20 bonnes raisons d’arrêter de lire – Pierre Ménard

9782749134161Un auteur a osé écrire un livre pour expliquer pourquoi nous devrions arrêter de lire. Et oui, vous ne saviez pas que c’était dangereux pour vous, pour vos proches et même pour la société? Pierre Ménard décide de vous prouver la dangerosité de la lecture. Prêt pour la rigolade?

Vous adorez lire mais savez-vous à quel point c’est dangereux pour vous? Pierre Ménard va tenter de vous expliquer pourquoi et cela en 26 petits chapitres. Cela débute avec Lire est dangereux, puis Lire rend laid, Lire nuit à la réussite professionnelle jusqu’à lire est inutile. N’oublions surtout pas le principale, le lien avec la lecture et la femme. Le chapitre 14 se nomme « Lire, c’est pour les femmes » et il y a juste une phrase « Tout est dans le titre« . Et si vous n’auriez pas compris, le chapitre 15 s’intitule « Lire est mauvais pour les femmes ». Les arguments sont toujours illustrés de citations de grands auteurs. Les rend-ils plus valables? Surtout pas, car ici le but est de faire rire. C’est un essai humoristique.

C’est un très bon essai humoristique car je vous avoue avoir bien rigolé comme une pintade en le lisant. J’ai du faire face à bien des regards cruelles face à mes éclats de rire en tournant les pages de ce surprenant ouvrage. J’ai ri dès la première page : « Le 18 juillet 1925, Hitler publie Mein Kampf. Quatre-vingts ans après, Grasset édite un éloge de la lecture. Nous ne pouvons tolérer plus longtemps ces atteintes à la dignité humaine. Oui, je l’affirme envers et contre tous, lire est pire qu’une faute, un crime. Bien sûr, je sais que ma théorie remet en question de nombreux lobbies et menace de détrôner des idoles, mais je suis prêt à en assumer le risque. La vérité est à ce que prix. Ce combat s’inscrit dans la lignée de celui de Galilée contre Bellarmin, de Schoelcher contre l’esclavage, de la raison contre l’obscurantisme. Même si je n’en ressors pas indemne, du moins aurai-je tenté d’ouvrir les yeux du monde« . Alors comment ne pas être plus convaincu de ne pas continuer la lecture. Et j’ai eu raison, car la qualité de l’écriture reste indemne pour mon plus grand plaisir.

L’ouvrage est aussi rempli de petites phrases, de jeux de mots très malins et très intelligents. J’ai tout pleins d’exemple comme « Entre pédantisme et snobisme, la frontière est plus fine que le papier de la Pléiade« , « La preuve en est que, dans certains milieux, on ne dit pas « lire Proust » mais « relire Proust », comme si l’on naissait avec La Recherche dans un coin de la tête. C’est à vous faire regretter la lobotomie« . Le livre nous coupe du monde la preuve? « Avec les livres, pas d’amabilité. Ces amis-là, si nous passons la soirée avec eux, c’est vraiment que nous en avons envie. Eux, du moins, nous ne les quittons souvent qu’à regret. Et quand nous les avons quittés aucune de ces pensées qui gâtent l’amitié : Qu’ont-ils pensé de nous? N’avons-nous as manqué de tact? Avons-nous plu? et la peur d’être oublié pour tel autre. Toutes ces agitations de l’amitié expirent au seuil de cette amitié pure et calme qu’est la lecture« .

