loufoque, Eulalie, qui a le cœur sur la main. C’est en collocation avec Hippolyte, son parfait contraire, qu’il vit en très bon harmonie. Son travail d’instituteur lui plaît beaucoup même si l’éducation nationale trouve qu’il prend beaucoup de liberté avec le programme établie.

Un jour, il décida de s’inscrire à jeu d’aventure alors qu’il n’a ni le physique et ni l’endurance pour réussir. Il va être sélectionné pour partir avec Cindy, une charmante jeune femme, un peu stupide qui a de très charmants atouts féminins. L’objectif de ce show est de traverser l’Asie en stop. Uniquement les plus forts pourront continuer le jeu. Et puis voilà, qu’une nuit, il va tomber d’un pick-up et échouer dans un fossé avec deux jambes cassées. Il s’interroge sur son avenir. Qui va venir le sauver ?

Et voilà, qu’il va se faire porter et transporter par deux jeunes vers une zone inconnue. A partir de ce moment, sa vie va totalement changer. Tout va partir en vrille. Les responsables de chaîne et de programme vont complètement s’affoler et mettre tout en place pour retrouver ce participant. Il faut garder le secret absolu sur sa disparition au pire, on inventera une blessure grave. La mère adoptive de Gaspard voit dans ces cartes qu’il est arrivé quelque chose de grave et va alors braver ces plus grandes peurs pour prendre l’avion et chercher son amour de fiston accompagné de son meilleur ami, Hippolyte. Elle va tout braver même son ancien amour qui se met à son service.

Gaspard reste couché suite à ces jambes cassées en cours de rétablissement. Il va devoir faire affaire à la chef acariâtre du village, My Hiên, qui parle français. Ils vont d’ailleurs faire un pacte. Contre de la lecture le soir à son peuple, elle promet que lorsqu’elle devra redescendre en ville, elle partira avec lui. Il veut partir et aller retrouver ces parents. L’espoir de les voir vivants le poursuit. Mais la lecture du journal de bord d’Hubert, l’ami français de My Hiên va changer totalement sa vie.

Voilà un livre bien difficile à résumer tellement les rencontres improbables, les hasards heureux sont nombreux et vont construire un récit aussi bien loufoque qu’attendrissant. Le roman commence doucement pour petit à petit monter en puissance pour affirmer sa fantaisie. Les personnages sont biens présentés et sont tous attachants surtout le personnage principal en quête d’identité. Comment se construire lorsqu’on n’a pas les corps pour accepter un décès. D’autres thèmes sont abordés comme le côté voyeur de la téléréalité, le besoin d’exotisme, la notion de famille, le pouvoir de l’argent, le choix de vie isolée loin de la technologie… Il ne faut pas croire que ces thématiques annoncées risquent d’alourdir le récit. L’auteure a tout bien prévu pour tout bien amener. D’ailleurs, cela m’a fait penser l’univers complètement barré d’Arto Paasilinna. Les pages se tournent assez bien avec l’alternement de récit, dialogue et journal intime. Le sourire ne m’a pas quitté pendant toute la lecture. Je l’avoue, j’ai adoré ce livre qui met du baume au cœur.

Envie d’un bon livre feel-good ? Envie de garder le sourire au fur et à mesure des pages qui se tournent ? Allez à la rencontre de Gaspard, vous allez passer un bon moment en bonne compagnie, ou presque.

« Pour arrêter son choix, il convoqua les trois grands « préceptes eulaliens » qui avaient vertébré son enfance :

– Tenter, toujours, pour ne jamais rien regretter.

– Anticiper le pire pour être surpris par le meilleur.

– De l’audace, encore de l’audace, toujours de l’audace. »

Publicités

Une réflexion sur “Gaspard ne répond plus – Anne-Marie Révol

  1. Pingback: Challenge lecture – 200 livres dans l’année | 22h05 rue des Dames

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s