La Cantatrice chauve – Lucernaire

AFFICHE La cantatrice chauve_HDVous croyez que La cantatrice chauve d’Eugène Ionesco va vous emmener à la rencontre d’une chanteuse d’opéra? Même si le spectateur est accueilli dans la salle sur quelques airs musical, c’est pour mieux tromper le spectacle qui vient en quête d’absurde. Prêt pour un voyage vers un monde bien étrange? 

Eugène et sa première pièce
Eugène Ionesco n’est pas un auteur classique ordinaire. Sa première pièce La Cantatrice chauve a été publiée pour la première fois le 4 septembre 1950 par le Collège de la Pataphysique même si la première représentation a eu lieu le 11 mai 1950 au théâtre des Noctambules. Depuis 1957, ce spectacle est joué au théâtre de la Huchette, devenant l’une des pièces la plus jouée en France.

Un titre bien étrange
Le titre est intriguant et pourtant aucune cantatrice n’est évoquée dans l’histoire. Alors pourquoi ce choix? Initialement, le spectacle se nommait L‘anglais sans peine. Mais le metteur en scène Nicolas Bataille, n’aimait pas ce titre car il faisait trop référence à une pièce de Tristan Bernard, L’Anglais tel qu’on le parle. Lors d’une répétition, le comédien qui interprétait le pompier dit à la place « institutrice blonde« , « cantatrice chauve« . L’auteur présent dans la salle, se leva et s’écria : « C’est le titre ! ». Depuis, sa pièce se nomme La Cantatrice chauve.

Et l’histoire dans tout cela? 
M. et Mme Smith sont dans leur salon à discuter autour de banalité. Ils évoquent notamment la mort de Bobby Watson mort il y a deux ans. L’épouse s’en souvient, ils ont été été à son enterrement il y a un an et demi de cela et cela fait trois ans qu’ils parlent de son décès. D’ailleurs, c’est pratique qu’il soit mort ainsi on ne se trompe plus avec son épouse qui a le même prénom et nom, tout comme d’ailleurs tout le reste de la famille. Pas facile de les différencier.

Puis M. et Mme Martin arrivent chez le couple avec beaucoup de retard. Pendant que M. et Mme Smith se changent, les deux personnes se font la conversation. Ils ne se connaissent apparemment pas mais pourtant l’autre lui rappelle vaguement quelque chose. Chacun raconte ces précédents trajets et étrangement l’autre personne aussi à fait le même. Leur fille a chacun porte le même nom et possède un oeil rouge et blanc. Ils sont alors peut-être en couple. Mary, la bonne, nous informe en aparté que ce n’est pas le cas. Elle confesse au public : «Mon vrai nom est Sherlock Holmes».

Les deux couples se retrouvent à table. Le silence règne car personne n’a rien à dire à part une légère toux. Puis soudainement, on sonne à la porte trois fois de suite. Mme Smith va ouvrir la porte mais personne n’est derrière. Elle s’énerve lorsqu’une quatrième sonnerie est émise et que son mari l’incite à aller ouvrir de nouveau la porte. Elle refuse. Il se déplace à son tour et accueille le capitaine des pompiers. Lui, pourra trancher la question si quelqu’un sonne il devrait avoir quelqu’un derrière la porte ou pas. Insoluble question.

Le capitaine des pompiers se plaint de la réduction des incendies. Ils passaient chez eux pour savoir s’ils avaient un feu, petit ou grand à éteindre. La réponse négative le contrarie légèrement. Alors il propose de raconter des anecdotes incohérentes. Très vite, chacun prend la parole et y va de son histoire totalement irréalistes provoquant souvent l’hilarité des invités. Mary revient et souhaite participer également. Chacun s’y refuse jusqu’à ce que l’on sache qu’elle a une aventure avec le pompier. Elle récite un poème avant que son amant car il a un feu à éteindre « dans trois quarts d’heure et seize minutes exactement« .

Les Smith et les Martin se mettent à divaguer totalement et perdent toute cohérence.

Une mise en scène toute en créativité
Le metteur en scène et comédien, Alexis Rocamora a décidé de mettre de la folie dans ce classique actuellement joué au Lucernaire. Les Smith (Alexis Rocamora et Laura Marin), les Martin (Taos Sonzogni et Jean-Nicolas Gaitte) et le capitaine des pompiers (Guillaume Benoït) ont leurs visages grimés de blanc comme les mimes. Cela m’a fait penser à la famille Semianyki qui en a fait sa marque de fabrique. Un peu de rouge à lèvre et soudainement les visages deviennent plus expressifs.

la-cantatrice-chauve

Uniquement la bonne, Mary (Nell Darmouni) est en couleur avec une robe rose et sans maquillage. C’est bien normal car elle n’est pas une femme ordinaire. Un parti pris par le metteur en scène car il veut souligner que c’est une personne bien particulière. C’est une manipulatrice. Sa première phrase est l’horloge qui est tout le temps passant, elle manipule le temps qui manipule les gens. Un mot en moins et les comédiens tombent en panne. Entre ces mains, ils deviennent des pantins et si vous en doutiez, la fin va vous le faire comprendre. Elle a du caractère cette petite.

la-cantatrice-chauve-2

C’est elle qui lance le spectacle en venant devant la scène avec quelques panneaux noirs. Ils annoncent le nom de la pièce, l’auteur et le nom des comédiens sur quelques notes de musique et un petit bruit faisant référence à un automate. Subtil et pourtant en quelques minutes tout est raconté. Tout prend vraiment sens 1h plus tard, quand l’absurde a pris le pas sur la logique et la raison. Les comédiens se donnent à 200% pour faire vivre une histoire loufoque qui fait rire quand même. Une énergie débordante et surprenante qui fait plaisir à voir surtout pour du Ionesco, qui n’est pas forcément l’auteur le plus accessible.

la-cantatrice-chauve-1

Ionesco est le roi de l’absurde et ce spectacle lui rend bien hommage. Envie de chanter? Non? Allez au Lucernaire à la rencontre de La Cantratrice chauve.

 

MUSIQUE : GILLES DIEDERICHS
PRODUCTION : LA COMPAGNIE CYBELE
CORÉALISATION : THÉÂTRE LUCERNAIRE, LIEU PARTENAIRE DE LA SAISON ÉGALITÉ 3 INITIÉE PAR HF ÎLE-DE-FRANCE
PARTENAIRES : LA LIBRAIRIE THÉÂTRALE , MAKE UP FOR EVER PARTENAIRE MAQUILLAGE, SENSITUDE L’EFFICIENCE RÉFLEXOLOGIQUE

Lien vers le théâtre

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s