Lire rend fou aussi. Vous voulez savoir pourquoi? « N’avez-vous jamais remarqué que les gens qui ont trop lu sont « complètement livre »? Puisque la littérature coupe du monde et nous enferme dans un univers parallèle, il n’est pas étonnant qu’elle rende fou. Oui, fou, timbré, cinglé, dérangé, dément, insensé, détraqué, déséquilibré, piqué, sonné, tapé, marteau, maboul, zinzin, toc-toc, dingo! Si avec ça vous ne comprenez pas, c’est que vous aussi vous avez trop bu« . Lire coûte cher. Tout gros lecteur le sait très bien. Mais vous, vous rendez-vous compte de combien? « Au coût réel du livre, il convient d’ajouter un coût d’opportunité. Eh oui, car au lieu de lire, on pourrait travailler. lire l’intégralité de La Comédie humaine (137 livres, 20 millions de mots) prend 420 heures, soit 12 semaines de 35 heures. Au coût du Smic, cela représente la somme de 3 960,60 euros. Si l’on est Dany Boon, c’est encore pire. Avec un salaire horaire estimé à 15 100 euros en 2008, l’acteur préféré des smicards a « gagné » 6 342 000 euros en ne lisant pas Balzac. Les Chinois eux aussi l’ont bien compris. Il ne lisent pas, et ils vont nous écraser. (…) Soit dit en passant, quand Goebbels a commencé à organiser des autodafés, le chômage a été divisé par quatre en Allemagne« .

Pire encore, la lecture rend réactionnaire : « Il faut dire qu’il y a matière à réfléchir. En effet, aujourd’hui, l’eau mouille, les facteurs sont timbrés, les cheminots déraillent, les routiers se font rouler, les électriciens ne sont pas des lumières, les pâtissiers sont au bout du rouleau, les femmes de ménage sont dérangées, les avocats sont véreux, les plombiers sont bouchés et les bouchers trop crus, les cuisiniers sont louches, les serveuses sont menues, les photographes ont des pellicules, les brasseurs sont sous pression, les serruriers se portent mal, les chauffeurs de taxi ne savent pas se conduire« . Et aussi cela tue des arbres? La preuve par Harry Potter : « En effet, on estime qu’il faut assassiner en moyenne 1 arbre pour imprimer 125 livres, proportion qui passe 1 arbre pour 100 Harry Potter. Sachant que 450 millions de livres de l’apprenti sorcier ont été vendus, cela représente minimum de 4 500 000 arbres détruits. Comme la densité moyenne d’une forêt est de 200 arbres par hectare, le fils caché de Voldemort (cette paternité imprévu et soigneusement dissimulée n’est connue que de quelques proches de l’auteur, placés sur écoute téléphoniques) a anéanti l’équivalant d’une forêt de 22 500 hectares, soit près de trois fois la superficie de Paris« .

Lire est inutile. La preuve avec des données scientifiques : « Comme si cela ne suffisait pas, l’on ne retient que 10% de ce que l’on lit, contre 30% de ce que l’on voit, 50% de ce que l’on voit et entend et 90% de ce que l’on fait« .  Alors pourquoi continuer à lire? Pour le plaisir et c’est ce qu’il y a de plus important. Ce livre est un ode au plaisir, à la lecture malgré tous les arguments annoncés les uns après les autres. Car même s’ils sont véridiques par l’illustration littéraire, historique ou chiffré, ils sont dérisoires face aux lecteurs aux mots, totalement accro.

J’ai vraiment adoré ce livre que j’ai véritablement dévoré. Alors si vous le rencontrez sur votre chemin où que vous voulez avoir une bonne tranche de rire, prenez-le avec vous. Plaisir de lecture et de relecture garantie.

Publicités

16 réflexions sur “20 bonnes raisons d’arrêter de lire – Pierre Ménard

  1. Pingback: Mon auto-challenge – 200 livres en 2015 | 22h05 rue des Dames

  2. A-t-il évalué ce que coûte en moyenne à ses lecteurs de lire son livre ?… Je ne serai moi non plus pas allée sponta😊😊😊😊☺☺☺😊😊nément vers ce livre mais il semble bien montrer que l’on peut faire preuve d’humour et de dérision face à quiconque méprise la lecture. Ca peut donner des billes pour répondre…

  3. Pingback: C’est Lundi, que lisez-vous ? #7 | 22h05 rue des Dames

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s