Mercredi – Pascale Gautier

CVT_Mercredi_7358On vous dit Vendredi, vous pensez soit au week-end soit au livre Vendredi où la vie sauvage de Michel Tournier. L’auteure a du choisir le titre « Mercredi« , en conséquence pour induire le trouble chez le lecteur. Prêt pour un voyage avec un univers complément loufoque et absurde? 

Vendredi est un perroquet vivant dans une famille grecque, Papadiamantès, composée d’un fils, Ulysse et de sa mère. Il parle tout le temps, fait parfois des cauchemars en dormant et n’a surtout pas sa langue dans sa poche. Surtout lorsque Ulysse va tomber amoureux d’une fille bien particulière dans un contexte bien particulier.

« Elle est là. Elle. Elle est là. Il n’en croit pas ses yeux. Lui. Il la regarde. Elle. Qui est là. Et lui qui la regarde qui la reconnait qui la mange des yeux. Elle. Là. Sous son nez. Sur le banc. Royale, théâtrale, magnifique, admirable, éclatante, insolite, unique, scintillante, éblouissante, irremplaçable, incomparable, extravagante. Là. Elle. Allongée, endormie, inanimée mais si belle, si tellement elle, celle qu’il attend, lui, depuis la nuit des temps. Ce n’est pas pour des prunes qu’il a mis tant d’années à vaincre tous les obstacles à braver tous les dangers, à lutter, tailler, pourfendre, couper en morceaux, décapiter, occire. Ce n’est pas pour des prunes qu’il a tant souffert. Il comprend aujourd’hui en regardant le cher corps immobile. Il comprend qu’il est arrivé à bon port, il lui suffit de se pencher lentement vers le tendre visage aux yeux clos. il suffit que ses lèvres doucement suavement épousent les lèvres suaves et douces du tendre visage endormi. »

Amélie Pompon, à ne pas confondre avec Amélie Poulain, alias Fatale, est une adolescente gentiment menteuse, voleuse et très mal dans sa peau. Elle déteste ces parents qui sont vieux et ennuyants. Alors, elle s’invente une vie ailleurs. Grâce à son charme, elle va embrigader Attila et Boaboa dans une opération de chaos organisée dont elle va s’en sortir indemne. Jusqu’au moment, où elle va tomber sous le charme d’Ulysse et ensemble, ils vont changer le monde.

Complètement absurde et barrée, l’auteure nous emmène très loin dans une ville improbable et des rencontres invraisemblables. Pascale Gautier a bien un univers particulier parce qu’elle n’hésite pas à mélanger des éléphants bleus dans l’escalier, des urgentistes incompétents, une météo complètement détraquée dont les médias refusent de parler, des agressions de vieux, une mère très possessive, un perroquet très barré… Tout est tellement absurde que tout devient cohérent dans l’étrange. De plus, elle joue beaucoup sur les mots, leur sens et les références. Beaucoup de choses m’ont fait penser à « Zazie dans le métro » de Queneau. En plus, le lecteur fait partie de l’histoire, l’auteure n’hésite pas à nous parler.

« Lecteur, as-tu vécu semblables moments?T’es-tu , ne serait-ce qu’une fois dans ta vie, transformé en statut de sel? Tes yeux, chevillés à d’autres yeux, ont-ils une seule fois ressenti la tendre et terrible brûlure? As-tu perdu le nord? As-tu vécu cela, cette espèce de dilatation du temps pendant laquelle les autres comptent juste trente secondes alors que toi, pendant ces même trente secondes, tu savoures l’avant-goût étrange de l’éternité? »

« Et pour mieux nous charmer, le jeune Papadiamantès, poursuit son dithyrambe. Rhétorique nocturne qui te séduit, ô lecteur attentif. Alors, se tournant avec curiosité vers toi, l’être aux parles de miel reconnaît enfin ton visage et découvre, dans tes larges yeux constellés de points d’or, une mer immense où fuient les galères…. »

« Dernière  page, dernière illusion, dernier rempart de papier contre le temps qui nous dévore. »

Je me suis laissée emporter par l’histoire qui m’a parfois fait rire et sourire. Aucun interdit dans le farfelue pour emmener le lecteur sur des chemins pas souvent emprunter. La bizarrerie du roman et le perroquet ont fait écho en moi par rapport à la lecture de Féroces infirmes retour des pays chauds  de Tom Robbins, qui est lui dans le top level des livres les plus étranges jamais lu.

Un livre sympathique qui change des lectures plus consensuelles. Alors si vous avez des difficultés avec l’étrange et l’improbable, ce roman risque de vous dérouter sérieusement. Sinon, vous aurez l’impression de vivre une aventure grotesque.

Publicités

4 réflexions sur “Mercredi – Pascale Gautier

  1. Pingback: Challenge lecture – 200 livres dans l’année | 22h05 rue des Dames

    • J’ai lu aussi ce livre et j’ai même rencontrée l’auteure belge. On retrouve un peu de cela qui peut devenir agaçant à la fin. Tu vas lire la suite des aventures de cette mamie?

  2. Pingback: Défi lecture 2016 | 22h05 rue des Dames

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s