La bibliothèque des cœurs cabossés – Katarina Bivald

Capture d’écran 2015-05-14 à 09.41.22Véritable succès littéraire, La bibliothèque des cœurs cabossés se trouve sur tous les rayons de librairie et sur la blogosphère. Les romans parlants de l’amour des livres trouvent tout de suite un public de lectrices passionnés. Alors si en plus, on rajoute une love story dans une Amérique perdue, avec des désillusions, la tentation se fait plus grande. Mais est-ce que cela suffit à en faire une bonne histoire ?

Le titre avec la très jolie couverture, m’ont donné très envie de le lire. Toutefois, je n’ai pas cédé à la tentation de l’achat car un petit quelque chose me disait que cela semblait trop beau pour être un livre coup de cœur, surtout à 21€90. Alors j’ai attendu que la pression se fasse à la médiathèque pour pouvoir réserver le roman. Quelques semaines d’attente m’ont permis de découvrir le livre en présentation. Il était là et il devait m’attendre, forcément. Sans réfléchir, je l’embarque et direction le rayon emprunt.

J’aurais dû trouver cela étrange que personne n’avait souhaité réserver le livre. Mais l’envie de le découvrir se faisait importante, surtout après lecture de moult avis positifs en ligne. Confortablement assise dans mon canapé, je suis partie à la rencontre de Sara Lindqvist, 28 ans, qui quitte sa Suède natale pour se perdre dans l’Iowa. Suite à des échanges épistolaires et livresques avec Amy Harris, 65 ans, elle décide de lui rendre visite pendant deux mois. Mais voilà, en arrivant personne n’est là pour venir la chercher car Amy est entre temps décédée. Elle va trouver un habitant de Hope pour l’emmener à Broken Wheel. Une ville dont elle va tomber sous le charme des habitants dont un plus particulièrement. Tout le monde ou presque est gentil avec Sara et en plus, personne ne veut de son argent. Alors pour les remercier, elle va ouvrir une librairie avec les livres d’Amy et d’autres qu’elle va commander en ligne. Comme elle est étrangère, elle n’a pas le droit de travailler alors elle s’acquitte de cette tâche sans rémunération.

Le déclic lecture n’est pas immédiat mais grâce à la mise en place d’évènements les habitants de Broken Wheel et des villes environnantes vont venir. Ben oui, n’oublions pas, il existe un livre au moins pour chaque personne. Tous vont s’attacher à elle et vice-versa. Elle est tellement gentille. Et puis, il y a ce beau Tom, musclé et célibataire. Il devrait sortir avec l’autre célibataire, voilà ce qu’on lui suggère. Il va tomber sous le charme de Sara et Sara va tomber sous le charme de Tom, et ils vont se faire la cour pendant 500 pages sur toiles de fond : « je ne t’aime pas, moi non plus ». Heureusement qu’un homme d’Etat met le nez dans l’histoire pour permettre enfin au livre de se terminer sur un happy end prévisible. Peut-être trop.

Je ne doute pas que l’auteure, Katarina Bivald,  est une passionnée de littérature et qu’elle adore lire. Je me suis reconnue dans certains passages. Soyons honnête. Mais déjà que je m’attendais à un roman épistolaire voilà ma déception de ces 5 lettres à deux pages maxi et cette histoire d’amour digne du grand Harlequin. Comment peut-on comparer ce livre au Le cercle littéraire des amateurs des épluchures de patates qui m’avait tant enchanté. Même Gérard Collard a osé : Un livre fabuleux d’humour, de tendresse et d’amitié. Un livre qui fait DU BIEN ! Encore mieux que le cercle des éplucheurs de patates. Un doudou littéraire ! Il va falloir que je relise le livre, pour si c’est ma mémoire qui fait défaut.

C’est indéniable le roman est rempli de situation qui parlent à beaucoup comme celle de mettre en face une personne passionnée de lecture à une personne qui n’en voit pas l’intérêt. Mais trop gentil, trop mièvre même si il y a des personnages avec des forts caractères qui frôlent quand même le cliché et la facilité. Les humains sont assez nuancés pour éviter de faire des personnages assez fades. Aucune surprise dans le livre même pas par le dénouement qui était aussi évident à deviner qu’un nez au milieu du visage. Les deux personnages principaux se rapprochent et ne s’embrassent qu’une fois, merci la pudeur. Puis dans les choses un peu limite on trouve le jeune homosexuelle se rend compte qu’il est bi et tombe amoureux d’une femme, le couple homosexuelle qui ne peut pas s’afficher en se tenant la main, s’embrasser… ou encore Sara, suédoise parle parfaitement l’américain sans accent, étrange.

Grosse déception au final. Mais lorsqu’on attend beaucoup d’un livre, c’est un risque. Cousue de trop de fils blancs, j’arrive à la fin déçue. Oui cela parle des livres et de la situation de lecture très active, toutefois cela ne suffit pas à faire un bon roman, ni une bonne histoire. Heureusement que la ville où se déroule le roman est pauvre avec un alcoolique, sinon on aurait pu croire un roman chez les bisounours avec un titre : Ouverture d’une gentille librairie avec des gentils bisounours.

Lire un extrait du roman

L’avis d’Enora, En lisant et en voyageant, Cultur’elle

Publicités

7 réflexions sur “La bibliothèque des cœurs cabossés – Katarina Bivald

  1. Pingback: Mon auto-challenge – 200 livres en 2015 | 22h05 rue des Dames

  2. Ah je m’en doutais ! J’ai comme toi été attiré par les nombreux avis élogieux sur ce roman. De plus j’adore les échanges de lettres dans un romans. Mais j’avais peur qu’il soit trop niais… Finalement ce côté existé et t’a déplu. Ma curiosité est malgré tout piquée alors on verra !

    • j’adore les romans épistolaires et c’est cela qui m’a attiré dans le roman. La déception a été grande. Heureusement; je viens de lire un histoire d’amour avec des livres qui m’a plu et qui ne se vendait pas comme tel. Cela rattrape la déception. 🙂

    • Jolie c’est vrai. Mais j’aurais trouvé cela plus honnête de vendre le livre comme une histoire d’amour qu’un livre sur les romans et la passion de lecture.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s