Max et les poissons – Sophie Adriansen

couvertureL’histoire se déroule en France pendant la Seconde Guerre mondiale. Max est un enfant comme les autres, il a des rêves pleins la tête et ne veut que passer son temps à rire, jouer et s’amuser. Mais voilà, ce petit garçon est juif et doit porter une étoile.

Max est un petit garçon ordinaire. D’ailleurs, il a même reçu un prix d’excellence à l’école lui permettant de gagner un poisson. Il va l’appeler Auguste, en référence au clown. Il est assez fier de lui mais à l’école c’est autre chose. On se moque de lui parce qu’il a une étoile cousue sur lui. Son instituteur comme ces parents essaient de le rassurer. Heureusement, bientôt, le 16 juillet 1942, c’est son anniversaire, il va avoir 8 ans et espère pouvoir donné un compagnon à son ami en bocal. Malgré les restrictions alimentaires, il sait qu’il va avoir un bon gâteau fait par sa maman et il va avoir des cadeaux par son père et sa sœur.

Est-ce qu’il y a des poissons juifs et d’autres pas juifs ? Nous, on est juifs. C’est pour ça qu’on a des étoiles cousues à nous habits. Papa et maman me répètent qu’être juif, ce n’est pas avoir fait quelque chose de mal. Mais je n’arrive pas à les croire.
J’ai l’impression que ce n’est pas bien, d’être juif maintenant !

Cette date, c’est le jour de la rafle du Vel’ d’hiv. Toute la famille est fauchée. Elle va rester très brièvement dans le vélodrome avant d’être emmené dans un camp d’internement français à Drancy. Le quotidien n’est pas facile mais l’amour familial l’aide à tenir. Un jour, il va voir un objet briller dans l’herbe. Il va essayer naïvement de l’attraper en le suivant. Mais voilà qu’on le kidnappe dans une voiture. On l’installe dans une maison où il y a déjà d’autres enfants et en plus on lui demande de changer de prénom. Il ne comprend pas tout bien. Les jours passent et l’espoir de revoir sa famille est toujours présent. Au sortir de la guerre, sa famille d’adoption va l’aider à retrouver la trace de ces proches.

« Et quand les grands ont peur, c’est comme une couverture toute râpée par laquelle passe le jour : ça ne protège plus de rien. »

Un petit livre utile à mettre entre les mains des enfants pour leur permettre de comprendre un petit peu l’histoire. La difficulté de se représenter est quelque chose de compliquer et je pense que le dossier explicatif peut donner des compléments de compréhension. Le point d’un enfant pour un enfant paraît toujours plus juste. En plus, l’auteure à bien fait attention à donner un ton juste sans tomber dans le larmoyant facile. Un livre qui peut permettre d’ouvrir une discussion sur les nombreux sujets abordés. Car même pour les grands tout n’est pas toujours facile à comprendre et expliquer comme le rôle de la collaboration, les camps de concentration, des Justes, la libération, l’embauche de nazis par les états libérateurs pour leurs connaissances techniques, scientifiques et médicales… C’est un témoignage d’une femme qui souhaitait faire un livre pour ces petits enfants qui lui a inspirée cette histoire qui sonne assez juste. Cela m’a fait penser au film de La vie de belle de Roberto Benigni où un père cache l’horreur d’un camp d’extermination à un enfant pour l’aspect innocence d’un enfant. Même si le film s’adresse plus à un public d’adulte.

Un livre très adapté pour aborder la seconde guerre mondiale, les camps en France et le travail des Justes pour les enfants à partir de 9 ans. Une lecture accompagnée avec un adulte est souhaitable pour les plus jeunes. Et pour les plus grands, une douce mise en bouche qui peut donner envie de se replonger plus concrètement dans une période historique riche d’évènements.

Prix
2015 : Finaliste des Petits champions de la lecture
2015/2016 : Finaliste Prix des jeunes lecteurs de l’Oise
2016 : Sélection Prix Opalivres

Lire l’avis de Cultur’elles, l’avis de Georges  

 

Publicités

23 réflexions sur “Max et les poissons – Sophie Adriansen

  1. Pingback: Mon auto-challenge – 200 livres en 2015 | 22h05 rue des Dames

      • LE livre qui m’a traumatisée quand j’étais jeune… de Hans Peter Richter.

        1925. En Allemagne, dans le même immeuble, naissent deux garçons à une semaine d’intervalle. Très vite, une amitié va lier ces deux enfants que rien ne saurait distinguer, à une différence près : Frédéric est juif. Et dans l’Allemagne d’avant-guerre commence à naître le nazisme. Tout bascule alors et pour Frédéric et sa famille se succèdent les brimades de plus en plus violentes, auxquelles son ami assiste, impuissant. Qu’adviendra-t-il de l’amitié des deux enfants? Frédéric survivra-t-il à la folie meurtrière qui va embraser l’Allemagne jusqu’en 1945 ?

      • Oui, lu pour l’école et le chapitre consacré aux pogroms m’avait littéralement traumatisée, bloquée, l’image sans cesse en tête. Encore maintenant, que je vois ça dans un film, livre, bédé, je frémis de peur.

      • C’est incroyable cette histoire. Mais on va expliquer des choses en parallèle de la lecture? Tu as essayé de le relire grande?

      • Je ne relis jamais, surtout ceux qui m’ont marqué, trop peur de ne plus l’être ou que ça ne passe plus, donc, pas de relecture, je les garde bien au chaud dans mon esprit.

        Expliquer des choses ?? Non, on lisait les livres, il y avait une fiche de lecture et puis basta, rien d’autre je crois.

      • c’est brutal….
        Je ne me souviens d’aucun livre lu avant le lycée…. mémoire défaillante ou pas de lecture avant… je ne sais pas:)

      • Il m’en reste plein en mémoire « mon bel oranger », « les noces barbares », « un sac de billes », « mon ami frédéric », « la nuit de temps », « chronique d’une mort annoncée » et « à l’ouest rien de nouveau » entre autre.

      • mon bel oranger, oui… je l’avais lu en histoire géographie et quel souvenir.. Je l’ai relu depuis mais je n’ai pas pu l’acheter 🙂

      • Je vois Joey dans Friends…

        Joey: Je t’écoute pas! [Chandler voit que Joey a les yeux fermés, il prend alors le coq dans ses mains. Le coq commence alors à battre des ailes, Chandler tient alors le coq à bout de bras juste devant le visage de Joey, ce dernier ouvre les yeux, voit le coq, hurle et se jette par terre]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s