Dee Gital, photographe de charme

Capture d’écran 2015-05-27 à 07.23.20

Dee Gital a une passion : la photographie de nu. Partons à la rencontre d’un homme qui travaille son oeil pour sublimer la femme et parfois l’homme.

 

 

 

A l’adolescence, les hormones en action, les idées en fusion, Dee Gital développe un grand intérêt pour le domaine artistique. Un crayon à la main, du papier dans l’autre et l’imagination vagabonde, il apprend à observer ce qui l’entoure. Pour apprendre à voir autrement, il cède à la découverte de l’image avec l’apprentissage de l’appareil photographique. La vraie révélation se fait avec la couverture de Playboy de juin 1988 avec des photos de Cindy Crawford vu par Herb Ritts. A partir de ce moment, l’idée de faire des photos de nu germe doucement pour véritablement prendre forme en 2002.

cindy-crawford-herbb-ritts-playboy

Cindy-Crawford---Herb-Ritts-for-PB-_19_

Cindy-Crawford---Herb-Ritts-for-PB-_11_

 

 

 

 

 

Muni de son premier appareil photo, « bridge de chez Minolta, un petit Dimage », il réalise sa première séance qui n’est pas la plus évidente. « Une véritable catastrophe pour moi. Une absence totale de direction du modèle, une méconnaissance évidente du matériel spécifique au studio et enfin, un appareil que je maitrisais à peine. Un vrai baptême du feu quoi». Il fallait en passer par là pour confirmer cet attachement à la photographie de nu. Une centaine de séance plus tard, la passion est toujours aussi présente mais avec un coup d’œil plus aguerri et plus expert. Mais comment lui est venu ce choix esthétique ? A cela il répond : « Par mes rencontres personnelles d’une part, et par une certaine idée du corps et de sa place dans notre société d’autre part. Et ce second point est bien plus précoce que le premier ».

Capture d’écran 2015-05-27 à 07.36.05

la photo est la propriété de Dee Gital

La photographie de nu est souvent chargée d’aprioris. Souvent perçu par les femmes comme étant un fait masculin rempli de perversité et montrant une certaine misogynie et par les hommes comme un bon moyen de ce rincer l’œil. Il ne faut pas oublié que ce genre est presque aussi ancien que la technique photographique elle-même. La photographie de nu reste un art à part entière où les plus grands photographes du monde s’y sont essayés pour donner des photos pour éblouissantes les unes des autres tels que David Hamilton, Rudolf Koppitz ou Augusto De Luca. D’ailleurs nombreux d’entre eux ont inspiré Dee Gital dans son travail : « comme Peter Lindbergh, Jean Dieuzaide ou, dans un tout autre genre, Sebastiao Salgado» « (m)ais aussi Herb Ritts. D’autres approches qui m’intéressent mais que je n’ai pas véritablement abordées sont celle de Jan Saudek et celle de Terry Richardson ».

Capture d’écran 2015-05-27 à 07.40.57

la photo est la propriété de Dee Gital

Ce qu’il apprécie le plus, c’est «(a)vant tout la liberté. La liberté du corps, donc du modèle mais aussi la mienne. Et ce plaisir éclatant de photographier le corps dans toute sa beauté, nue ou couverte de quelques artifices… ». Et le pourquoi ce choix du nu ou de parfois des sous-vêtements il l’avoue. « Je suis un homme qui aime les femmes, qui aime leur corps. Que la photo de mode passe là où la photo de nu reste ». Les photos « que j’aborde à ce jour en tout cas sont issues d’un refus de la photo « gynécologique » (même si je ne me ferme pas à la provocation que çà génère…) Ce, tout en souhaitant présenter la beauté du corps. Du corps féminin vu par un homme. Ca passe soit par des jeux de transparence, des mises en scène du quotidien… » Bien entendu ces modèles sont beaux mais toutes les femmes ne le sont-elles pas ? Ces modèles sont presque uniquement féminins, avec de jeunes femmes entre 20 et 35 ans, assez fines et avec une préférence pour les pays de l’est. Parfois, un homme se glisse devant l’objectif. Faire du nu, permet-il d’avoir un nouveau regard sur la femme ? « J’aiguise mon regard, oui. Mais je ne comprends pas plus les femmes. »

la photo est la propriété de Dominique Marsac

la photo est la propriété de Dee Gital

Lorsque je l’interroge si le fait de choisir que des femmes jeunes et minces ne contribuent-ils à favoriser une image stéréotypée il répond au tac au tac. « Je vois plutôt l’inverse. Pourquoi « tant » de femmes minces parfois sans expérience de shootings photo s’estiment en capacité d’être modèles et postent ainsi des annonces et pourquoi si peu de femmes qui ne sont pas aussi minces osent faire cette même démarche ? Je serai personnellement ravi de faire des photos avec des femmes qui ne sont pas dans ces… critères. J’ai même posté au sein d’un groupe FB de modèles « rondes ». En vain. Les mêmes modèles préjugeant de mon travail passé ne s’imaginaient pas faire partie des modèles que je pourrais photographier… Les étiquettes sont très vite délivrées. Et c’est valable aussi pour les catégories d’âge. Les préjugés vont au-delà. Demande à Yann Arthus Bertrand de faire des photos de nu. Que répondront les lecteurs, les maisons d’édition, les autres photographes ? « YAB ? C’est la Terre vue du ciel ». Et bien à mon modeste niveau, c’est déjà çà. Et quand je développe d’autres projets photos, une réponse régulière est « Ah mais… vous faites du nu ». Qui est le stéréotype de l’autre ? Faire des photos est une chose. La propagation des images en est une autre. Et avoir les yeux rivés sur ces images encore une autre… »

