Vous n’aurez plus de raison de chanter yaourt

Franglaises-2015Un collectif d’artistes nommé Les Franglaises ont décidé de mettre leurs multiples talents (chant, danse, comédie, musique, vidéo…) au service du grand public friand de chansons dans la langue de Shakespeare ou de Bukowski. Beaucoup chante en anglais ou en anglais yaourt, mais que chante t’on vraiment ? Pas d’idée ? Alors on va vous expliquer, prêt pour la rigolade ?

Faut-il savoir parfois ce que l’on chante en anglais ? Oui, il faut savoir et c’est dans ces moments-là que nous apprécions nos nulles chansons françaises. La bande d’amis que compose Les Franglaises ont décidé de nous faire entendre le véritable sens de ces chansons que nous aimons tant sans les comprendre. Et heureusement, d’ailleurs. Le public arrivant doucement, les artistes sont aussi bien dans la salle que sur la scène. Ils s’amusent, ils s’échauffent et font des pitreries. La bonne ambiance envahit doucement et surement les murs de Bobino.

franglaises-a-genoux-199585 L’humour est le lien entre ces douze artistes tout-terrain (huit garçons et quatre filles) :Sahila Bala, Marsu Lacroix, Daphnée Papineau, Roxane Terramorsi, Quentin Bouissou, Yoni Dahan, William Garreau, Philippe Lenoble, Adrien Le Ray, PV Nova, Romain Piquet et Laurent Taïeb. Chacun met sa touche de folie aux textes qu’ils chantent et pour le plus grand ravissement du public. Yoni Dahan, en maître de cérémonie nous lit la traduction d’une chanson en français. Il avertit : «Savez-vous vraiment ce que vous chantez? Ceux qui ont vu le spectacle précédent, ne trichez pas!». Dès qu’un spectateur à trouver le titre original, les autres artistes entrent en scène pour interpréter la chanson et souvent en plus mise en contexte. Effet de surprise et de rire garantie à chaque titre, même quand on connaît la réponse.

4361

Les paroles de The Wall des Flaments roses commencent ainsi : «On n’a pas besoin d’éducation, on n’a pas besoin d’un contrôle des pensées». Une autre des Beatles (Hello Goodbye) elle a comme refrain : «Tu dis oui, je dis non. Tu dis stop et je dis va, va, va. Je ne sais pas pourquoi tu dis au revoir, je dis bonjour» ou même ce refrain de Queen : « bicyclette, bicyclette, je veux conduire ma bicyclette. Puis je suis toujours autant charmé par l’interprétation de Giogia on My Mind de Ray Charles qui devient Georgette dans ma tête ou le fameux Fever de Peggy Lee devenant Fièvre. Bien entendu, la chanson qui m’a fait vraiment beaucoup rire In the Navy des Gens du Village (ou du Marais). Je ne pensais pas que c’était une telle ode à l’engagement patriotique pour aller à la découverte des mers et d’autres tribus. 

LES-FRANGLAISES_1©Victor_Delfim_@loeildoliv

C’est toujours avec délices que je redécouvre la chanson culte des Filles Epicées (Spice Girls) où l’excellentissime Hôtel California des Aigles ou encore Billy Jean de Michael Jackson (Pauvre Michel, fils de Jacques). Ils sont espiègles à souhait en prenant la traduction de base Google qui bien entendu va donner des choses assez improbables et absurdes. Alors, oui, j’aime quand Il pleut des hommes ou quand un homme dit : Tu peux garder ton chapeau suite à une séance d’effeuillage, n’est-ce pas Joe Cocker.

edad284ae562552b8f35443439b01dda

On pourrait croire que cela va être juste une succession de chansons mais un grain de folie touche ces gens hors du commun. Alors, ils vont nous faire partager un délire complet avec un pseudo incendie, un homme qui volent, des chansons qui dérapent, une rébellion interne… et le tout extrêmement bien orchestré. La scène se remplit de chants, de danse, d’instruments de musique dans une ambiance très bonne enfant. Et surtout, ils transmettent une joie de vivre, d’être, de bonne humeur immédiate qui ne m’a pas quitté de tout le spectacle. Qu’est-ce qu’il est de bon rire sincèrement et de se sentir bien.

En somme, le spectacle des Franglaises est une réussite totale : bourré d’humour, de dynamisme, de dérision, d’absurde et de non-sens. C’est la quatrième fois que je les vois sur scène et je retrouve toujours ce même plaisir. Alors quand on doit partir, on se dit que l’on serait bien resté encore un peu les écouter. Bref, un vrai et très moment où le sourire ne vous quittera jamais.

Lien vers le site des Franglaises

Lien vers Bobino

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s