Les limites de l’enchantement – Graham Joyce

Graham-Joyce-limites-enchantementPrenons le chemin de l’Angleterre rurale des années 60. La première femme vient de voyager dans l’espace. Le monde est entrain de changer. Fern va voir aussi son univers se transformer. On n’est jamais préparé à perdre les gens qu’on aime et devoir avancer sans eux. 

Dans une petite chaumière, vivent Maman Cullen et sa fille adoptive Fern. Elle va doucement transmettre à sa descendance ces nombreux savoirs folkloriques. Toutefois, elle ne pourra pas tout lui apprendre avant de mourir. En plus, dans la ferme voisine vient de s’installer des hippies qui vont perturber son quotidien. Elle est attirée par Chas qui vient puiser de l’eau dans le jardin. Mais elle ne tente rien pour cause de timidité ce qui n’est pas le cas de son amie Judith. Cela ne va l’empêcher d’avancer doucement mais surement car toute sa vie changer. Elle va apprendre à connaître le Bonheur et c’est déjà beaucoup.

L’histoire ne paraît pas passionnante aux premiers abords. Mais au final, impossible de s’arrêter de tourner les pages tellement que j’ai été captivée par le récit. Fern est un personnage très attachant et j’aimais la suivre. J’aurais aimé être dans le même village qu’elle pour apprendre à la connaître et partager des choses avec elle. Pourquoi pas même me mettre en connexion avec la nature pour partager cette expérience unique qui permet de vivre dans une communauté. J’ai vraiment aimé jusqu’au dernier moment et s’il y avait une suite, je serais prête à la lire. Il faut dire que Graham Joyce possède une plume assez incroyable et entrainante.

Il n’hésite pas à aborder certains sujets sans pour autant y émettre un jugement de valeur. Maman Cullen connaissait les plantes, elle aidait certaines à avorter contre le nom de l’homme responsable de leur état. Elles valaient mieux qu’elles aillent voir Maman que ce fameux imposteur avec des aiguilles à la ville. La contraception ce n’était pas dans l’air du temps et encore moins dans l’air de la campagne. Les deux femmes étaient aussi réputées pour aider les futurs mères pour mettre leurs enfants au monde. D’un coup d’oreille, elles pouvaient savoir le sexe du bébé et savoir si l’accouchement allait bien se passer. Des traditions qui ont durées longtemps dans les zones isolées même si beaucoup de gens trouvaient malsain ou dangereux. Alors, elles s’attiraient beaucoup de mépris même par celles qu’elles ont aidés.

 

Limites de l’enchantement est un roman réussi. Ce qui est étonnant, c’est la sensation de bien être qu’il laisse une fois terminée. Une belle ode à la nature, à la différence et à l’amitié.

Publicités

6 réflexions sur “Les limites de l’enchantement – Graham Joyce

  1. Pingback: Challenge lecture – 200 livres dans l’année | 22h05 rue des Dames

  2. Pingback: A year in England – Récapitulatif | Plaisirs à cultiver

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s