la photo est la propriété de Dominique Marsac

la photo est la propriété de Dee Gital

Plutôt couleur ou noir et blanc ? « Plutôt noir et blanc. Mais toute photo ne peut se restreindre à cela. C’est ensuite une question de sensibilité. Prenons la série des grands nus d’Helmut Newton, c’est en noir et blanc et indubitablement provocateur. Jean-François Jonvelle, dans sa série Fou d’Elles, apporte la douceur l’humour, la dérision. Toujours en noir et blanc. La couleur peut ensuite apporter tout autant de chaleur, de glamour ou de provocation. Regardons les séries d’Uwe Ommer, celles de Peter Hegre ou de Roy Stuart : autant de séries couleur pour des images bien différentes ». «L’ensemble de mes photos sont à l’origine en couleur. Je décide ensuite selon ce qu’elles m’évoquent, de les passer ou non en noir et blanc». Et la retouche dans son travail, est-ce un élément important ? « J’essaie d’en faire le moins possible. Mais je n’y échappe pas. En choix colorimétrique, en cadrage ou à la demande d’un modèle. Mais je n’aime pas la retouche extrême qui lisse les peaux à outrance. Et ce choix m’est parfois reproché, comme un signe de non professionnalisme. D’abord, je ne suis pas photographe professionnel. Ensuite, si je devais passer des heures à faire de la retouche pour une photo, autant choisir un autre modèle qui correspond plus à ce que j’imagine ».

la photo est la propriété de Dominique Marsac

la photo est la propriété de Dee Gital

Et sinon, comment se passe une séance type ? « Généralement une séance avec moi dure 2h. Ça pourrait être plus court mais, comme j’aborde plusieurs thèmes dans mes séances avec modèle, je préfère ce format. Au-delà de 2h, même si je l’ai déjà fait, ça devient physiquement éprouvant pour le modèle ET pour moi. J’arrive toujours sur les lieux un peu avant le modèle pour préparer mes lumières.  Puis, je reçois le modèle (en appartement, en hôtel ou en studio). On reprécise le contenu de la séance ensemble autour d’un bon p’tit café et ensuite le modèle s’isole et se prépare avec les tenues choisies, pendant que je peaufine mes mesures. J’ai très rarement sollicité un / une MUHA (Make-Up and Hair Artist).  Et ensuite c’est parti. Le tout en musique et dans la bonne humeur ! Je veux vraiment que le modèle se sente à l’aise durant la séance. Si les modèles sollicités connaissent majoritairement le déroulé d’une séance, reste que poser en lingerie ou nu devant quelqu’un qu’on ne connait que très peu, peut paraître, pour certains ou certaines, embarrassant ». Et qu’est-ce qui te plaît le plus ? « Plein de choses. Tout d’abord la préparation de la séance où certains détails sont abordés avec le modèle. Ensuite durant la séance même, tout le jeu de lumière évoqué en préparation qui, une fois mit en place, peut très bien ne pas « coller » avec ce qu’on souhaitait faire au départ. Je me retrouve alors à chercher de nouveaux éclairages, comme un gosse jouant aux Lego. »

la photo est la propriété de Dominique Marsac

la photo est la propriété de Dee Gital

Des projets, ce n’est pas ce qui lui manque. « Un projet que je viens de lancer avec une modèle, projet qui est basé sur la BD Sin City. Un autre, initié voici quelques mois, fait d’autoportraits ou de détails de corps. Et d’autres plus orientés sur l’exploration urbaine ». Il n’est pas question ici d’idéale féminin, même si les femmes de Sin City sont vraiment sublimes. « L’idéal quoi ? J. Je choisis d’abord des modèles qui m’inspirent ». Ni même de photo idéale. « Je dirais plutôt d’une image qu’elle me plaît ou non. Parce que je traduis émotionnellement en la voyant. La provocation des grands nus d’Helmut Newton, la douceur et la beauté des femmes par Jonvelle… »

la photo est la propriété de Dominique Marsac

la photo est la propriété de Dee Gital

 

Vous l’aurez compris, Dee Gital est un photographe passionné et talentueux qui mérite un petit coup de projecteur. Respectueux des modèles avec des projets pleins la tête, il  souhaite avant tout mettre son art au service de la créativité et de l’imagination. Malheureusement, il ne peut pas vivre de son travail d’artiste mais c’est une passion qui l’anime et qui le rend unique. N’hésitez pas à suivre son travail via son book en ligne, sa page facebook et vous serez charmé par ce charmant observateur du corps et de la Femme.

Découvrir le book : www.deegital.book.fr

Publicités

33 réflexions sur “Dee Gital, photographe de charme

  1. Quel beau métier quand même. Je comprends aisément qu’on puisse être passionné quand le rêve se mêle à la réalité de la vie professionnelle.
    Et il y a de quoi être charmé 😉

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s