Guillaume Richez, auteur de charme

Images intégrées 1 Guillaume Richez est un auteur qui a la passion des mots et qui y met beaucoup de charme. Partons à la rencontre d’un homme qui adore nous raconter des histoires et qui va nous parler de son premier roman, Opération Khéops sorti en avril 2012.

Tout d’abord, Guillaume Richez, est-il ton vrai nom ou un nom d’auteur ? « Oui, Guillaume Richez est mon véritable nom. Mon éditrice m’a posé la question de savoir si je souhaitais utiliser un pseudonyme pour cette publication. Je ne le souhaitais pas. »Ton éditrice t’a conseillé mais comment es-tu arrivé à en avoir une ? « Opération Khéops est né d’un concours lancé par deux femmes formidables, Florence Lottin, alors éditrice chez J’ai lu et Sophie Blandinières qui était directrice artistique de Welovewords ». «Après une sélection en deux étapes, Florence et Sophie ont finalement choisi mon texte. La publication était assurée pour le lauréat du concours ».

operation-kheops

Peux-tu nous présenter ton livre ? « Opération Khéops est un SAS au féminin. On y retrouve les ingrédients qui ont fait le succès de la série : de l’action et du sexe. Je me démarque néanmoins de Gérard de Villiers en introduisant une petite touche d’humour personnelle et les scènes érotiques sont plus longues (et assez crues) ». Et qu’est ce qui t’a inspiré dans ton histoire ? « L’objet du concours était de créer un SAS au féminin en référence à la célèbre série de Gérard de Villiers. Je devais donc intégrer certains codes à mon récit. Des figures imposées en quelque sorte. Outre ces codes du roman de gare, j’ai abordé le projet comme Gérard de Villiers en m’inspirant de l’actualité géopolitique. Au moment du lancement du concours, nous étions en plein printemps arabe. Je me suis documenté et j’ai finalement opté pour l’Egypte. L’actualité était très riche et me fournissait de nombreux matériaux. Il ne me restait plus qu’à recomposer l’ensemble ».

Comment as-tu écris ton roman ? D’une traite ? Tu as fait avant un déroulé précis ? « Compte tenu des délais impartis, je n’avais pas d’autre choix que de tout écrire d’une seule traite à un rythme très soutenu. Pour cela, j’avais en effet rédigé une sorte de plan qui m’a servi de fil conducteur ». Combien de temps as-tu mis à l’écrire ? « Le délai imparti était court. J’ai bouclé mon manuscrit en seulement 4 mois ». Lis-tu des livres, des livres de photos…, regardes-tu des films pour t’inspirer pendant l’écriture ou au contraire tu te coupes de tout ? « Non, je me documente beaucoup. J’écris sur des sujets qui m’intéressent mais dont j’ignore tout. Je ne suis pas officier du renseignement et je ne connaissais rien à la CIA avant d’écrire ce livre ».

As-tu toujours eu envie d’écrire ?  « Mon plus ancien désir, qui remonte à mon enfance, c’était le cinéma. Non pas être acteur, mais réalisateur. J’avais déjà, à 8 ou 9 ans, très envie de raconter des histoires ». Est-ce le premier livre que tu écris ? « Non. J’ai travaillé sur deux autres romans avant d’écrire Opération Khéops. Le premier est resté inachevé (un histoire de magie noire et de meurtres mystérieux qui se déroulait à la fin du XVIIIème siècle à Prague), et j’ai abandonné le second manuscrit après trois ou quatre versions successives. C’était un polar teinté de fantastique très étrange mais totalement impubliable. Je ne l’ai d’ailleurs proposé à aucun éditeur ».

Ecris-tu dans le genre littéraire que tu aimes le plus lire ? « Je lis peu de romans d’espionnage. Le roman d’espionnage a un statut un peu particulier dans le genre du polar. Il passe parfois pour un sous-genre et c’est vraiment dommage. Il n’y a qu’à lire les romans de John le Carré pour se convaincre que ce genre compte de très grands écrivains. Je ne lis pas que des polars, loin de là, et j’aime beaucoup la littérature américaine ».

Participes-tu à des projets d’écriture avec d’autres personnes ? « Non mais écrire un roman à deux est une expérience qui m’intéresse ». Aimerais-tu devenir écrivain et vivre de ton art ? « J’aimerai surtout avoir plus de temps pour écrire, sans forcément renoncer à exercer d’autres activités ».

Si tu devais te présenter pour une quatrième de couverture, qu’écrirais-tu ? « Mmmmm… aucune idée ! Je crois qu’il est encore trop tôt pour me positionner en tant qu’auteur avec pour l’instant un seul livre publié à mon actif. On va laisser planer le mystère pour le moment ». Comme tu es en travail d’écriture actuellement, pourrais-tu nous en dire plus sur ton projet ? « (…) le roman sur lequel je travaille n’est pas la suite d’Opération Khéops. Il s’agit d’un roman d’espionnage plus classique (et sans scène de sexe cette fois). L’action se déroule essentiellement en Chine, de nos jours ».

Comme tu es un gros lecteur, qu’elles seraient les livres qu’il faut absolument lire un jour ? « Je vais citer un pur chef-d’œuvre que j’ai découvert il y a peu de temps sur les conseils d’un ami, Le Seigneur des porcheries de Tristan Egolf. Et bien sûr, il faut lire les romans de James Ellroy ! ».

Tristan-Egolf-Le-Seigneur-des-porcheries

Vous l’avez compris Guillaume Richez est un passionné et les mots sont au cœur de sa vie. Si l’aventure et l’espionnage tout en séduction vous tente, partez en quête de l’Opération Khéops.

Publicités

Une réflexion sur “Guillaume Richez, auteur de charme

  1. Pingback: Opération Khéops – Guillaume Richez | 22h05 rue des Dames

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s